Annual Report 2013
The state of the world's human rights

Press releases

6 July 2012

RDC. Les nouvelles violences dans le Nord-Kivu font craindre que l’histoire ne se répète

Il faut que le gouvernement de la République démocratique du Congo (RDC) prenne immédiatement des mesures pour protéger les civils - parmi lesquels se trouvent des milliers de personnes déplacées - alors qu’une ville du pays vient de tomber aux mains de membres du groupe armé M23, a déclaré Amnesty International.

Cet appel intervient en réaction aux informations selon lesquelles dans le territoire de Rutshuru des soldats du M23 auraient pris le contrôle de Bunagana, ville stratégique située près de la frontière avec l’Ouganda, à la suite de violents combats de plusieurs jours avec les soldats de l’armée congolaise (FARDC).

Des responsables de l’ONU ont indiqué qu’un membre du contingent indien de la Mission de l'Organisation des Nations unies pour la stabilisation en République démocratique du Congo (MONUSCO) était mort après avoir été touché par un tir d’artillerie lors de combats à 50 km au nord de Goma, la capitale de la province du Nord-Kivu.

Selon certaines informations, environ 600 soldats des FARDC auraient fui en Ouganda après avoir été encerclés par des soldats du M23, groupe dirigé par Sultani Makenga et Bosco Ntaganda et composé de déserteurs de l’armée congolaise issus principalement du Congrès national pour la défense du peuple (CNDP) intégré aux FARDC en 2009.

Amnesty International a déclaré que le fait que des soldats des FARDC aient fui en Ouganda était préoccupant et réduisait encore la capacité de l’armée congolaise à protéger efficacement la population civile contre un groupe armé dont la puissance semble s’être renforcée.

« On a le sentiment désagréable que l’histoire se répète, avec des ex-CNDP qui parviennent à prendre le contrôle de plusieurs axes stratégiques comme ils l’avaient fait en 2008 », a déclaré Paule Rigaud, directrice adjointe d’Amnesty International pour l’Afrique.

« Il y a cinq ans, une situation similaire avait donné lieu à des atrocités, dont le massacre de Kiwanja au cours duquel au moins 150 civils avaient été tué par le CNDP. »

« Amnesty International est très préoccupée par le fait que ces combats entraînent de nouveaux déplacements de personnes qui viennent s’ajouter à celles déjà nombreuses qui ont fui les affrontements des derniers mois ; il y a un risque accru que les civils se retrouvent pris entre deux feux. »

L’inquiétude grandit face à la montée en puissance du M23, qui s’apprêterait selon certaines informations à prendre des villes importantes, en particulier dans le territoire de Masisi, ancien fief du CNDP.

« Il est extrêmement préoccupant que 600 soldats congolais aient fui vers l’Ouganda au moment où le M23 attaquait la région. »

« Le gouvernement congolais, par le biais de ses forces de sécurité, doit immédiatement prendre des mesures pour protéger les civils, a déclaré Paule Rigaud. Les Nations unies, par l’intermédiaire de la MONUSCO, doivent quant à elles continuer d’accroître leur présence dans cette zone menacée et mettre en œuvre leurs mécanismes de protection pour empêcher des actes de violence contre la population civile. »

Complément d’information

Fin 2008, le CNDP contrôlait la plupart des territoires de Masisi et Rutshuru et menaçait d’attaquer Goma.

Ce groupe armé a été intégré dans les Forces armées de la République démocratiques du Congo (FARDC) à l’issue d’un accord de paix signé le 23 mars 2009 avec le gouvernement congolais.

Les défections au sein des FARDC ont commencé en avril 2012. Les déserteurs ont lancé des opérations armées contre l’armée congolaise peu après cela.

AI Index: PRE01/331/2012
For further information, contact International Press Office »

International Press Office

Phone : +44 (0) 20 7413 5566
9:30 - 17:00 GMT Monday-Friday
Phone : +44 (0) 777 847 2126
Line open 24 hours a day
Fax : +44 (0) 20 7413 5835
International Press Office
Peter Benenson House
1 Easton Street
London
WC1X 0DW
UK
Follow International Press Office on Twitter
@amnestypress