Annual Report 2013
The state of the world's human rights

29 March 2011

Le président du Nigeria promulgue un projet de loi sur les droits humains qui fera date

Le président du Nigeria promulgue un projet de loi sur les droits humains qui fera date

Le projet de loi promulgué par le président nigérian Goodluck Jonathan peut aider à lutter contre les atteintes aux droits humains dans le pays, a déclaré Amnesty International mardi 29 mars.

L'annonce a été faite ce week-end que le président Jonathan avait promulgué la Loi portant modification de la Commission nationale des droits humains, qui attendait d'être promulguée depuis six ans.

Le nouveau texte assure l'indépendance et le financement de la Commission, qui œuvre à la protection et la promotion des droits humains.

« Le président nigérian a enfin pris une mesure concrète pour renforcer l'indépendance et l'autorité de cette institution essentielle », a déclaré Tawanda Hondora, directeur adjoint du programme Afrique d'Amnesty International.

« La Commission peut désormais agir en toute indépendance pour améliorer le respect des droits au Nigeria. »

« Cette loi permettra ainsi à la Commission d'observer le déroulement des scrutins qui doivent avoir lieu en avril au Nigeria et de faire des recommandations au gouvernement pour améliorer la situation des droits humains dans ce pays. »

Amnesty International a exhorté au cours des derniers jours les autorités nigérianes à intervenir pour mettre fin à la vague de violence politique, ethnique et religieuse qui secoue le pays à l'approche des élections nationales.

La Commission ne pouvait pas agir de manière efficace et indépendante aux termes de la Loi de 1995 qui régissait son fonctionnement.

Elle était sans cesse aux prises avec des problèmes comme celui, non des moindres, du renvoi de ces directeurs successifs.

En 2007, le comité directeur de la Commission avait été dissout par le gouvernement avant la fin de son mandat.

En mars 2009, la secrétaire générale Kehinde Ajoni avait été renvoyée, de manière arbitraire semble-t-il, alors que son contrat allait jusqu'en 2011.

Son prédécesseur, Bukhari Bello, avait été renvoyé en juin 2006, quatre ans avant la fin de son mandat, en raison semble-t-il de critiques qu'il avait formulées à l'égard du gouvernement nigérian et de propos qu'il avait tenus sur la défense des droits humains.

Le Comité international de coordination des institutions nationales pour la promotion et la protection des droits de l'homme (ONU) avait remis en question le statut de membre du Nigeria en raison de ce « renvoi illégal ».

Issue

Human Rights Standards 

Country

Nigeria 

Region

Africa 

@amnestyonline on twitter

News

24 November 2014

A Belgian mining company, Groupe Forrest International, has consistently lied about the bulldozing of hundreds of homes in the Democratic Republic of the Congo and... Read more »

28 November 2014

The State of Texas should immediately halt its unconstitutional and shameful plans to execute a man with severe mental illness, said Amnesty International with the scheduled... Read more »

28 November 2014

Hong Kong’s police chief must urgently stamp out any arbitrary and excessive use of force by police officers, with thousands of pro-democracy protesters... Read more »

27 November 2014

Raymond Gûreme experienced years of abuse at the hands of the Nazis in France for being a Traveller. Now, seven decades later, he lives like many... Read more »

27 November 2014

The Egyptian authorities must halt the arbitrary demolition of hundreds of homes and mass forced evictions under way in Rafah, North Sinai in order to create a buffer zone... Read more »