Annual Report 2013
The state of the world's human rights

22 February 2011

Bahreïn doit protéger les manifestants pacifiques de la torture

Bahreïn doit protéger les manifestants pacifiques de la torture

Amnesty International exhorte les autorités bahreïnites à assurer la sécurité des personnes prenant part à des manifestations pacifiques et de tous les détenus, après la description donnée par un manifestant des nombreux actes de torture que la police lui a infligés, ainsi qu'à un de ses amis, la semaine dernière.

Abdallah Salman Mohammad Hassan a déclaré à Amnesty International qu'un ami et lui avaient subi la torture et d'autres formes de mauvais traitements au cours des heures de détention et d'interrogatoire auxquels ils ont été soumis après avoir été arrêtés par la police à Manama, la capitale de Bahreïn, vendredi 18 février.

Des policiers ont donné aux deux hommes des coups de poing et de bâton, puis les ont interrogés au sujet de leur rôle dans le cadre des manifestations, avant de les remettre en liberté sans inculpation samedi 19 dans la soirée.

« Les autorités bahreïnites doivent respecter le droit des citoyens de participer à des manifestations pacifiques et leur permettre d'exercer leur droit à la liberté d'expression sans avoir à craindre de faire l'objet de représailles, d'arrestations arbitraires, de détentions ou d'actes de torture », a déclaré Malcolm Smart, directeur du programme Moyen-Orient et Afrique du Nord d'Amnesty International.

« Elles doivent par ailleurs enquêter sur les actes de torture et les autres types de mauvais traitements auxquels Abdallah Salman Mohammad Hassan et son ami auraient été soumis, et obliger les responsables présumés à rendre des comptes. »

Abdallah Salman Mohammad Hassan a raconté à Amnesty International comment son ami et lui, qui étaient alors en voiture, ont été sommés de s'arrêter à hauteur d'un poste de contrôle proche du rond-point de la Perle, à Manama.

Des policiers ont fouillé le véhicule et trouvé un drapeau bahreïnite sur lequel était écrite la phrase suivante : « Nous resterons sur le rond-point des Martyrs [de la Perle] jusqu'à ce que nos demandes soient satisfaites ».

Les deux hommes ont été frappés puis emmenés dans un poste de police du quartier d'al Naim, où ils ont de nouveau été brutalisés.

 Des policiers ont bandé les yeux d'Abdallah Salman Mohammad Hassan et l'ont frappé à l'aide d'un bâton, après qu'il eut été conduit dans un autre poste de police dans le quartier d'al Gadhaibiya.

Il a déclaré : « Ils m'ont attaché les mains derrière le dos, puis m'ont mis sur une chaise ; j'étais debout sur la chaise. Ils ont ensuite placé mes bras derrière le haut de la porte et ont ôté la chaise de sous mes pieds. Je me suis retrouvé suspendu : mon corps était d'un côté de la porte et mes bras de l'autre. C'était très douloureux.

« J'ai demandé de l'eau et ils ne m'en ont pas donné. Je voulais prier et ils ont refusé. Je n'ai pas dormi. Ils m'ont laissé suspendu à la porte pendant quelques heures. »

Abdallah Salman Mohammad Hassan a été interrogé aux sujet des manifestations et maintenu en détention pendant 30 heures avant d'être libéré.

Il s'est rendu à l'hôpital d'al Salmaniaya afin d'y passer des radiographies et son bras droit a été plâtré. Il a ajouté que son ami avait été relâché plus tôt que lui mais n'a pas donné de détails.

Les troubles ont débuté à Bahreïn avec un « Jour de colère » le 14 février, organisé sur Facebook et Twitter et semble-t-il inspiré des actions de protestation populaires en Égypte et en Tunisie.

Au cours de la semaine écoulée, au moins sept personnes ont été tuées et des dizaines, peut-être même des centaines, d'autres ont été blessées par les forces de sécurité, qui ont recouru à une force excessive contre les manifestants avant de se retirer en grande partie de la place de la Perle samedi 19 février.

La semaine dernière, Amnesty International a condamné les tactiques brutales utilisées par des forces de sécurité de Bahreïn.

Vendredi 11 février, l'organisation a mis en relief la détérioration de la situation des droits à Bahreïn dans son rapport intitulé Bahrain: Crackdown in Bahrain: human rights at the crossroads.

Lundi 21 février, le roi de Bahreïn a ordonné la libération des prisonniers politiques et d'autres détenus. Les personnes ainsi remises en liberté incluent 23 militants politiques appartenant à l'opposition, qui se trouvaient en détention depuis leur arrestation en août-septembre 2010 et auxquels le rapport fait référence.

Read More

Bahreïn : les morts survenues lors de manifestations mettent en évidence un recours excessif à la force par la police (nouvelle, 15 février 2011)
Crackdown in Bahrain: Human rights at the crossroads (rapport, 11 février 2011)
Bahreïn. Deux hommes meurent à la suite de manifestations violemment réprimées (action urgente, 15 février)
Les exigences de changement en Afrique du Nord et au Moyen-Orient (page spéciale)

Issue

Activists 
Armed Groups 
Detention 
Freedom Of Expression 
MENA unrest 
Torture And Ill-treatment 

Country

Bahrain 

Region

Middle East And North Africa 

@amnestyonline on twitter

News

15 September 2014

The new United Nations peacekeeping mission in the Central African Republic must be urgently brought up to full capacity to enable it to ensure the protection of a... Read more »

04 September 2014

For years Amnesty International has been investigating and recording evidence of torture in Mexico. Here're some of the most shocking facts. 

Read more »
15 September 2014

Pakistan should immediately scrap apparent plans to carry out the first civilian execution in almost six years and instead impose a moratorium on the use of the death... Read more »

15 September 2014

European leaders must do more to provide safe and legal ways for refugees and migrants to access international protection in the European Union.

Read more »
15 September 2014

European leaders must do more to provide safe and legal ways for refugees and migrants to access international protection in the European Union.

Read more »