Annual Report 2013
The state of the world's human rights

22 October 2010

Zimbabwe : un tribunal abandonne les poursuites à l'encontre d'un militant des mines de diamants

Zimbabwe : un tribunal abandonne les poursuites à l'encontre d'un militant des mines de diamants

Amnesty International se félicite du renoncement aux poursuites à l'encontre d'un militant zimbabwéen incarcéré pendant cinq semaines après avoir dévoilé les atteintes aux droits humains commises dans les mines de diamants de Marange.

Jeudi 21 octobre, devant une juridiction répressive inférieure de Harare, le ministère public a abandonné l'ensemble des charges retenues contre Farai Maguwu. Cependant, des poursuites pourront être réengagées à une date ultérieure.

Placé en détention en juin, Farai Maguwu a été inculpé de « publication ou communication d'informations erronées portant préjudice à l'État » parce qu'il aurait parlé à un inspecteur du négoce de diamants travaillant pour le système de certification du Processus de Kimberley des violations des droits humains commises par les forces de sécurité dans les mines de Marange.

Farai Magawu, détenu depuis son arrestation, le 3 juin, a été libéré sous caution le 12 juillet.

« Bien que nous soyons ravis de l'abandon des poursuites à l'encontre de Farai Maguwu, nous demeurons préoccupés par le harcèlement continuel des défenseurs des droits humains au Zimbabwe, notamment les restrictions de leur capacité d'exercer leur droits à la liberté d'expression, d'association et de réunion, a déclaré Michelle Kagari, directrice adjointe du programme Afrique d'Amnesty International.

Vendredi 22 octobre, Farai Magawu a expliqué à des représentants d'Amnesty International : « Ma liberté était limitée à cause de cette affaire. Mes déplacements étaient limités. Je devais m'autocensurer… Je suis très heureux et reconnaissant du travail [de soutien] d'Amnesty. »

Farai Magawu avait été inculpé en vertu de la section 31 de la Loi relative au droit pénal (codification et réforme).

Selon les avocats de cet homme, leur client avait été placé en détention à titre de sanction parce qu'il avait révélé des informations sur des violations des droits humains à un inspecteur du système de certification du Processus de Kimberley, chargé d'attester que les diamants bruts ne sont liés à aucune forme de violence.

Abbey Chikane, inspecteur du Processus de Kimberley pour le Zimbabwe, a déclaré dans son rapport sur le respect du système de certification par ce pays qu'il avait rencontré Farai Maguwu en présence d'agents des services de renseignement, ce qui suscitait des craintes pour la sécurité de ce militant.

Dans ce document, il a également remis en cause les méthodes utilisées dans le cadre du Processus de Kimberley pour assurer la protection des personnes qui fournissent des informations sur les atteintes aux droits humains perpétrées dans les mines de diamants zimbabwéennes.

Farai Maguwu dirige le Centre pour la recherche et le développement (CRD). Cette organisation, au nombre des observateurs officiels du Processus de Kimberley, a joué un rôle déterminant en enquêtant sur les violations des droits humains commises à l'encontre des personnes travaillant dans les mines de diamants de Marange ou des habitants des environs.

Read More

Zimbabwe. Libération sous caution du militant des mines de diamants (nouvelle, 13 juillet 2010)
Il faut libérer le militant arrêté pour avoir dénoncé les violations dans les mines de diamants du Zimbabwe (nouvelle, 6 juillet 2010)

Issue

Activists 
Detention 
Freedom Of Expression 
Trials And Legal Systems 

Country

Zimbabwe 

Region

Africa 

@amnestyonline on twitter

News

11 July 2014

Refugees in Nairobi are appealing against a controversial ruling that would force thousands of Somalis from their homes to live in squalid overcrowded camps in north Kenya.

Read more »
19 June 2014

Chile’s commitment to decriminalize abortion in cases where the pregnancy was the result of rape, the woman’s life is in danger and when the foetus is not viable is a positive... Read more »

10 July 2014

The sentencing of five media workers in Myanmar each to 10 years’ imprisonment with hard labour for “disclosing state secrets” makes today a dark day for freedom of expression... Read more »

11 July 2014

Amnesty International has gathered graphic and compelling evidence of savage beatings and other torture meted out against activists, protesters and journalists in eastern... Read more »

11 July 2014

Amnesty International is calling for a UN-mandated international investigation into violations committed on all sides amidst ongoing Israeli air strikes across the... Read more »