Annual Report 2013
The state of the world's human rights

30 September 2011

La Marche des fiertés interdite à Belgrade : une journée noire pour les droits humains en Serbie

La Marche des fiertés interdite à Belgrade : une journée noire pour les droits humains en Serbie

La décision des autorités serbes d'interdire la Marche des fiertés de Belgrade, la « Belgrade Pride », fait du dimanche 2 octobre « une journée noire pour les droits humains », a déclaré Amnesty International samedi 1er octobre.

Le Conseil national de sécurité serbe a déclaré samedi 1er octobre que la Marche des fiertés prévue le lendemain ne pourrait avoir lieu en raison des menaces émanant de groupes d'extrême droite, qui auraient appelé à plonger la ville dans les violences et le chaos si cet événement avait lieu.

« Comme ce fut le cas en 2009, les autorités serbes ont cédé à la pression des groupes de droite qui ne comprennent ni ne respectent les droits à la liberté d'expression garantis par la Constitution et les lois serbes », a déclaré Sian Jones, spécialiste des Balkans au sein d'Amnesty International.

Amnesty International estime que cette interdiction constitue un cuisant revers pour les droits humains en Serbie et une importante concession du gouvernement aux groupes nationalistes de droite, notamment Dveri et Obraz, qui ont orchestré l'opposition à la Belgrade Pride.

« Une nouvelle fois, le gouvernement a fait pression sur les organisateurs pour qu'ils annulent la Marche des fiertés, au lieu de les soutenir en garantissant leurs droits. Les drapeaux aux couleurs de l'arc-en-ciel ont été bannis de Serbie, laissant place à une sombre journée pour les droits fondamentaux », a poursuivi Sian Jones.

C'est la quatrième fois que la Marche était prévue à Belgrade. En 2010, la police a protégé les participants face à plus de 5 000 contre-manifestants violents. Les dégâts matériels engendrés ont été estimés à plus d'un million d'euros. En 2009, la Belgrade Pride n'a pas eu lieu, les autorités ayant refusé au dernier moment d'assurer la sécurité de la manifestation, en raison des menaces adressées par des groupes d'extrême droite.

Le maire de Belgrade a refusé de soutenir la Marche, alléguant que cet événement constituait un risque pour « les biens matériels, les membres de la communauté homosexuelle, les policiers et les citoyens de Belgrade ».

Selon Amnesty International, en interdisant la Marche des fiertés, le gouvernement serbe bafoue les obligations qui lui incombent de garantir la liberté d'expression et de réunion. Par ailleurs, l'organisation craint que cette interdiction, sur fond de menaces émanant de groupes homophobes, ne donne le feu vert à ceux qui s'efforcent de priver de leurs droits les lesbiennes, gays, personnes bisexuelles et transgenres et ne fragilise leur droit de ne pas subir de discrimination.

« C'est un grand pas en arrière pour les droits humains en Serbie et une importante concession du gouvernement aux groupes nationalistes de droite, notamment Dveri et Obraz, qui ont orchestré l'opposition à la Belgrade Pride », a conclu Sian Jones.

Read More

Serbie. Amnesty International soutient la Belgrade Pride 2011 (déclaration publique, 28 septembre 2011)
Serbie. La marche des fiertés doit avoir lieu (action urgente, 26 août 2011)

 

 

Issue

Discrimination 
Freedom Of Expression 
Sexual Orientation and Gender Identity 

Country

Serbia 

Region

Europe And Central Asia 

@amnestyonline on twitter

News

21 August 2014

Children accused of being members of armed groups in the conflict in Mali are languishing in adult jails while human rights abuses continue.

Read more »
15 August 2014

The number of killings perpetrated by the police is on the rise again in the Dominican Republic whilst legislation intended to fix the problem stalls and stagnates in Congress... Read more »

29 August 2014

The execution of two men in Japan on Friday flies in the face of growing calls in the country to halt the use of capital punishment, said Amnesty International.

Read more »
29 August 2014

Russia’s official branding of a civil society organization as a “foreign agent”, an expression akin to “spying”, for speaking out on Ukraine is a sign of the country’s... Read more »

29 August 2014

Peaceful activist Mohamed Bachir Arab has been held in secret since he was arrested by the Syrian intelligence forces on 2 November 2011. He is one of Syria's many "disappeared... Read more »