Annual Report 2013
The state of the world's human rights

Press releases

22 February 2012

Arabie saoudite. Le procès d'un manifestant de Riyadh est «totalement injustifié»

Le procès devant une cour de sûreté de l'État d'un enseignant saoudien arrêté il y a près d'un an alors qu'il venait manifester à Riyadh à l'occasion de la « Journée de la colère » est une atteinte à ses droits fondamentaux, a déclaré Amnesty International mercredi 22 février 2012.

Khaled al Johani a comparu ce 22 février devant la Cour pénale spéciale de Riyadh, tribunal créé en 2008 pour juger les détenus inculpés d'infractions liées au terrorisme. Celle-ci a renvoyé l'affaire au mois d'avril.

« Khaled al Johani ne devrait pas être jugé pour avoir simplement exercé ses droits à la liberté d'expression et de réunion », a déclaré Philip Luther, directeur par intérim du programme Moyen-Orient et Afrique du Nord d'Amnesty International.

« Le fait qu'il comparaisse devant un tribunal conçu à l'origine pour gérer les affaires liées au terrorisme ne fait qu'aggraver l'insulte qui lui est faite. »

« Ce procès est totalement injustifié. Nous appelons les autorités saoudiennes à libérer cet homme immédiatement et sans condition, de même que toutes les personnes détenues pour des charges similaires. »

Khaled al Johani est, semble-t-il, le seul manifestant qui soit parvenu à se rendre sur le lieu de la manifestation prévue le 11 mars 2011 à Riyadh, à l'occasion de la « Journée de la colère ».
Cet homme, âgé de 42 ans, a été arrêté par les forces de sécurité et placé en détention quelques minutes après avoir accordé une interview à BBC Arabic, au cours de laquelle il a évoqué le manque de libertés en Arabie saoudite.
Lors de son procès, le 22 février 2012, le procureur général a lu les chefs d'inculpation retenus contre lui. Il lui est notamment reproché d'avoir soutenu les manifestations, de s'être rendu sur le lieu d'une manifestation et d'avoir communiqué avec des médias étrangers « d'une manière préjudiciable à la réputation du royaume d'Arabie saoudite. »
Depuis son arrestation, Khaled al Johani n'a été assisté par aucun avocat, y compris lors de cette audience devant le tribunal. Cependant, le juge a déclaré qu'il pourrait engager l'avocat de son choix d'ici une semaine.
Khaled al Johani est père de cinq enfants âgés de six mois à 12 ans. Le plus jeune est né pendant sa détention.
Amnesty International considère cet homme comme un prisonnier d'opinion, détenu uniquement pour avoir exercé pacifiquement son droit à la liberté d'expression et de réunion.
L'organisation a appris qu'un autre homme était jugé par le même tribunal pour des charges liées à la manifestation avortée du 11 mars 2011 à Riyadh.

AI Index: PRE01/097/2012
Region Middle East And North Africa
Country Saudi Arabia
For further information, contact International Press Office »

International Press Office

Phone : +44 (0) 20 7413 5566
9:30 - 17:00 GMT Monday-Friday
Phone : +44 (0) 777 847 2126
Line open 24 hours a day
Fax : +44 (0) 20 7413 5835
International Press Office
Peter Benenson House
1 Easton Street
London
WC1X 0DW
UK
Follow International Press Office on Twitter
@amnestypress