Annual Report 2013
The state of the world's human rights

11 May 2011

Le Yémen doit cesser de recourir à la force meurtrière alors que de nouvelles manifestations s'annoncent

Le Yémen doit cesser de recourir à la force meurtrière alors que de nouvelles manifestations s'annoncent

Amnesty International exhorte les autorités yéménites à cesser de recourir sans raison à la force meurtrière contre des manifestants antigouvernementaux, après que les forces de sécurité eurent ouvert le feu mercredi 11 mai sur des cortèges dans la capitale, Sanaa, et dans la ville de Taizz, tuant au moins deux personnes.

L'organisation a lancé cet appel en amont de défilés devant avoir lieu entre le camp des manifestants, près de l'université de Sanaa, et le palais présidentiel.

Selon les chiffres les plus récents dont dispose Amnesty International, plus de 145 personnes ont été tuées au Yémen au cours des quelques mois écoulés, marqués par les manifestations appelant au départ du président Ali Abdullah Saleh, au pouvoir depuis 32 ans.

« Il faut immédiatement empêcher les forces de sécurité yéménites de tirer à balles réelles sur des manifestants non armés », a déclaré Philip Luther, directeur adjoint du programme d'Amnesty International pour le Moyen-Orient et l'Afrique du Nord.

« Le gouvernement yéménite doit permettre aux citoyens d'exprimer des doléances légitimes sans avoir à craindre d'être brutalisés ou tués. Il doit par ailleurs veiller à ce que justice soit faite pour toutes les personnes exécutées de manière extrajudiciaire alors qu'elles exerçaient leur droit à manifester pacifiquement. »

Des témoins ayant assisté à la scène à Sanaa ont déclaré à Amnesty International qu'un homme avait été tué mercredi 11 mai lorsque les forces de sécurité ont ouvert le feu sur les manifestants, qui se dirigeaient vers le bâtiment abritant le Conseil des ministres. Des dizaines d'autres auraient été blessés.

D'après les informations reçues, les forces de sécurité ont également abattu une personne à Taizz le 11 mai. Des dizaines d'autres personnes ont blessées par les tirs.

À Taizz, un témoin a dit à Amnesty International que les forces de sécurité ont tiré à balles réelles sur des manifestants non violents prenant la direction de bâtiments gouvernementaux en ville, tuant au moins huit personnes en quatre jours, dont celle abattue le 11 mai.

En mars, le Parlement yéménite a adopté une loi d'urgence octroyant aux forces de sécurité des pouvoirs étendus en matière d'arrestation, sans que celles-ci ne soient tenues de respecter la législation relative à la procédure pénale, et imposant de lourdes restrictions concernant la tenue de réunions publiques, susceptibles d'être utilisées pour interdire les manifestations.

Cette loi d'urgence accorde également aux autorités le pouvoir de suspendre, saisir et confisquer « tous les médias […] et moyens d'expression ».

Read More

Les exigences de changement en Afrique du Nord et au Moyen-Orient (page spéciale)

Issue

MENA unrest 

Country

Yemen 

Region

Middle East And North Africa 

@amnestyonline on twitter

News

21 August 2014

Children accused of being members of armed groups in the conflict in Mali are languishing in adult jails while human rights abuses continue.

Read more »
15 August 2014

The number of killings perpetrated by the police is on the rise again in the Dominican Republic whilst legislation intended to fix the problem stalls and stagnates in Congress... Read more »

22 August 2014

The rare acquittal of a death row prisoner in China, who had languished in prison through six years’ of appeals, is another reminder of the need to immediately end all... Read more »

21 August 2014

After fleeing their homes and surviving a perilous Mediterranean crossing, African migrants in Italy are falling prey to labor gangs.

Read more »
22 August 2014

A shocking video showing an execution-style killing by an armed group at a football stadium in eastern Libya highlights the authorities’ failure to prevent parts of the country... Read more »