Soudan : des crimes de guerre sont peut-être commis au Kordofan méridional

Carte des faits au Kordofan méridional – cliquez pour agrandir l'image.

Carte des faits au Kordofan méridional – cliquez pour agrandir l'image.


30 August 2011

Amnesty International et Human Rights Watch ont rassemblé des éléments indiquant que les forces armées du Soudan pourraient avoir commis des crimes de guerre au Kordofan méridional, ont déclaré les deux organisations mardi 30 août.

Au cours d'une mission exceptionnelle dans la région des monts Nouba, au Kordofan méridional, des chercheurs des deux organisations de défense des droits humains ont découvert qu'une campagne de bombardements aveugles menée par le Soudan depuis le début du mois de juin tue et mutile des hommes, des femmes et des enfants.

The slideshow requires JavaScript and the Flash Player. Get Flash here.

Un homme a décrit la manière dont sa femme, enceinte et mère de 10 enfants, a été victime d'une frappe aérienne à Um Sirdeeba, à l'est de Kadugli, la capitale de l'État :
« Ma femme, Mahasin, ensemençait le champ à côté de chez nous quand nous avons entendu un avion, un Antonov, effectuer des cercles au-dessus de nous. Elle a crié aux enfants : “Allongez-vous par terre, les bombes arrivent.” »

Le projectile a explosé près de leur maison, décapitant sa femme et tuant deux de ses enfants et un de ses neveux.

Une autre femme a expliqué aux chercheurs comment elle a perdu ses deux jeunes enfants lorsque le marché en effervescence du village de Kurchi a été bombardé. Treize civils, dont cinq enfants, ont été tués lors de cette attaque.

« J'ai entendu des explosions, et là un voisin a apporté le corps de [ma fille] Maryam à la maison. Une partie de son crâne avait été emportée », a-t-elle décrit.

Pour les seules villes de Kauda, Delami et Kurchi, Amnesty International et Human Rights Watch ont recensé 13 bombardements distincts depuis le milieu du mois de juin. Au cours de ces attaques, au moins 26 civils ont été tués et plus de 45 autres ont été blessés.

Durant la période où les chercheurs étaient sur le terrain, du 14 au 21 août, des avions Antonov ont largué des bombes presque quotidiennement sur les fermes et les villages.

Les chercheurs étaient présents lorsque trois bombes ont été larguées d'un avion Antonov, le 19 août, et ils ont photographié la scène.

Dans tous les cas d'attaques sur lesquels les chercheurs ont enquêté, les victimes et les témoins ont signalé qu'aucune cible militaire légitime ne se trouvait près des zones de frappe des bombes.

Le type de munitions utilisées (des munitions non téléguidées larguées à haute altitude) et l'absence de discernement dans la manière de les utiliser violent le droit humanitaire international.

Depuis le début du mois de juin, plus de 150 000 personnes ont été obligées de fuir en raison du conflit. Des dizaines de milliers de personnes se trouvent dans des zones contrôlées par l'opposition, où les autorités soudanaises ont bloqué de facto l'acheminement de l'aide humanitaire ainsi que des biens et services de première nécessité dont ces personnes ont désespérément besoin.

Les communautés déplacées, obligées de partir de chez elles à cause des bombardements répétés, vivent dans des conditions éprouvantes dans des grottes, au sommet de montages, sous des arbres ou dans la brousse, loin des villes.

Elles n'ont pas assez de vivres, de médicaments, d'installations sanitaires ni d'abris contre les fortes pluies. De nombreuses familles déplacées ont expliqué aux chercheurs qu'elles se nourrissaient de baies et de feuilles et que leurs enfants souffraient de diarrhée et de paludisme.

« Les autorités soudanaises doivent de toute urgence mettre fin à tous les bombardements aveugles au Kordofan méridional et autoriser l'acheminement de l'aide humanitaire ainsi que la présence d'observateurs des droits humains », a déclaré Erwin van der Borght.

« Le Conseil de sécurité des Nations unies doit condamner le plus fermement possible les violations des droits humains actuellement perpétrées dans les monts Nouba, et il doit ordonner l'ouverture d'une enquête indépendante sur les atteintes commises par les parties au conflit dans le Kordofan méridional depuis le 5 juin », a-t-il ajouté.

Pour en savoir plus
Soudan. Des civils du Kordofan méridional racontent l'horreur des frappes aériennes (rapport, 30 août 2011)
Soudan. Des civils du Kordofan méridional racontent l'horreur des frappes aériennes (communiqué de presse, 30 août 2011)
Le commerce des armes alimente les violations dans le conflit au Soudan (nouvelle, 8 juillet 2011)
Soudan. L'insécurité demeure pour les personnes déplacées dans le Kordofan méridional (déclaration publique, 24 juin 2011)
Soudan : au Kordofan méridional, les civils sont de plus en plus menacés (nouvelle, 10 juin 2011)

How you can help

AMNESTY INTERNATIONAL WORLDWIDE