Annual Report 2013
The state of the world's human rights

Press releases

25 April 2013

Plus de 1 300 000 réfugiés syriens ont désespérément besoin d'un soutien accru de la communauté internationale

Il faut à tout prix que la communauté internationale se mobilise davantage pour venir en aide aux réfugiés de plus en plus nombreux qui traversent les frontières pour fuir les violences en Syrie, a déclaré Amnesty International dans une synthèse publiée le 25 avril.

Pour échapper au carnage et aux atrocités qui se déroulent actuellement dans leur pays, ces personnes se réfugient en Jordanie, au Liban, en Turquie et en Irak. Beaucoup vivent dans des conditions extrêmement difficiles.

« La responsabilité de protéger et d'aider les réfugiés de Syrie doit être assumée à la fois par la communauté internationale et par les pays voisins », a déclaré Charlotte Phillips, chercheuse spécialiste de la question des réfugiés à Amnesty International.

L'accueil de réfugiés dans la durée est une charge lourde, soulignent tous ces pays, dans un contexte où de plus en plus de Syriens et d'autres personnes fuient le conflit en Syrie et tentent de trouver une sécurité relative dans les États voisins, notamment dans les camps de réfugiés.

« Devant la crise qui se profile, la communauté internationale doit agir maintenant et fournir de toute urgence l'aide financière et l'assistance technique nécessaires pour soutenir les efforts des pays voisins de la Syrie », a souligné Charlotte Phillips.

En février 2013, Amnesty International s'est rendue dans trois provinces de Turquie frontalières de la Syrie. L'organisation a rencontré des réfugiés, des représentants des autorités turques et un certain nombre d'organisations nationales et internationales.

« La Turquie fournit une assistance à presque 200 000 réfugiés présents dans des camps gérés par les pouvoirs publics, mais il faut prendre des mesures pour que ceux qui ne sont pas accueillis dans les camps aient accès à tous les services essentiels », a précisé Charlotte Phillips.

Malgré la politique de « la porte ouverte » affichée par la Turquie, un grand nombre de réfugiés ont été stoppés alors qu'ils essayaient de gagner ce pays. Beaucoup de gens se retrouvent ainsi abandonnés à leur sort en Syrie, dans des conditions épouvantables. Par ailleurs, des témoignages crédibles ont fait état de réfugiés renvoyés de force en Syrie.

« Les États voisins de la Syrie doivent garder leur frontières ouvertes et laisser entrer, sans discrimination, toutes les personnes qui fuient la Syrie, a déclaré Charlotte Phillips. Aucune personne, en aucune circonstance, ne doit être renvoyée de force en Syrie, où les violences, les effusions de sang et les violations des droits humains se poursuivent de façon massive. »

La synthèse d'Amnesty International contient un certain nombre de recommandations à l'adresse de la communauté internationale, de la Turquie et des autres pays voisins de la Syrie.

Complément d’information

Turquie – Au 17 avril 2013, le HCR recensait 291 996 personnes accueillies en Turquie après avoir fui la Syrie – un chiffre supérieur de près d'un tiers à celui du début de l'année. Les autorités turques estiment toutefois à 400 000 environ le nombre total de réfugiés de Syrie accueillis en Turquie, dont quelque 190 000 sont hébergés dans les 17 camps gérés par les pouvoirs publics et répartis dans huit provinces.

Jordanie – Selon les chiffres du HCR, 437 205 réfugiés syriens étaient enregistrés ou en attente d'enregistrement le 21 avril 2013. Amnesty International a fait part de ses préoccupations au sujet d'informations indiquant que des personnes qui cherchaient refuge en Jordanie avaient été renvoyées en Syrie et que d'autres n'avaient pas été autorisées à entrer dans le pays. Des protestations violentes ont été signalées dans ce pays, où les réfugiés ont organisé des manifestations contre les conditions difficiles régnant dans les camps.

Liban – Le 18 avril 2013, 428 649 Syriens étaient enregistrés ou en attente d'enregistrement en tant que réfugiés au Liban. Un ministre libanais a déclaré le 20 avril que le pays avait « dépassé ses capacités d'absorption ». Les autorités libanaises imposent des conditions d’entrée discriminatoires aux réfugiés palestiniens qui fuient la Syrie. Ces derniers doivent en effet payer la somme de 17 dollars pour obtenir un permis d'entrée.

Irak – Au 20 avril 2013, le HCR avait enregistré 133 840 réfugiés en Irak. La majorité d'entre eux se trouvaient dans la région kurde. Le camp de réfugiés de Domiz, situé dans la province kurde de Dohuk, est décrit comme étant « gravement surpeuplé ». Certaines tentes abritent 15 réfugiés, voire plus.

AI Index: PRE01/199/2013
Region Middle East And North Africa
Country Syria
For further information, contact International Press Office »

International Press Office

Phone : +44 (0) 20 7413 5566
9:30 - 17:00 GMT Monday-Friday
Phone : +44 (0) 777 847 2126
Line open 24 hours a day
Fax : +44 (0) 20 7413 5835
International Press Office
Peter Benenson House
1 Easton Street
London
WC1X 0DW
UK
Follow International Press Office on Twitter
@amnestypress