Annual Report 2013
The state of the world's human rights

Press releases

7 March 2011

Le Guatemala doit prendre des mesures afin de mettre un terme aux homicides de femmes

Amnesty International a exhorté lundi 7 mars les autorités guatémaltèques à agir afin de remédier au nombre élevé d'homicides de femmes dans le pays et de traduire en justice les responsables présumés, à la veille de la Journée internationale de la femme, célébrée le 8 mars.

Selon les chiffres officiels, 685 femmes ont été tuées pour la seule année 2010 au Guatemala dans un contexte généralisé d'impunité, héritée du conflit armé interne qui a sévi de 1960 à 1996 et a donné lieu à des centaines de milliers de violations des droits humains, restées impunies.

« Les femmes au Guatemala meurent parce que l'État est incapable de les protéger, a déclaré Sebastian Elgueta, chercheur sur le Guatemala à Amnesty International.

« Les très nombreuses violences contre les femmes et l'absence de volonté politique, conjuguées au lourd passé en matière d'impunité, impliquent que les autorités sont incapables de poursuivre les responsables présumés et s'en moquent tout simplement. Les responsables savent parfaitement qu'ils n'ont rien à craindre.

« Il faut en finir avec cette culture de la violence et de l'impunité, et respecter et protéger les droits fondamentaux des femmes, a ajouté Sebastian Elgueta.

« Le gouvernement ne saurait se contenter de faire passer des lois. Il doit diligenter des enquêtes efficaces sur les homicides, améliorer la formation des policiers et veiller à ce que des poursuites soient engagées. »

Sur l'ensemble des cas d'homicides, moins de 4 % débouchent sur la condamnation des auteurs présumés, bien que le Congrès guatémaltèque ait promulgué une loi en 2008 qui caractérise les différents crimes violents touchant les femmes, porte création de tribunaux spéciaux et livre des lignes directrices quant aux peines.

Le fait que la victime soit une femme est souvent un facteur déterminant dans le mobile du crime, la manière dont les autorités prennent en main l'affaire et la manière dont les femmes sont tuées (les victimes féminines subissent fréquemment des actes d'une extrême cruauté avant d'être tuées, elles sont notamment violées, mutilées et démembrées).

Décrit par les Nations unies comme un génocide, le conflit armé interne au Guatemala a fait quelque 200 000 morts.

Les violations systématiques des droits humains, notamment les violences sexuelles infligées aux femmes, commises par les forces de l'État n'ont pas fait l'objet d'enquêtes dignes de ce nom, et les responsables présumés n'ont jamais eu à rendre des comptes, ce qui a favorisé un climat d'impunité et une indifférence face aux crimes violents qui continuent de miner la société guatémaltèque.

En décembre 2009, Mindi Rodas, employée de maison âgée de 22 ans, a été violemment agressée par son mari, qui l'a sauvagement défigurée. Cet homme a été inculpé et condamné, mais pas incarcéré.

Avec l'aide d'organisations locales, Mindi Rodas a pu se rendre au Mexique pour bénéficier d'opérations chirurgicales et a plus tard été accueillie dans un foyer pour femmes au Guatemala.

En juillet 2010, Mindi Rodas a quitté le foyer pour aller vivre plus près de son entourage. Quelques mois plus tard, le 17 janvier 2011, ses proches apprenaient que les autorités avaient retrouvé son cadavre dans la capitale le 18 décembre.

Aucune enquête véritable n'a été ouverte sur son assassinat.

Dans une autre affaire, Maria Isabel Franco, âgée de 15 ans, a été violée et sauvagement tuée en décembre 2001.

Sa mère, Rosa Franco, se bat pour obtenir justice depuis ce jour, mais les autorités guatémaltèques n'ont traduit personne devant les tribunaux.

Des personnes inconnues ont menacé de mort et harcelé Rosa Franco alors qu'elle se battait pour démasquer les responsables du meurtre de sa fille.

En octobre 2006, la Commission interaméricaine des droits de l'homme a déclaré l'affaire recevable en raison du retard injustifié dans l'enquête menée par l'État guatémaltèque.

L'affaire est désormais en instance devant la Commission : en effet, les autorités guatémaltèques ont mis du temps à répondre à la demande d'informations qu'elle avait formulée.

Note aux rédacteurs

Vous pouvez écouter une interview audio de quatre minutes de Rosa Franco, en espagnol, en cliquant sur le lien suivant :
https://adam.amnesty.org/asset-bank/action/viewAsset?id=128361&index=0&total=1&view=viewSearchItem

AI Index: PRE01/114/2011
Region Americas
Country Guatemala
For further information, contact International Press Office »

International Press Office

Phone : +44 (0) 20 7413 5566
9:30 - 17:00 GMT Monday-Friday
Phone : +44 (0) 777 847 2126
Line open 24 hours a day
Fax : +44 (0) 20 7413 5835
International Press Office
Peter Benenson House
1 Easton Street
London
WC1X 0DW
UK
Follow International Press Office on Twitter
@amnestypress