Annual Report 2013
The state of the world's human rights

Press releases

10 February 2011

Égypte. Les droits humains doivent être la priorité absolue en ces moments critiques

Amnesty International a exhorté jeudi 10 février les autorités égyptiennes à mettre fin à 30 années de répression sur fond d'état d'urgence et à permettre aux citoyens égyptiens de prendre pleinement en main l'avenir de leur pays.

L'organisation a réclamé que soit mis un frein aux pouvoirs très étendus des forces de sécurité, que les prisonniers d'opinion soient libérés et que des garanties contre la torture soient adoptées dans le cadre d'un nouveau plan d'action en faveur des droits humains porté à l'attention des autorités du pays.

« Les Égyptiens subissent l'état d'urgence depuis 30 ans. Les décisions prises en cette période mouvementée seront déterminantes pour l'Égypte et l'ensemble de la région, a indiqué Claudio Cordone, directeur général d'Amnesty International.

« Ceux qui sont aujourd'hui au pouvoir devraient voir le mouvement de contestation dans les rues du Caire et d'autres villes non pas comme une menace, mais comme l'occasion de tirer un trait sur les violations systématiques des droits humains commises par le passé. La transition politique doit impliquer la population et promouvoir le respect des droits humains. »

Cet appel est lancé alors que l'Égypte est toujours en proie aux troubles et à l'incertitude politique, les manifestants rassemblés sur la place Tahrir du Caire exigeant le respect de leurs droits fondamentaux et la mise en place de réformes politiques.

L'état d'urgence en vigueur depuis l'arrivée au pouvoir du président Hosni Moubarak en 1981 a donné lieu à des atteintes aux droits humains généralisées.

Dans son Programme pour le changement en matière de droits humains, Amnesty International invite les autorités égyptiennes à prendre des mesures concrètes afin de mettre en œuvre une transition politique. Ce programme fait écho aux demandes exprimées de longue date par la société civile égyptienne. Les autorités doivent notamment :

  • lever immédiatement l'état d'urgence, mettre un terme aux arrestations arbitraires et révéler le sort réservé à toutes les personnes placées en détention ;
  • condamner publiquement la torture et agir sans attendre pour éradiquer cette pratique. Les accusations de torture doivent faire l'objet d'une enquête, les auteurs présumés doivent être traduits en justice et des réparations doivent être octroyées aux victimes ;
  • ordonner l'ouverture d'enquêtes indépendantes sur tous les cas dans lesquels les forces de sécurité sont soupçonnées d'avoir recouru à une force excessive ;
  • autoriser les Égyptiens à parler et agir librement. Les autorités ne doivent pas ériger en infraction l'exercice pacifique des droits à la liberté d'expression, d'association et de réunion ;
  • réformer le système judiciaire égyptien en vue de garantir son indépendance et de permettre la supervision des forces de sécurité ;
  • répondre de toute urgence aux revendications profondes qui sous tendent le mouvement de contestation en mettant fin à la discrimination qui touche les femmes et les minorités et en garantissant le droit à un niveau de vie suffisant à l'ensemble de la population.

« Il s'agit d'un test grandeur nature d'aptitude à l'exercice du pouvoir pour les autorités égyptiennes. La réforme sur le plan des droits humains doit être lancée sans plus attendre, a affirmé Claudio Cordone.

« Les Égyptiens qui sont descendus dans la rue en nombre ces dernières semaines espèrent le changement depuis 30 ans et aujourd'hui, ils doivent pouvoir prendre une part active à la construction de leur avenir. »

Complément d'information

Samedi 12 février aura lieu une Journée mondiale d'action pour l'Égypte, marquée par une série de manifestations de solidarité organisées dans une vingtaine de pays dont le Royaume-Uni, l'Australie, les États-Unis, l'Espagne, la France, la Corée du Sud et la Norvège.

AI Index: PRE01/101/2011
Region Middle East And North Africa
Country Egypt
For further information, contact International Press Office »

International Press Office

Phone : +44 (0) 20 7413 5566
9:30 - 17:00 GMT Monday-Friday
Phone : +44 (0) 777 847 2126
Line open 24 hours a day
Fax : +44 (0) 20 7413 5835
International Press Office
Peter Benenson House
1 Easton Street
London
WC1X 0DW
UK
Follow International Press Office on Twitter
@amnestypress