Annual Report 2013
The state of the world's human rights

25 July 2012

Russie. Sting condamne le traitement subi par les musiciennes de Pussy Riot avant un concert à Moscou

Russie. Sting condamne le traitement subi par les musiciennes de Pussy Riot avant un concert à Moscou
Pussy Riot a chanté la chanson contestataire «Mère de Dieu, chasse Poutine» en la cathédrale du Christ-Sauveur de Moscou.

Pussy Riot a chanté la chanson contestataire «Mère de Dieu, chasse Poutine» en la cathédrale du Christ-Sauveur de Moscou.

© Игорь Мухин


La dissidence est un droit légitime et essentiel au sein de toute démocratie et les hommes politiques modernes doivent accepter ce fait en faisant preuve de tolérance.
Source: 
Sting, musicien
Date: 
Wed, 25/07/2012

Le musicien Sting s'est associé à Amnesty International pour dénoncer la manière dont les autorités russes traitent les membres de Pussy Riot, un groupe de musique punk russe engagé.

La semaine dernière, un tribunal de Moscou a statué que trois membres du groupe punk féminin Pussy Riot devaient être maintenues en détention provisoire pendant six mois pour avoir chanté une chanson contestataire dans la principale cathédrale orthodoxe de Moscou en février.

Maria Alekhina, Ekaterina Samoutsevitch et Nadejda Tolokonnikova, accusées de « hooliganisme fondé sur la haine religieuse », encourent jusqu'à sept ans de prison. Les audiences préliminaires dans cette affaire ont débuté et un ordre de maintien en détention provisoire jusqu'en janvier 2013 a été délivré contre les trois jeunes femmes.

Sting, qui est actuellement en tournée – avec notamment une représentation mercredi 25 juillet à Moscou et une autre à Saint-Pétersbourg vendredi 27 –, a déclaré :

« Il est révoltant que les musiciennes de Pussy Riot puissent risquer jusqu'à sept ans de prison.

« La dissidence est un droit légitime et essentiel au sein de toute démocratie et les hommes politiques modernes doivent accepter ce fait en faisant preuve de tolérance.

« Le sens de la mesure – et le sens de l'humour – est un signe de force, et non de faiblesse.

« J'espère bien que les autorités russes vont abandonner toutes ces charges fallacieuses et laisser ces femmes, ces artistes, retrouver leur vie et leurs enfants. »

Amnesty International considère ces trois femmes comme des prisonnières d'opinion, détenues uniquement pour avoir exprimé leurs opinions de manière pacifique, et appelle les autorités russes à les libérer immédiatement et sans condition.

Kate Allen, directrice de la section britannique d'Amnesty International, a déclaré :

« Nous appelons les autorités russes à abandonner les charges de hooliganisme et à libérer immédiatement et sans condition Maria Alekhina, Ekaterina Samoutsevitch et Nadejda Tolokonnikova.

« Nous les considérons comme des prisonnières d'opinion.

« Si elles sont déclarées coupables, elles risquent jusqu'à sept ans d'emprisonnement, ce qui serait une réaction parfaitement injustifiable face à une action de protestation pacifique.

« Amnesty International continuera de militer pour leur libération aussi longtemps qu'il le faudra. De plus en plus de personnes les soutiennent et notre campagne d'envoi de SMS a eu un immense succès, plus de 12 000 personnes ayant participé jusqu'ici. »

Pussy Riot a chanté la chanson contestataire « Mère de Dieu, chasse Poutine » en la cathédrale du Christ-Sauveur de Moscou le 21 février. Plusieurs membres du groupe portaient des cagoules. Les paroles appellent la Vierge Marie à devenir féministe et à bannir l'actuel président russe. Elles critiquent aussi le dévouement et le soutien de certains représentants de l'Église orthodoxe russe envers cet homme. Cette prestation faisait partie d'une série de représentations voulues comme des manifestations contre Vladimir Poutine à l'approche de l'élection présidentielle de mars en Russie.

Les autorités russes ont appréhendé Maria Alekhina et Nadejda Tolokonnikova le 4 mars, puis Ekaterina Samoutsevitch le 15, affirmant qu'il s'agissait des chanteuses masquées. L'une d'elles, Nadejda Tolokonnikova, a reconnu faire partie du groupe étendu Pussy Riot et avoir pris part à la manifestation, tandis que les deux autres continuent de nier toute implication dans l'événement.

Issue

Detention 
Freedom Of Expression 
Prisoners Of Conscience 

Country

Russian Federation 

Region

Europe And Central Asia 

Follow #russia @amnestyonline on twitter

News

16 October 2014

Repressive and discriminatory legislation enacted over the last 18 months in Uganda has led to increasing state repression, violence and homophobic and gender-based... Read more »

17 October 2014

Prisoner of conscience and torture victim Ángel Amílcar Colón Quevedo has been released from prison after five years in pre-trial detention, in a move that is welcome but... Read more »

20 October 2014

A politically motivated ban imposed on a Pakistani TV channel critical of the government constitutes a violation of the right to freedom of expression, said Amnesty... Read more »

20 October 2014

An Amnesty International investigation into allegations of execution-style and other deliberate killings by pro-Russian separatists and pro-Kyiv forces has found evidence... Read more »

17 October 2014

Testimonies gathered by Amnesty International indicate that Egyptian security forces used excessive force to crack down on recent student demonstrations at Alexandria... Read more »