Annual Report 2013
The state of the world's human rights

3 June 2011

Amnesty International demande aux autorités indiennes de remettre en liberté deux militants écologistes

Amnesty International demande aux autorités indiennes de remettre en liberté deux militants écologistes

Les autorités indiennes doivent remettre en liberté immédiatement deux militants qui ont été arrêtés selon toute apparence en raison de leurs activités visant à protéger les communautés locales contre la pollution industrielle, a déclaré Amnesty International le 3 juin après avoir appris que l'un des deux hommes était maintenu enchaîné à son lit d'hôpital.

Le militant écologiste Ramesh Agrawal et le médecin Harirar Patel, qui pratique la médecine traditionnelle, ont été arrêtés le 28 mai à Raigarh, une ville de l'État du Chhattisgarh (centre de l'Inde). Les deux hommes avaient pris la tête d'une campagne visant à protéger les communautés adivasis (aborigènes) locales contre la pollution provoquée par certains projets industriels.

Un tribunal ayant rejeté leur demande de remise en liberté sous caution, ils ont été écroués à la prison de Raigarh. Ramesh Agrawal, qui souffre d'hypertension, a ensuite été emmené dans un hôpital public afin d'y recevoir des soins ; là, il a été enchaîné à son lit.

« Enchaîner une personne malade à son lit d'hôpital est une punition fondamentalement cruelle et dégradante qui n'aurait jamais due être appliquée à un détenu arrêté pour le simple fait d'avoir exercé pacifiquement des activités militantes, a déclaré Madhu Malhotra, directrice adjointe du programme Asie-Pacifique d'Amnesty International.

« Ramesh Agrawal et Harirar Patel ont manifestement été pris pour cible en raison de leurs activités de défense des droits fondamentaux des populations locales. Nous demandons aux autorités du Chhattisgarh d'abandonner toutes les charges pesant contre ces militants et de les remettre en liberté, immédiatement et sans condition. »

Un responsable de la police de l'État a déclaré à la presse nationale que c'était une erreur d'avoir enchaîné Ramesh Agrawal à son lit d'hôpital, mais qu'il y avait selon lui suffisamment d'éléments probants pour maintenir les deux militants en détention.

La police de l'État du Chhattisgarh a inculpé les deux hommes d'avoir « diffusé des informations diffamatoires », « troublé l'ordre public » et « semé l'inquiétude et la panique au sein de la population » lors d'une consultation publique réglementaire tenue le 8 mai 2010 dans le village de Tamnar par le bureau de contrôle de la pollution de l'État.

La réunion avait été organisée, conformément à la réglementation, pour débattre du projet d'expansion d'une centrale thermique au charbon de la société privée Jinda Steel and Power.

Les deux militants s'étaient opposés au projet, indiquant qu'ils craignaient que l'expansion entraîne l'acquisition forcée par les autorités de terres appartenant aux communautés vivant près des installations. Ramesh Agrawal avait par ailleurs adressé au ministère indien de l'Environnement et des Forêts une requête en vue de la suspension temporaire du cahier des charges du projet d'expansion. Il avait obtenu satisfaction.

« Au lieu d'arrêter ceux qui prennent la défense des droits des populations locales, les autorités du Chhattisgarh feraient mieux de veiller à ce que les défenseurs des droits humains et les militants écologistes puissent mener à bien leurs activités légitimes et pacifiques sans craindre de faire l'objet de manœuvres de harcèlement et d'intimidation », a déclaré Madhu Malhotra.

Read More

Inde. Des militants écologistes indiens détenus (action urgente, 2 juin 2011)

Issue

Activists 
Detention 
Freedom Of Expression 
Indigenous peoples 
Medical And Health 

Country

India 

Region

Asia And The Pacific 

Campaigns

Demand Dignity 

@amnestyonline on twitter

News

24 November 2014

A Belgian mining company, Groupe Forrest International, has consistently lied about the bulldozing of hundreds of homes in the Democratic Republic of the Congo and... Read more »

25 November 2014

Law enforcement personnel in the US state of Missouri must not resort to excessive use of force as protesters take to the streets following the Grand Jury decision not to... Read more »

23 November 2014

The Philippine authorities are running out of time to ensure that their response to the Maguindanao massacre does not become a mockery of justice, Amnesty International... Read more »

24 November 2014

Allegations that the UK government sanctioned the use of torture and ill-treatment in Northern Ireland in the 1970s should be re-examined by the European Court of Human... Read more »

25 November 2014

The UAE authorities have again shown their intolerance for dissent by handing down a three-year prison sentence and hefty fine today to a 25-year-old man whose only “offence”... Read more »