Annual Report 2013
The state of the world's human rights

28 October 2011

Japon : le ministre de la Justice ne doit pas céder aux pressions en ce qui concerne la peine de mort

Japon : le ministre de la Justice ne doit pas céder aux pressions en ce qui concerne la peine de mort
En 2010, deux hommes ont été pendus au centre de détention de Tokyo.

En 2010, deux hommes ont été pendus au centre de détention de Tokyo.

© Amnesty International


Alors qu'il a fait part de sa réticence à signer des ordres d'exécution le mois dernier lorsqu'il a pris ses fonctions, il serait très inquiétant que le ministre de la Justice subisse aujourd'hui des pressions pour revenir sur sa position
Source: 
Catherine Baber, directrice adjointe du programme Asie-Pacifique d'Amnesty International
Date: 
Fri, 28/10/2011

Le ministre japonais de la Justice ne doit pas signer d'ordres d'exécution, ont déclaré Amnesty International et le Réseau asiatique contre la peine de mort (ADPAN) vendredi 28 octobre, après que le ministre a annoncé qu'il n'a pas l'intention de mettre fin à la peine capitale, lors même qu'il avait affirmé le mois dernier qu'il n'approuverait aucune exécution.

Le ministre de la Justice Hideo Hiraoka a déclaré vendredi 28 octobre qu'il examinerait chaque cas de condamné à mort individuellement, après qu'un éminent politicien l'aurait encouragé à exercer son pouvoir d'autoriser les exécutions.

« Alors qu'il a fait part de sa réticence à signer des ordres d'exécution le mois dernier lorsqu'il a pris ses fonctions, il serait très inquiétant que le ministre Hideo Hiraoka subisse aujourd'hui des pressions pour revenir sur sa position, en dépit de ses propres appels à la prudence, a affirmé la directrice adjointe du programme Asie-Pacifique d'Amnesty International, Catherine Baber.

« Le ministre doit tenir son engagement initial, à savoir suspendre les exécutions jusqu'à ce que l'application de la peine de mort au Japon fasse l'objet d'un examen plus approfondi. »

Le 26 octobre, lors d'une commission parlementaire, Osamu Fujimura, secrétaire général du gouvernement, aurait incité le ministre de la Justice Hideo Hiraoka à poursuivre la mise en œuvre des exécutions.

Au Japon, les dernières exécutions remontent au 28 juillet 2010, date à laquelle Ogata Hidenori et Shinozawa Kazuo ont été pendus au centre de détention de Tokyo.

Un groupe de travail sur la peine de mort a été mis en place par l'ex-ministre de la Justice Keiko Chiba en 2010. Il poursuit son travail sous l'égide de l'actuel ministre, Hideo Hiraoka, qui a encouragé les débats sur cette question, au sein de la population comme de son ministère, prenant en compte la tendance et les opinions internationales.

On ignore quand le groupe de travail doit rendre son rapport.

À l'heure actuelle, 126 prisonniers sont sous le coup d'une condamnation à mort au Japon.

Les condamnés sont exécutés par pendaison, généralement dans le plus grand secret. On ne leur annonce l'imminence de leur exécution que le matin même, et leurs proches sont généralement avertis de leur mort seulement après les faits.

Ces prisonniers vivent donc dans la peur constante d'être mis à mort. Le fait de subir cette tension continuelle pendant des années, voire des décennies, entraîne des dépressions et des maladies mentales chez les condamnés à mort.

Plus des deux tiers des pays du monde ont aboli la peine de mort en droit ou en pratique. Sur les 41 États que compte la région Asie-Pacifique, 17 l'ont abolie pour tous les crimes, neuf sont abolitionnistes dans la pratique et un seul – Fidji – recourt à ce châtiment pour les crimes militaires exceptionnels.

Ainsi, moins de la moitié des pays de la région recourent encore à ce châtiment ultime et irréversible. Parmi les nations du G8, seuls le Japon et les États-Unis procèdent encore à des exécutions.

Amnesty International considère la peine de mort comme une violation du droit à la vie et s'y oppose en toutes circonstances, quelles que soient la nature du crime commis, la personnalité de son auteur ou la méthode d'exécution utilisée par l'État.

« Le Japon doit immédiatement commuer toutes les condamnations à mort et instaurer un moratoire officiel sur les exécutions, première étape vers l'abolition de la peine de mort », a conclu Catherine Baber.

Le Réseau asiatique contre la peine de mort (ADPAN) est un réseau interrégional composé d'avocats, d'ONG, de journalistes, de défenseurs des droits humains et de militants issus de 23 pays d'Asie et d'Océanie.

L'ADPAN fait campagne en faveur de l'abolition de la peine de mort dans tous les pays de la région.

Read More

Amnesty International et l'ADPAN demandent un sursis à l'exécution d'un prisonnier japonais condamné à mort il y a 43 ans et son transfert hors du quartier des condamnés à mort (déclaration publique, 10 mars 2011)
Japon. Deux hommes exécutés, un troisième encore en danger (action urgente, 30 juillet 2010)

Campaigns

Abolish the death penalty  

Country

Japan 

Region

Asia And The Pacific 

@amnestyonline on twitter

News

22 July 2014

The Gambian government must abolish the laws and iron fisted practices that have resulted in two decades of widespread human rights violations, Amnesty International said as it... Read more »

23 July 2014

An undocumented migrant who was arrested and tortured by the Mexican police and army is currently facing an unfair trial solely because of his ethnicity and should be released... Read more »

22 July 2014

Indonesia’s new President Joko Widodo must deliver on campaign promises to improve Indonesia’s dire human rights situation, Amnesty International said.

Read more »
21 July 2014

Ahead of a legal intervention by Amnesty International and others in the rendition case of the Libyan national Abdul-Hakim Belhaj, Amnesty International... Read more »

21 July 2014

Ahead of a legal intervention by Amnesty International and others in the rendition case of the Libyan national Abdul-Hakim Belhaj, Amnesty International... Read more »