Annual Report 2013
The state of the world's human rights

18 November 2009

La Jordanie se doit d'enquêter sur des homicides qui pourraient avoir été commis par des policiers

La Jordanie se doit d'enquêter sur des homicides qui pourraient avoir été commis par des policiers
Amnesty International a appelé les autorités jordaniennes à ouvrir sans délai une enquête exhaustive et indépendante sur la mort, en une semaine, de deux hommes après des allégations de coups infligés par des policiers.

Fakhri Anani, âgé de 48 ans, est mort à l'hôpital samedi 14 novembre, deux jours après avoir été agressé par des policiers devant chez lui dans la ville de Maan, dans le sud du pays.

Sadem Abdul Mutelib al Saoud, marchand ambulant âgé d'une vingtaine d'années, est mort le 8 novembre après avoir passé environ trois semaines dans le coma ; il avait été frappé à coups de matraque sur la tête au Centre de sécurité al Hussein à Amman.

Fakhri Anani se trouvait devant chez lui lorsque des policiers, voulant interroger son fils sur l'aide qu'il aurait apporté à une personne soupçonnée de fraude, sont arrivés dans une voiture de police.

Deux policiers sont sortis du véhicule et l'ont agressé : pendant que l'un d'entre eux lui envoyait du gaz dans le visage l'autre le rouait de coups de matraque avant de le tirer en bas de quelques marches, selon les informations disponibles.

Il est mort à l'hôpital à Amman. L'autopsie a montré que la principale cause du décès était une blessure à la tête infligée par un objet dur.

Un policier a été inculpé mardi 17 novembre d'homicide sur la personne de Fakhri Anani et devrait être jugé par un tribunal de police.

Quant à Sadem al Saoud, il avait été arrêté en octobre après une dispute avec un employé municipal au sujet de son éventaire. L'employé avait appelé la police pour qu'elle procède à l'arrestation de Sadem al Saoud, qui avait ensuite été frappé en détention.

Il semble qu'au moins quatre policiers aient été déférés à un tribunal de police dans le cadre de cette affaire. Le tribunal va examiner les éléments dont il dispose avant de décider si les policiers doivent être jugés.

« La mort de ces deux hommes en l'espace d'une semaine est extrêmement préoccupante, a déclaré Philip Luther, directeur adjoint du programme Moyen-Orient et Afrique du Nord d'Amnesty International.

Que des policiers aient été déférés aussi rapidement à des tribunaux de police montre que les autorités ont pris la mesure de la gravité de ces événements ; une enquête exhaustive et impartiale est néanmoins nécessaire pour que la justice puisse être rendue.

Les tribunaux de police jordaniens manquent d'indépendance et de transparence dans leur fonctionnement. Les décisions de ces tribunaux ne sont pas rendues publiques et les audiences se déroulent à huis clos. »

En mars 2005, dix policiers avaient été condamnés à des peines allant jusqu'à 30 mois d'emprisonnement après la mort dans la prison de Jweidah, en 2004, d'Abdallah al Mashaqbeh dont le corps avait été retrouvé couvert à 40 % d'ecchymoses. Peu d'informations ont été rendues publiques sur les personnes éventuellement jugées, condamnées ou renvoyées pour leur implication dans cette affaire. Cependant, les informations disponibles font clairement apparaître qu'aucun des policiers condamnés n'a passé de temps en prison.

Amnesty international a demandé qu'une enquête exhaustive et impartiale soit menée sans délai sur les deux décès récents. L'organisation a insisté sur le fait que ces investigations devaient être menées par des enquêteurs qui soient indépendants du ministère public et des instances ayant participé à l'arrestation et à l'interrogatoire des victimes.

Les autorités doivent s'engager à coopérer pleinement avec les enquêteurs.

En outre, tous les suspects devraient être suspendus immédiatement de toute fonction active au sein de la police ; s'il s'avère qu'une force excessive a été utilisée ou que des actes illégaux ont été commis, des poursuites devront être engagées et les suspects devront être déférés à la justice.

C'est la seule façon de faire savoir clairement à tous les membres des forces de l'ordre en Jordanie que ceux qui commettent des violations des droits humains seront tenus de s'expliquer devant la justice.

Issue

Extrajudicial Executions And Other Unlawful Killings 
Law Enforcement 

Country

Jordan 

Region

Middle East And North Africa 

@amnestyonline on twitter

News

16 October 2014

Repressive and discriminatory legislation enacted over the last 18 months in Uganda has led to increasing state repression, violence and homophobic and gender-based... Read more »

17 October 2014

Prisoner of conscience and torture victim Ángel Amílcar Colón Quevedo has been released from prison after five years in pre-trial detention, in a move that is welcome but... Read more »

20 October 2014

A politically motivated ban imposed on a Pakistani TV channel critical of the government constitutes a violation of the right to freedom of expression, said Amnesty... Read more »

20 October 2014

An Amnesty International investigation into allegations of execution-style and other deliberate killings by pro-Russian separatists and pro-Kyiv forces has found evidence... Read more »

17 October 2014

Testimonies gathered by Amnesty International indicate that Egyptian security forces used excessive force to crack down on recent student demonstrations at Alexandria... Read more »