Annual Report 2013
The state of the world's human rights

9 June 2011

L'enquête sur l'homicide d'un étudiant pakistanais doit déboucher sur l'ouverture de poursuites

L'enquête sur l'homicide d'un étudiant pakistanais doit déboucher sur l'ouverture de poursuites

Toute enquête menée par les autorités pakistanaises sur l'homicide, par les forces de police paramilitaires, d'un étudiant non armé doit être approfondie et impartiale, et donner lieu à la déclaration de culpabilité des auteurs de ce crime, a déclaré Amnesty International jeudi 9 juin.

Sarfaraz Shah, 25 ans, a été abattu dans un parc de Karachi mercredi 8 juin par des membres des Karachi rangers, une force de police paramilitaire placée sous l'autorité du ministère de l'Intérieur.

« Compte tenu du bilan désastreux du Pakistan lorsqu'il s'agit de lancer des poursuites en rapport avec les homicides impliquant des responsables de l'application des lois du pays, il est impératif que les autorités aillent jusqu'au bout de cette affaire et veillent à ce que les coupables soient traduits en justice », a déclaré Sam Zarifi, directeur du programme Asie-Pacifique d'Amnesty International.

« Le peuple pakistanais perd rapidement patience face au mépris que manifestent vis-à-vis de la loi les forces de sécurité censées les protéger et face à l'impunité généralisée qui sévit au sein de leurs rangs », a-t-il ajouté.

« Il arrive un moment où le gouvernement doit montrer qu'il peut et va rendre justice à ses citoyens, même dans les cas impliquant des responsables de l'application des lois », a-t-il poursuivi.

Des séquences diffusées à la télévision pakistanaise montrent un ranger faire feu sur le jeune homme de 25 ans à bout portant à deux reprises.

D'après certaines informations relayées par les médias locaux, Sarfaraz Shah a été arrêté car il était soupçonné de tentative de vol à main armé. Rien dans la séquence diffusée ne montre cependant qu'il était armé au moment des coups de feu.

Le Chief minister (Premier ministre) de la province du Sind a ordonné l'ouverture d'une enquête et suspendu un responsable de la police.

Dans les cas précédents d'homicides perpétrés par des policiers pakistanais cependant, justice a rarement été rendue aux victimes.

Des policiers ont été filmés en train de favoriser le lynchage de deux jeunes à Sialkot le 15 août 2010. Bien qu'ils aient plus tard été arrêtés, ils ont ensuite tous été libérés sous caution et la famille des victimes craint que les individus accusés des meurtres ne soient pas reconnus coupables.

Le 17 mai à Quetta, au Baloutchistan, des membres du Corps de frontière ont été accusés d'avoir abattu cinq personnes apparemment dépourvues d'armes. Trois femmes, dont une était enceinte, figuraient parmi les victimes.

Les autorités provinciales ont annoncé l'ouverture d'une enquête judiciaire mais personne n'a été arrêté ni poursuivi pour ces homicides.

Read More

Pakistan. Le gouvernement doit faire cesser les exécutions illégales au Baloutchistan (déclaration publique, 3 juin 2011)
Le Pakistan doit faire le nécessaire pour que les nombreuses atrocités commises au Baloutchistan ne restent pas impunies (nouvelle, 23 février 2011)

Issue

Extrajudicial Executions And Other Unlawful Killings 
Law Enforcement 

Country

Pakistan 

Region

Asia And The Pacific 

@amnestyonline on twitter

News

11 April 2014

There are mounting fears over the fate of  a man who went missing 11 days ago after tweeting pictures of an attempted jail break in Abuja, Amnesty International said today... Read more »

08 April 2014

Rick Perry must stop Wednesday’s execution of Ramiro Hernández Llanas, a Mexican national with a mental disability.

Read more »
14 April 2014

The early release in Viet Nam of several prisoners of conscience is welcome, but serves to highlight the situation of at least 70 others who remain jailed for peacefully... Read more »

09 April 2014

A new resource to arm lawyers, defendants and the judiciary with the tools to fight against unfair trials and injustice is published by Amnesty International today.

Read more »
16 April 2014

Ten years after serving a full sentence for his revelations to the press about Israel’s nuclear weapons programme, Mordechai Vanunu still faces severe restrictions that... Read more »