Annual Report 2013
The state of the world's human rights

18 May 2010

Thaïlande : l'armée doit cesser de recourir de façon inconsidérée à la force meurtrière

Thaïlande : l'armée doit cesser de recourir de façon inconsidérée à la force meurtrière

L'armée thaïlandaise doit immédiatement cesser ses tirs à balles réelles dans plusieurs quartiers de Bangkok où les manifestants anti-gouvernementaux sont rassemblés, a déclaré Amnesty International lundi 17 mai 2010.

« Les récits de témoins oculaires et des enregistrements vidéo montrent clairement que l'armée tire à balles réelles sur des personnes sans arme qui ne menacent ni les soldats ni d'autres personnes, a déclaré Benjamin Zawacki, spécialiste de la Thaïlande à Amnesty International. C'est une violation flagrante d'un droit fondamental – le droit à la vie. 

« Tirer à balles réelles sur des personnes non armées, qu'il s'agisse ou non de manifestants, lorsqu'elles ne présentent aucune menace sérieuse pour quiconque, est illégal », a déclaré Benjamin Zawacki.

Depuis jeudi 13 mai, date à laquelle le gouvernement a lancé l' « Opération Rajprasong », les soldats tirent des balles en caoutchouc et des balles réelles dans les quartiers et autour des sites où sont rassemblés les manifestants dans Bangkok. Selon le gouvernement, 500 « terroristes » se cacheraient parmi les manifestants.

Au moins 35 manifestants non armés ont été tués. Parmi les morts on compte deux membres du personnel médical qui portaient des blouses blanches marquées de croix rouges très visibles, abattus les 15 et 16 mai ; un garçon de 17 ans a également été abattu le 15 mai. Le général Khattiya Sawatdiphon (« Seh Daeng »), conseiller militaire des manifestants, atteint par la balle d'un franc-tireur vendredi 14 mai est décédé lundi 17. Un autre soldat a également été tué.

Plus de 200 personnes ont été blessées, parmi lesquelles plusieurs journalistes thaïlandais et étrangers, ainsi qu'un garçon de dix ans.

« Le gouvernement ne peut autoriser les soldats à tirer sur quiconque se trouve dans une zone qu'il souhaite contrôler », a déclaré Benjamin Zawacki.

Selon les Règles d'engagement du gouvernement, exposées par le Centre pour la résolution de la situation d'urgence (CRES) le 14 mai, les tirs à balles réelles ne sont autorisés que comme tirs de sommation, en cas de légitime défense ou lorsque les forces armées peuvent clairement distinguer ceux que les forces de sécurité considèrent comme des « terroristes ». Samedi 16 mai, le CRES a qualifié plusieurs quartiers proches du lieu où sont rassemblés les manifestants de « zones de tirs à balles réelles ».

Plusieurs témoins oculaires ont déclaré à Amnesty International avoir vu des soldats tirer dans le quartier avec des fusils à longue portée – à une distance à laquelle les victimes ne pouvaient guère présenter de danger.

Le colonel Sansern Kaewkamnerd, porte-parole du CRES, a déclaré vendredi 14 mai que les soldats resteraient à quelque distance des manifestants et ne tireraient à balles réelles que pour empêcher les gens d'avancer. S'ils étaient amenés à tirer pour stopper les manifestants, ils viseraient au dessous des genoux et ne tireraient qu'une balle à la fois.

« Ceci est inacceptable au regard des normes du droit international, qui précisent que les armes à feu ne peuvent être utilisées qu'en dernier recours, pour prévenir une infraction grave mettant sérieusement en danger la vie d'autrui ou procéder à l'arrestation d'une personne présentant un tel risque et offrant une résistance armée, et seulement lorsque des mesures moins extrêmes sont insuffisantes pour atteindre ces objectifs. En dehors des situations claires de légitime défense, le contrôle des affrontements devrait être le fait de policiers entraînés, disposant d'équipement non meurtrier, non par des soldats tirant à balles réelles », a déclaré Benjamin Zawacki.

Issue

Law Enforcement 

Country

Thailand 

Region

Asia And The Pacific 

@amnestyonline on twitter

News

01 August 2014

South Sudan’s National Security Service (NSS) should stop seizing and shutting down newspapers as well as harassing, intimidating and unlawfully detaining journalists, two... Read more »

01 August 2014

The reports that Edward Snowden has been living in Russia with precarious “temporary leave to remain” rather than under any formal asylum protection is further evidence he must... Read more »

22 July 2014

Indonesia’s new President Joko Widodo must deliver on campaign promises to improve Indonesia’s dire human rights situation, Amnesty International said.

Read more »
01 August 2014

Governments across Europe and the European Union (EU) must swiftly sign and ratify the Istanbul Convention, a new continent-wide tool to prevent and combat violence against... Read more »

01 August 2014

A sharp rise in arrests, prosecutions and imprisonment of independent journalists in Iran signals the authorities’ utter determination to crush hopes for increased freedom... Read more »