Annual Report 2013
The state of the world's human rights

18 May 2010

Malawi. Les autorités doivent relâcher un couple déclaré coupable d'«outrage aux bonnes mœurs»

Malawi. Les autorités doivent relâcher un couple déclaré coupable d'«outrage aux bonnes mœurs»

Amnesty International demande aux autorités du Malawi de libérer immédiatement et sans condition un couple déclaré coupable mardi 18 mai 2010 d'« outrage aux bonnes mœurs » et d'« actes contre nature ».

Steven Monjeza et Tiwonge Chimbalanga ont été appréhendés par la police le 28 décembre 2009 à Blantyre, deux jours après leur cérémonie de fiançailles organisée dans la communauté urbaine de Chirimba, dans le sud de la ville. Tous deux ont nié les faits qui leur étaient reprochés. Leur peine doit être prononcée jeudi 20 mai. Ils encourent jusqu'à 14 ans de prison.

« Avoir une relation ne saurait être un crime. Personne ne doit être arrêté ni placé en détention uniquement en raison de son orientation sexuelle ou de son identité de genre réelle ou présumée, a indiqué Michelle Kagari, directrice adjointe du programme Afrique d'Amnesty International.

« Leurs droits humains – droit de vivre libre de toute discrimination, droits à la liberté de conscience et d'expression et droit à la vie privée – ont été bafoués de manière flagrante. »

Les accusés auraient été battus par les policiers lors de leur détention et Tiwonge Chimbalanga a subi des examens anaux forcés visant à établir si les deux hommes avaient « consommé » leur union.

Tout examen anal, effectué sans le consentement des personnes concernées, enfreint l'interdiction absolue de la torture et de toute autre forme de traitement cruel, inhumain ou dégradant. Dans le cadre d'un procès équitable, une telle preuve aurait été déclarée irrecevable.

« La condamnation de ce couple représente un recul pour le Malawi. Steven Monjeza et Tiwonge Chimbalanga n'ont rien fait de mal et doivent être libérés immédiatement », a poursuivi Michelle Kagari.

Amnesty International les considère comme des prisonniers d'opinion et a demandé à plusieurs reprises leur libération immédiate et inconditionnelle.

Le fait de poursuivre en justice des personnes en raison de leur orientation sexuelle ou de leur identité de genre est prohibé par les traités que le Malawi a ratifiés, en particulier par le Pacte international relatif aux droits civils et politiques (PICDP) et la Charte africaine des droits de l'homme et des peuples.

En vertu de ces traités, le Malawi est légalement tenu de respecter et de protéger les droits à la liberté de conscience et d'expression, ainsi que le droit à la vie privée, et d'éradiquer la discrimination fondée sur l'orientation sexuelle ou l'identité de genre réelle ou présumée.

Read More

Malawi : il faut libérer deux hommes devant être jugés pour « outrage aux bonnes mœurs » (nouvelle, 22 mars 2010)

Issue

Detention 
Freedom Of Expression 
Prisoners Of Conscience 
Sexual Orientation and Gender Identity 
Trials And Legal Systems 

Country

Malawi 

Region

Africa 

@amnestyonline on twitter

News

21 August 2014

Children accused of being members of armed groups in the conflict in Mali are languishing in adult jails while human rights abuses continue.

Read more »
15 August 2014

The number of killings perpetrated by the police is on the rise again in the Dominican Republic whilst legislation intended to fix the problem stalls and stagnates in Congress... Read more »

22 August 2014

The rare acquittal of a death row prisoner in China, who had languished in prison through six years’ of appeals, is another reminder of the need to immediately end all... Read more »

21 August 2014

After fleeing their homes and surviving a perilous Mediterranean crossing, African migrants in Italy are falling prey to labor gangs.

Read more »
22 August 2014

A shocking video showing an execution-style killing by an armed group at a football stadium in eastern Libya highlights the authorities’ failure to prevent parts of the country... Read more »