10 December 2007
Demandez la vérité sur la disparition d’un étudiant
«Aujourd’hui encore, je me dis que, dans quelques heures, demain, on va me rendre mon fils. […] Toutes les nuits, je le vois dans mon sommeil et dans la journée je n’arrête pas de pleurer… Ce n’est plus une vie. Pour moi, tout s’est arrêté. Je ne vis plus. Je me contente de marcher à la surface de la terre.» -Bilat Akhmatkhanova, mère d’Artur Akhmatkhanov


Personne n’a revu Artur Akhmatkhanov depuis qu’il a été embarqué dans un véhicule blindé de transport de troupes en 2003En avril 2003, Artur Akhmatkhanov, âgé de vingt-deux ans, a été arrêté par des soldats masqués et embarqué de force dans un véhicule blindé de transport de troupes. On ne l’a pas revu depuis.

D’après des témoins, ce sont des membres des forces fédérales russes (FSB, Service fédéral de sécurité) qui ont appréhendé l’étudiant de Grozny, militant des droits humains.

Selon les informations dont dispose Amnesty International, le lendemain, la police et le FSB ont ramassé sur les lieux des cartouches vides et emporté un bout de tissu taché de sang afin de les analyser, mais la famille d’Artur Akhmatkhanov n’a pas été informée de ce qui lui était arrivé ni du motif de son arrestation.

Un an après sa disparition forcée, le procureur militaire a nié toute implication des militaires russes. Selon lui, « aucune opération spéciale d’arrestation n’était en cours sur le territoire de la République tchétchène, il n’a été procédé à aucune arrestation et aucun individu n’a été remis aux organes responsables de l’application des lois. »

La disparition forcée d’Artur Akhmatkhanov s’inscrit dans une politique gouvernementale très préoccupante qui se traduit actuellement par des atteintes aux droits humains en Tchétchénie et dans les républiques voisines du Caucase du Nord. En 2005, le médiateur des droits humains en République tchétchène a indiqué que plus de 2 000 personnes avaient été victimes, en Tchétchénie, de « disparitions » imputables à des forces de sécurité non identifiées. L'organisation non gouvernementale (ONG) russe Memorial estime que jusqu’à 5 000 hommes, femmes et enfants y sont portés disparus depuis 1999.
À la connaissance d’Amnesty International, une seule condamnation a été prononcée dans le cadre d’une affaire de disparition forcée.

En juin 2007, Amnesty International a remis à l’ambassade russe de Londres 4 630 cartes postales signées en faveur d’Artur Akhmatkhanov accompagnées d’un exemplaire du rapport intitulé Russie. Quelle justice pour les disparus de Tchétchénie ? Un fonctionnaire de l’ambassade s’est dit ouvert au dialogue avec l’organisation et a reconnu qu’un certain nombre de disparitions forcées et d’enlèvements étaient imputables à l’État. Il a affirmé que les préoccupations soulevées seraient transmises à Moscou.Take Action

Pourtant, l’enquête sur la disparition d’Artur a été suspendue. Sa mère, Bilat Akhmatkhanova, n’a jamais cessé de rechercher son fils.

60
Actions taken

Take Action

Appeal for Action

Take Action

Demandez la vérité sur la disparition d’Artur Akhmatkhanov

Monsieur le Président,
Je vous demande d’expliquer pourquoi l’enquête sur la disparition forcée d’Artur Akhmatkhanov a été suspendue mi-2007, d’autant que le président de la commission du Parlement tchétchène sur la recherche des personnes enlevées et portées disparues a déclaré qu’il s’efforcerait de faire la lumière, avant la fin de l’année 2007, sur le sort de toutes les personnes disparues.
Je vous prie de rouvrir l’enquête immédiatement et de veiller à ce qu’elle soit approfondie, indépendante et efficace. Ses conclusions doivent être rendues publiques, les responsables présumés doivent être déférés à la justice et la famille d’Artur Akhmatkhanov doit être informée de toute évolution de l’enquête.
Je vous demande également de diligenter une enquête officielle sur l’efficacité des investigations concernant les disparitions forcées. Dans de nombreuses affaires, la Cour européenne des droits de l'homme a en effet estimé que les autorités russes avaient violé la Convention européenne des droits de l'homme et n’avaient pas mené d’enquêtes efficaces sur ces violations ni pris de mesures pour mettre un terme aux violations commises par les forces de sécurité russes et garantir que les organes chargés de faire respecter la loi opèrent dans le plein respect du droit russe et international.
Veuillez agréer, Monsieur le Président, l'expression de ma très haute considération.

Sign your name

Comment

To contribute comments on the Activism Center you must be signed in. Be the first to comment

Register now for your Activism profile on amnesty.org

The profile enables you to...

  • Comment and engage with a wide range of human rights debates, activism, stories and blogs
  • Control your anonymity and privacy settings
  • Ensure your voice contributes to our campaigns
  • Record and share your activity
  • Timely on and offline activism opportunities and news alerts
  • Twitter and Facebook integration coming soon


Why wait? Human rights is nothing without you    Register now »
663,222
Total Actions taken
by people like you