Annual Report 2013
The state of the world's human rights

4 August 2011

L'ONU confirme la pollution pétrolière massive du delta du Niger

L'ONU confirme la pollution pétrolière massive du delta du Niger

Les activités de la compagnie pétrolière Shell ont des répercussions désastreuses sur les droits humains de la population du delta du Niger, au Nigeria, a déclaré Amnesty International alors que l'ONU vient de rendre public un rapport sur l'impact de la pollution par hydrocarbures dans le pays ogoni, dans la région du delta.

S'appuyant sur deux années de recherche scientifique approfondie, le rapport du Programme des Nations unies pour l'environnement (PNUE) est sans précédent au Nigeria.

Il conclut que la contamination par hydrocarbures est grave et généralisée, et que les habitants du delta du Niger y sont exposés depuis des décennies.

« Ce rapport prouve que les activités de Shell ont eu des répercussions désastreuses au Nigeria, mais que l'entreprise s'en est sortie en niant cet état de fait pendant des dizaines d'années, prétendant travailler dans le respect des normes internationales les plus élevées », a déclaré Audrey Gaughran, en charge des questions relatives aux enjeux internationaux à Amnesty International, qui a fait des recherches sur les conséquences de la pollution du delta en termes de droits humains.

Établi à la demande du gouvernement nigérian et financé par Shell, ce rapport fournit la preuve irréfutable que la pollution par hydrocarbures a des effets dévastateurs sur la vie des habitants du delta du Niger, l'une des régions d'Afrique les plus riches en termes de biodiversité.

Il passe en revue les dommages causés à l'agriculture et à la pêche, qui se traduisent par la destruction des moyens de subsistance et des sources de nourriture. L'un des faits les plus graves qu'il met en lumière concerne l'ampleur de la contamination de l'eau potable, qui expose la population à de graves risques sanitaires.

Dans l'un des cas étudiés, l'eau contenait une substance cancérigène reconnue à des taux 900 fois supérieurs à la limite préconisée par l'Organisation mondiale de la santé. Le PNUE recommande la mise en œuvre de mesures d'urgence pour alerter la population du danger.

En outre, le rapport dénonce l'absence de volonté dont Shell fait preuve pour réparer les fuites de pétrole signalées depuis de nombreuses années. Le PNUE explique que ses experts ont détecté des pollutions sur des sites que Shell avait pourtant affirmé avoir nettoyés.
 
« Shell ne doit pas se défiler, mais faire face à la réalité et gérer les dommages qu'elle a occasionnés. Tenter de se dédouaner en montrant du doigt les agissements d'autrui, alors que Shell est l'acteur principal dans cette affaire, ne dupera personne, a indiqué Audrey Gaughran. Aucune solution ne pourra être trouvée à la pollution du delta du Niger tant que Shell cherchera avant tout à protéger son image aux dépens de la vérité, et aux dépens de la justice. »

Par ailleurs, le rapport du PNUE dénonce l'incapacité criante du gouvernement nigérian à réguler et contrôler des entreprises telles que Shell. Il met le doigt sur la faiblesse des organismes de surveillance au Nigeria et déplore que l'organisme chargé d'enquêter sur les fuites dépende trop souvent des compagnies pétrolières pour accomplir sa mission.

Le gouvernement nigérian, les compagnies pétrolières et les gouvernements des pays où se trouvent leurs sièges, tels que le Royaume-Uni et les Pays-bas, ont tous tiré profit de l'extraction pétrolière dans le delta du Niger et doivent désormais financer un processus de restauration environnementale et sociale, a affirmé Amnesty International.

« Ce rapport doit aussi alerter les investisseurs institutionnels. Par le passé, ils ont laissé Shell les duper à grand renfort d'opérations de relations publiques, mais ils attendront désormais de l'entreprise qu'elle assainisse ses activités dans le delta du Niger – aussi doivent-ils soumettre Shell à de fortes pressions afin qu'elle en finisse avec les déversements d'hydrocarbures, publie des informations plus précises sur leurs répercussions et indemnise les personnes déjà touchées », a estimé Audrey Gaughran.

Dans son rapport, le PNUE note qu'il existe dans le pays ogoni d'autres sources de pollution, relativement nouvelles, telles que le raffinage clandestin. Cependant, il ne fait aucun doute que les pratiques douteuses mises en œuvre par Shell depuis des dizaines d'années constituent un facteur majeur de contamination de la région.

Le 3 août, les médias ont largement relayé l'information selon laquelle Shell avait endossé la responsabilité de deux marées noires importantes dans le pays ogoni en 2008. Près de trois ans plus tard, les fuites qui ont eu lieu à Bodo – et ont gravement nui aux moyens de subsistance de la communauté – n'ont toujours pas été nettoyées.

L'industrie pétrolière dans le delta du Niger a démarré une production commerciale en 1958, lorsque la Shell British Petroleum (devenue la Royal Dutch Shell) a découvert du pétrole brut à Oloibiri. Aujourd'hui, l'industrie pétrolière est très visible dans le delta et a la mainmise sur une grande partie des terres. Shell exploite à elle seule plus de 31 000 kilomètres carrés.

Le secteur du pétrole et du gaz représente 97 % des revenus en devises du Nigeria et contribue à hauteur de 79,5 % aux recettes du gouvernement.
Selon certaines estimations, le pétrole a rapporté 600 milliards de dollars (environ 430 milliards d'euro) depuis les années 1960.

L'industrie pétrolière dans le delta du Niger regroupe à la fois l'État nigérian, des filiales de multinationales telles que Shell, Eni, Chevron, Total et ExxonMobil, et quelques sociétés nigérianes.

D'après le Programme des Nations unies pour le développement (PNUD), plus de 60 % des habitants de la région dépendent de leur milieu naturel pour vivre.

Le PNUD ajoute que plus de 6 800 déversements ont été signalés entre 1976 et 2001, ce qui représente une perte d'environ trois millions de barils de pétrole. De nombreux experts estiment qu'en raison du faible taux de signalement, ces chiffres seraient bien en deçà de la réalité.

Aux termes de la réglementation nigériane, les compagnies pétrolières doivent nettoyer tous les déversements d'hydrocarbures. Force est de constater qu'elle n'est guère appliquée.

Read More

Nigeria. Nettoyez les zones polluées dans le delta du Niger (carte postale, 9 mai 2011)
Shell est accusé d'avoir publié des chiffres mensongers sur les déversements de pétrole au Nigeria (nouvelle, 25 janvier 2011)
Les Nations unies ne doivent pas utiliser des données erronées sur les causes des déversements de pétrole au Nigeria (nouvelle, 23 août 2010)
Nigeria. Pétrole, pollution et pauvreté
(rapport, 30 juin 2009)

Issue

Business And Human Rights 
Medical And Health 
United Nations 

Country

Nigeria 

Region

Africa 

@amnestyonline on twitter

News

18 September 2014

Nigeria’s police and military routinely torture women, men, and children – some as young as 12 – using a wide range of methods including beatings, shootings and rape... Read more »

04 September 2014

For years Amnesty International has been investigating and recording evidence of torture in Mexico. Here're some of the most shocking facts. 

Read more »
18 September 2014

The conviction of four peaceful protesters by a Thai military court today is an affront to justice and another sign of repression under military rule. 

Read more »
15 September 2014

European leaders must do more to provide safe and legal ways for refugees and migrants to access international protection in the European Union.

Read more »
18 September 2014

A controversial new cybercrimes law that criminalizes the spreading of “false news” on the internet poses a serious threat to freedom of expression in Qatar.

Read more »