27 October 2010
Envoyez un message de solidarité aux 200000 personnes exposées au risque d'une expulsion forcée au Nigeria

En juillet 2008, le gouverneur de l'État de Rivers, au Nigeria, a annoncé que toutes les zones d’habitat précaire situées en bordure d’eau à Port Harcourt, la capitale de cet État, allaient être détruites dans le cadre d’un projet de réhabilitation urbaine.

On dénombre plus de 40 zones d’habitat informel en bordure d’eau à Port Harcourt, qui comptent parmi les secteurs les plus densément peuplés de la ville. Plus de 200 000 personnes risquent de subir une expulsion forcée.

Les autorités de l'État de Rivers n’ont pas engagé de véritable processus de consultation des habitants concernés, ni étudié de solutions de remplacement pour éviter les expulsions avant de prendre la décision de démolir les bâtiments en bordure d’eau.

Elles n'ont en outre pas mis en place de projets visant à fournir aux personnes visées par les expulsions un logement de remplacement tant à court terme qu'à long terme, et ne leur ont pas non plus proposé de solution de relogement, ce que prévoit pourtant le droit international.

Les habitants n’ont pas reçu d’informations au sujet du prétendu programme de réhabilitation urbaine. Le projet intitulé Greater Port Harcourt Master Plan, qui est sensé définir le plan de développement de Port Harcourt pour les 50 prochaines années, n’a jamais été rendu public.

Le quartier de Njemanze, également situé en bordure d’eau à Port Harcourt, a été démoli en août 2009, et des milliers de personnes ont subi une expulsion forcée. Elles n’avaient été averties de cette opération que sept jours à l’avance. Aucune solution de relogement ne leur a été proposée, et la grande majorité d’entre elles n’ont reçu aucune indemnisation et se sont retrouvées à la rue et dans le plus grand dénuement.

Les habitants des quartiers en bordure d’eau mènent campagne pour empêcher le gouvernement de l’État de Rivers de procéder à des expulsions forcées.

Adressez-leur ci-dessous un message de solidarité et de soutien à leur campagne.


Photo : expulsions forcées à Port Harcourt, au Nigeria. © Amnesty International

725
Actions taken

Take Action

Petition
663,111
Total Actions taken
by people like you