Annual Report 2013
The state of the world's human rights

Press releases

19 September 2011

Au Yémen, les homicides de manifestants déclenchent des flambées de violence

Les autorités yéménites doivent immédiatement mettre fin aux homicides de manifestants pacifiques imputables aux forces de sécurité, a déclaré Amnesty International lundi 19 septembre. Selon certaines informations, des dizaines de personnes ont été abattues dans la capitale Sanaa depuis dimanche.

Des centaines d'autres auraient été blessées après que les forces de sécurité ont posté des tireurs embusqués et utilisé des lance-roquettes contre des manifestants qui défilaient pour réclamer la démission du président Ali Abdullah Saleh.

Près de 26 personnes ont été tuées dimanche 18 septembre. Les violences qui se sont poursuivies ont fait de nouvelles victimes à Sanaa lundi.

En outre, la situation se dégrade dans la ville de Taizz, dans le sud du pays, les forces de sécurité ayant ouvert le feu sur des manifestants qui défilaient par solidarité avec les victimes de Sanaa.

« Le Yémen est sur le fil du rasoir. Ceux qui manifestent pacifiquement en faveur du changement sont de plus en plus frustrés face à l'impasse politique, a indiqué Philip Luther, directeur adjoint du programme Afrique du Nord et Moyen-Orient d'Amnesty International.

« Les flambées de violence témoignent d'un risque croissant de guerre civile. Les autorités yéménites doivent cesser de recourir à une force excessive, avant que la violence n'échappe à tout contrôle. »

Depuis le mois de février, quelque 200 personnes ont été tuées et plus d'un millier blessées dans le cadre des manifestations qui ont éclaté dans tout le pays. Les forces de sécurité ont fait un usage excessif de la force à maintes reprises, notamment en tirant à balles réelles sur des manifestants participant à des rassemblements pacifiques.

Les autorités yéménites ont ouvert des enquêtes sur certains homicides. Elles ont proposé d'indemniser les victimes de l'épisode de violence le plus meurtrier, l'attaque menée contre un camp de manifestants à Sanaa, le 18 mars, qui aurait fait plus de 50 morts.

Les habitants font de plus en plus les frais des affrontements entre les forces gouvernementales et les opposants armés, particulièrement dans les villes de Sanaa et Taizz.

À Zinjibar, ville du sud du pays, des dizaines de familles auraient fui leur foyer en raison des combats qui s'y sont déroulés en juin, entre l'armée yéménite et les opposants armés accusés par le gouvernement d'appartenir à Al Qaïda. Cette situation a soulevé des préoccupations quant à la dégradation de la situation humanitaire dans le pays.

Amnesty International a demandé au Conseil des droits de l'homme des Nations unies, qui débat de la situation au Yémen lundi 19 septembre à Genève, d'exhorter les autorités yéménites à ordonner à leurs forces de sécurité de cesser immédiatement de tirer à balles réelles sur les manifestants pacifiques.

Elle a sollicité la mise sur pied d'une commission d'enquête indépendante, impartiale et exhaustive, appuyée par la communauté internationale, chargée d'enquêter sur les victimes que l'on dénombre notamment parmi les manifestants.

Par ailleurs, elle a demandé la suspension immédiate des fournitures d'armes et de munitions susceptibles de servir à recourir à une force excessive dans le cadre des opérations de maintien de l'ordre lors des manifestations.

« La communauté internationale ne peut pas continuer à faire passer ses craintes et ses peurs vis-à-vis d'Al Qaïda avant les considérations liées aux droits humains, a conclu Philip Luther.

« Elle doit faire clairement savoir aux autorités yéménites que les manifestants ne doivent pas être pris pour cibles parce qu'ils ont exercé leurs droits. Les violences commises par les forces de sécurité yéménites sont absolument inacceptables et doivent cesser. Les responsables présumés de ces agissements doivent être amenés à en répondre. »

AI Index: PRE01/464/2011
Region Middle East And North Africa
Country Yemen
For further information, contact International Press Office »

International Press Office

Phone : +44 (0) 20 7413 5566
9:30 - 17:00 GMT Monday-Friday
Phone : +44 (0) 777 847 2126
Line open 24 hours a day
Fax : +44 (0) 20 7413 5835
International Press Office
Peter Benenson House
1 Easton Street
London
WC1X 0DW
UK
Follow International Press Office on Twitter
@amnestypress