Annual Report 2013
The state of the world's human rights

Press releases

16 February 2011

L'Italie doit prendre en main efficacement la situation d'«urgence» des migrants tunisiens

Amnesty International exhorte les autorités italiennes à répondre aux besoins humanitaires des milliers de migrants et de demandeurs d'asile qui quittent la Tunisie au lendemain des troubles qui ont secoué le pays.

Plus de 5 000 migrants sont arrivés par bateau sur l'île italienne de Lampedusa, selon les autorités, qui ont qualifié la situation d'« urgence humanitaire ».

Toutefois, le ministère italien des Affaires étrangères a proposé que l'Italie et d'autres États de l'Union européenne (UE) endiguent la vague de migrants tunisiens et a récemment déployé des navires supplémentaires pour patrouiller le long des côtes italiennes.

Sur fond de tensions croissantes autour de cette question, dans la nuit du lundi 14 février, des membres de la police italienne des frontières auraient ouvert le feu sur un bateau qui transportait des migrants et demandeurs d'asile égyptiens, blessant le pilote de l'embarcation.

« Une situation d'" urgence humanitaire " appelle une réponse humanitaire, et non sécuritaire, a indiqué Nicola Duckworth, directrice du programme Europe d'Amnesty International.

« Ce qui veut dire que les navires qui transportent des migrants et des demandeurs d'asile en provenance de Tunisie, d'Égypte et d'autres pays d'Afrique du Nord ne doivent pas être repoussés. Tout arrivant a le droit d'être traité avec dignité, de se voir apporter de l'aide et de bénéficier d'une procédure équitable de demande d'asile. »

Les autorités italiennes ont renforcé les patrouilles le long des côtes au lendemain de la vague de migration dans les eaux de la Méditerranée.

De très nombreuses personnes ont été contraintes de dormir dehors pendant plusieurs jours avant que les autorités italiennes ne décident de rouvrir le centre d'accueil de Lampedusa.

L'Italie place régulièrement en détention des migrants clandestins et, par le passé, a procédé à des expulsions massives, en violation du droit international.

« Loin de constituer une mesure automatique, le placement en détention doit toujours être envisagé en dernier ressort. Nul ne doit être renvoyé avant d'être en mesure de faire entendre son cas et d'expliquer les circonstances de sa venue devant les autorités compétentes, et, assurément, il ne faut pas procéder à des expulsions forcées de masse », a expliqué Nicola Duckworth.

Frontex, l'Agence européenne pour la gestion de la coopération aux frontières extérieures, a accepté d'apporter son soutien à l'Italie qui a sollicité de l'aide pour endiguer le flux de migrants en provenance d'Afrique du Nord.

« Les patrouilles menées dans les eaux nationales et internationales par l'Italie, la Tunisie ou toute autre force, comme Frontex, doivent avoir pour principal objectif la sécurité des personnes interceptées en mer », a conclu Nicola Duckworth.

Voir aussi :

Q&A: North Africa migrants in Italy

AI Index: PRE01/066/2011
Region Europe And Central Asia
Country Italy
For further information, contact International Press Office »

International Press Office

Phone : +44 (0) 20 7413 5566
9:30 - 17:00 GMT Monday-Friday
Phone : +44 (0) 777 847 2126
Line open 24 hours a day
Fax : +44 (0) 20 7413 5835
International Press Office
Peter Benenson House
1 Easton Street
London
WC1X 0DW
UK
Follow International Press Office on Twitter
@amnestypress