Annual Report 2013
The state of the world's human rights

10 December 2007

Une répression implacable au Myanmar

Une répression implacable au Myanmar

Lorsque le groupe de personnalités internationales The Elders se réunira lundi en Afrique du Sud pour commencer à célébrer le soixantième anniversaire de la Déclaration universelle des droits de l'homme, l’un de leurs membres sera absent.

Ce groupe de réflexion et de soutien composé notamment de Nelson Mandela et de Mary Robinson s’appuiera sur sa riche expérience collective pour tenter de remédier aux crises qui secouent la planète. Mais l’une de ses figures de proue, qui se bat sans relâche pour les droits humains, ne sera pas là pour faire partager ses connaissances.

En effet, Daw Aung San Suu Kyi est toujours placée en résidence surveillée au Myanmar (ex-Birmanie). Elle a passé douze des dix-huit dernières années sous ce régime.

Aung San Suu Kyi est l’une des 1 850 personnes qui sont privées de liberté au Myanmar à cause de leurs activités, pourtant pacifiques. Ce nombre s’est accru il n’y a que quelques mois, lors de la récente vague de répression contre les manifestations dans le pays.

On estime à plusieurs milliers le nombre de personnes arrêtées durant cette répression et Amnesty International pense qu’environ 700 d’entre elles restent détenues à ce jour. Ce chiffre est très différent de celui qu’avancent les autorités birmanes: selon ces dernières, 80 personnes seulement, qui doivent faire l’objet de poursuites judiciaires, sont toujours derrière les barreaux. Les détenus n’ont pas été bien traités et certains ont même été torturés.

À la suite des manifestations, au moins 20 personnes auraient été condamnées à des peines allant jusqu’à neuf ans et demi d’emprisonnement à l’issue de procédures à huis clos entachées de graves irrégularités.

Si le nombre d’arrestations a diminué depuis le 29 septembre, les agents chargés de la sécurité de l’État n’ont pas cessé leurs recherches en vue d’appréhender les personnes soupçonnées de participation aux manifestations pro-démocratiques, qu’ils interpellent principalement lors de descentes à leur domicile, la nuit. Ces actions vont à l'encontre des promesses faites au représentant spécial de l’ONU Ibrahim Gambari début novembre par le gouvernement, qui s’était engagé à mettre fin aux arrestations.

Amnesty International appelle de toute urgence le gouvernement du Myanmar à mettre un terme aux arrestations et à libérer toutes les personnes détenues ou emprisonnés simplement parce qu’elles ont exercé, de manière pourtant pacifique, leurs droits à la liberté d'expression, de réunion et d'association, y compris les prisonniers d'opinion incarcérés depuis peu ou de longue date.

 

Read More

Passez à l'action ! Libérez les manifestants pacifiques au Myanmar

Les arrestations se poursuivent au Myanmar (nouvelle, 28 novembre 2007)

Des moines racontent: mort en détention (article, 9 novembre 2007)

Les moines redescendent dans la rue au Myanmar (nouvelle, 2 novembre 2007)

 

Issue

Activists 
Detention 
Freedom Of Expression 
Prisoners Of Conscience 
Torture And Ill-treatment 

Country

Myanmar 

Region

Asia And The Pacific 

@amnestyonline on twitter

News

18 September 2014

Nigeria’s police and military routinely torture women, men, and children – some as young as 12 – using a wide range of methods including beatings, shootings and rape... Read more »

19 September 2014

The Guatemalan government is fuelling the fires of conflict by failing to consult local communities before awarding mining licences to companies.

Read more »
19 September 2014

A Thai court’s decision to uphold a 10-year prison sentence given to an editor and social activist for allegedly insulting the royal family continues the relentless erosion of... Read more »

19 September 2014

Ireland’s latest guidelines on abortion are mere window-dressing that will confuse health professionals and endanger women’s lives and rights.

Read more »
19 September 2014

The Egyptian authorities are putting at risk the life of a jailed activist, whose health has sharply deteriorated after more than 230 days on hunger strike, by denying him... Read more »