Annual Report 2013
The state of the world's human rights

7 January 2011

La République dominicaine doit cesser d'expulser de force des Haïtiens

La République dominicaine doit cesser d'expulser de force des Haïtiens

Amnesty International a exhorté vendredi 7 janvier les autorités de République dominicaine à mettre immédiatement fin à l'expulsion massive de migrants haïtiens, alors qu'elles font valoir que cette mesure s'impose dans le but de prévenir la propagation du choléra.

Plus de 950 Haïtiens – dont beaucoup vivent en République dominicaine sans papiers – ont été expulsés en Haïti au cours de la semaine dernière, selon des déclarations du ministère local de l'Immigration.

« Haïti ne s'est pas encore remise de la terrible catastrophe naturelle qui l'a frappée. Plutôt que de renvoyer de force des personnes vers une situation désespérée, la République dominicaine et d'autres pays doivent intensifier leurs efforts pour venir en aide à Haïti et à sa population », a indiqué Javier Zuñiga, conseiller spécial auprès d'Amnesty International.

La situation au regard de la législation sur l'immigration de nombre d'Haïtiens en République dominicaine demeure floue.

« Personne ne doit être expulsé sans que sa situation au regard de la législation sur l'immigration n'ait été établie de manière individuelle. En présence d'un Haïtien suspecté d'avoir contracté le choléra, il convient de lui prodiguer les soins médicaux dont il a besoin, pas de l'expulser, a ajouté Javier Zuñiga.

« Renvoyer ces gens revient à les condamner à vivre dans une situation où leur santé et leur sécurité sont en grave danger. »

Depuis qu'un tremblement de terre a secoué Haïti, pays plongé dans la pauvreté, en janvier 2010, la République dominicaine a accepté d'accueillir des centaines de ressortissants haïtiens pour des raisons humanitaires.

Mais les autorités affirment désormais qu'il est crucial de procéder à des expulsions afin de prévenir la propagation du choléra. La récente flambée de choléra a déjà fait 3 500 victimes en Haïti. Quelque 150 cas ont été signalés en République dominicaine.

Selon les Nations unies, environ 600 000 Haïtiens sans papiers vivaient en République dominicaine avant le séisme.

Amnesty International a fait part le 6 janvier de ses préoccupations quant à la situation des femmes, des jeunes filles et des fillettes qui vivent dans des camps de fortune en Haïti et a dénoncé les violences sexuelles généralisées dont elles sont victimes.

Read More

Haïti : les violences sexuelles contre les femmes augmentent (rapport, 6 janvier 2011)

Issue

Demand Dignity 
Medical And Health 
Refugees, Displaced People And Migrants 

Country

Haiti 

Region

Americas 

Campaigns

Demand Dignity 

@amnestyonline on twitter

News

22 July 2014

The Gambian government must abolish the laws and iron fisted practices that have resulted in two decades of widespread human rights violations, Amnesty International said as it... Read more »

16 July 2014

The US government’s dehumanising practice of holding prisoners in prolonged solitary confinement in the country’s only federal super-maximum security prison amounts to cruel,... Read more »

22 July 2014

Indonesia’s new President Joko Widodo must deliver on campaign promises to improve Indonesia’s dire human rights situation, Amnesty International said.

Read more »
21 July 2014

Ahead of a legal intervention by Amnesty International and others in the rendition case of the Libyan national Abdul-Hakim Belhaj, Amnesty International... Read more »

21 July 2014

Ahead of a legal intervention by Amnesty International and others in the rendition case of the Libyan national Abdul-Hakim Belhaj, Amnesty International... Read more »