Annual Report 2013
The state of the world's human rights

31 July 2012

Mali. Il faut enquêter sur les disparitions, les homicides et les tortures d’opposants à la junte

Mali. Il faut enquêter sur les disparitions, les homicides et les tortures d’opposants à la junte
Amnesty a réuni des informations sur les violences commises par des soldats fidèles à la junte militaire contre des militaires et des policiers impliqués dans le contre coup d'État du 30 avril 2012.

Amnesty a réuni des informations sur les violences commises par des soldats fidèles à la junte militaire contre des militaires et des policiers impliqués dans le contre coup d'État du 30 avril 2012.

© ISSOUF SANOGO/AFP/Getty Images


Les autorités maliennes ont l'obligation d'enquêter sur tous les cas que nous avons documentés. Les personnes responsables de ces atrocités qui visaient à venger la tentative de contre-coup d'État doivent répondre de leurs actes.
Source: 
Gaëtan Mootoo, chercheur d'Amnesty International sur l'Afrique de l'ouest
Date: 
Tue, 31/07/2012

Le Mali doit mettre un terme à l'engrenage infernal de violations des droits humains et ouvrir des enquêtes sur les dizaines de cas de disparitions forcées, d'exécutions extrajudiciaires et de tortures documentées par Amnesty International.

Dans un rapport publié aujourd'hui et qui fait suite à une mission de dix jours au Mali en juillet 2012, Amnesty International documente de graves violations des droits humains commises par des soldats fidèles à la junte militaire contre des militaires et des policiers impliqués dans un contre-coup d'État le 30 avril 2012.

Dans les jours qui ont suivi cette tentative de contre-coup d'État, des dizaines de militaires et de policiers ont été arrêtés et conduits au camp militaire de Kati (à 20 kilomètres au nord de Bamako, la capitale). Ils y ont été détenus durant plus de 40 jours dans des conditions effroyables et soumis à des tortures et des sévices sexuels. Vingt-et-un détenus ont été enlevés de leur cellule en pleine nuit et on est sans nouvelles d'eux depuis lors.

« Les autorités maliennes ont l'obligation d'enquêter sur tous les cas que nous avons documentés. Les personnes responsables de ces atrocités qui visaient à venger la tentative de contre-coup d'État doivent répondre de leurs actes », a déclaré Gaëtan Mootoo, chercheur d'Amnesty International sur l'Afrique de l'ouest.

« Ces actes de vengeance vont à l'encontre des obligations internationales relatives aux droits humains qui incombent au Mali et des mesures doivent être prises afin de s'assurer que la junte militaire ne puisse plus agir en toute impunité. »

Le rapport d'Amnesty International décrit les conditions dans lesquelles au moins 21 personnes ont été victimes de disparitions forcées après avoir été enlevées de leur cellule dans la nuit du 2 au 3 mai 2012.

L'un des co-détenus de ces disparus a raconté à Amnesty International :

« Vers 2 heures du matin, la porte de notre cellule s'est ouverte. Nos geôliers sont restés devant la porte et ils ont commencé à lire une liste. Un à un, les militaires appelés sont sortis. Nous n'avons plus revu nos compagnons de cellule depuis cette date. »

Amnesty International s'inquiète également du sort d'un certain nombre de soldats blessés lors du contre-coup d'État qui ont été enlevés, le 1er mai 2012, par des membres de la junte militaire à l'hôpital Gabriel Touré de Bamako où ils étaient soignés. En dépit de ses demandes, Amnesty International n'a pas pu obtenir la liste de ces militaires ni établir le lieu où ils se trouvent.

Les prisonniers ont décrit les conditions inhumaines et dégradantes auxquelles ils ont été soumis au camp militaire de Kati. Détenus en sous-vêtements dans une cellule de cinq mètres carrés qui a contenu jusqu'à plus de 80 personnes, les prisonniers ont été contraints de faire leurs besoins dans un sac en plastique et ont été privés de nourriture pendant les premiers jours de leur détention. Certains détenus ont été régulièrement extraits de la cellule pour être passés à tabac.

Un prisonnier a décrit la manière dont on l'avait été torturé dans le but de lui extorquer des « aveux » :

« Ils nous ont demandé d'avouer que nous voulions faire un coup d'État. Ils nous ont fait coucher sur le ventre, ils nous ont menottés les mains dans le dos et les ont liées à nos pieds. L'un des militaires a enfoncé un chiffon à l'aide d'un bâton dans nos bouches. On ne pouvait plus parler et encore moins crier. Ils ont éteint des cigarettes sur nos corps et l'un d'eux en a éteint une dans mon oreille gauche. »

Dans certains cas, les prisonniers ont été victimes de sévices sexuels à Kati. Un policier a raconté :

«Nous étions au nombre de quatre, ils nous ont demandés de nous déshabiller complètement, ils nous ont ordonnés de nous sodomiser mutuellement, autrement ils nous exécuteraient. (…) Durant l'acte, nos gardes hurlaient en nous demandant d'aller plus fort. »

En 2009, le Mali a ratifié la Convention internationale pour la protection de toutes les personnes contre les disparitions forcées. Ce pays est donc tenu, aux termes du droit international, de révéler sans délai le lieu où sont détenus tous les militaires et policiers qui ont disparu suite à la répression de la tentative de contre-coup d'État. Une liste de personnes disparues figure dans le rapport d'Amnesty International.

« Le gouvernement de transition du Mali a failli dans sa tâche de protection des droits humains de ses citoyens et cette absence de droit ne peut pas continuer », a déclaré Gaëtan Mootoo.

« Les responsables du système judiciaire malien doivent immédiatement initier une enquête sur ces événements très graves et restaurer la stabilité dans un pays qui a énormément souffert au cours des six derniers mois. »

Issue

Detention 
Disappearances And Abductions 
Extrajudicial Executions And Other Unlawful Killings 
Torture And Ill-treatment 

Country

Mali 

Region

Africa 

Index card

Mali: "We haven't seen our cellmates since": Enforced disappearances and torture of soldiers and police officers opposed to the junta

Download:


This document is also available in:

French

@amnestyonline on twitter

News

25 July 2014

The sentencing of a newspaper editor and a human rights lawyer to two years in prison on charges of contempt of court after a grossly unfair trial in Swaziland is an outrageous... Read more »

24 July 2014

The prolonged execution of a prisoner in Arizona yesterday represents another wake-up call for authorities in the USA to abolish the death penalty, said Amnesty International... Read more »

22 July 2014

Indonesia’s new President Joko Widodo must deliver on campaign promises to improve Indonesia’s dire human rights situation, Amnesty International said.

Read more »
24 July 2014

Poland is the first European Union member state to be found complicit in the USA’s rendition, secret detention, and torture of alleged terrorism suspects, Amnesty International... Read more »

25 July 2014

Amnesty International's experts respond to some of the questions raised around the Israel/Gaza conflict.

Read more »