Annual Report 2013
The state of the world's human rights

26 August 2009

La Thaïlande procède à des exécutions, les premières depuis six ans

La Thaïlande procède à des exécutions, les premières depuis six ans
Le gouvernement thaïlandais a repris les exécutions judiciaires pratiquées par l'État après six ans d'interruption. En effet, le 24 août 2009, deux hommes ont été exécutés par injection létale à la prison de Bangkwang, dans le centre de la Thaïlande.

Bundit Jaroenwanit, quarante-cinq ans, et Jirawat Poompreuk, cinquante-deux ans, ont été déclarés coupables de trafic de stupéfiants le 29 mars 2001 et condamnés à mort. Ils n'auraient été avertis de leur mise à mort que soixante minutes avant qu'elle n'ait lieu.

« Alors qu'un nombre croissant de pays abandonne le recours aux exécutions judiciaires, le fait que la Thaïlande renoue avec cette pratique constitue un grand pas en arrière », a déclaré Donna Guest, directrice adjointe du programme Asie-Pacifique d'Amnesty International.

Bien que la Thaïlande ait continué de prononcer des condamnations à mort, les autorités n'avaient exécuté aucun prisonnier depuis six ans, ce que le mouvement abolitionniste avait accueilli comme un signe encourageant sur le continent asiatique.

Les dernières exécutions en Thaïlande remontent à 2003, lorsque quatre prisonniers ont été exécutés par injection létale. Il s'agissait alors des premières exécutions par injection létale ; auparavant, les condamnés étaient fusillés.

Lorsqu'il a examiné le rapport de la Thaïlande en 2005, le Comité des droits de l'homme des Nations unies s'est déclaré préoccupé par le fait que la peine de mort n'était pas limitée aux crimes les plus graves et s'appliquait aux infractions à la législation sur les stupéfiants.

En Asie, 16 États maintiennent des lois qui prévoient la peine de mort pour ce type d'infractions. Comme de nombreux pays de la région ne divulguent aucune information relative à ce châtiment, il s'avère impossible de calculer de manière exacte le nombre de condamnations à mort prononcées dans des affaires concernant des infractions à la législation sur les stupéfiants.

Cependant, en Indonésie, en Malaisie, à Singapour et en Thaïlande, les chiffres indiquent qu'une forte proportion de condamnations à mort concerne des personnes reconnues coupables de ce type d'infractions.

Au cours des dix derniers mois, l'Assemblée générale des Nations unies a voté à une très large majorité en faveur d'un moratoire sur les exécutions, tandis que le Burundi, le Togo et l'État américain du Nouveau-Mexique ont aboli la peine de mort. Le gouvernement thaïlandais doit suivre leur exemple et réviser de toute urgence son application de la peine capitale.

Aucun élément ne prouve l'effet dissuasif de la peine de mort sur la criminalité. Le gouvernement thaïlandais doit rejoindre le mouvement mondial vers l'abandon de ce châtiment.

Issue

Death Penalty 

Country

Thailand 

Region

Asia And The Pacific 

@amnestyonline on twitter

News

21 August 2014

Children accused of being members of armed groups in the conflict in Mali are languishing in adult jails while human rights abuses continue.

Read more »
15 August 2014

The number of killings perpetrated by the police is on the rise again in the Dominican Republic whilst legislation intended to fix the problem stalls and stagnates in Congress... Read more »

22 August 2014

The rare acquittal of a death row prisoner in China, who had languished in prison through six years’ of appeals, is another reminder of the need to immediately end all... Read more »

21 August 2014

After fleeing their homes and surviving a perilous Mediterranean crossing, African migrants in Italy are falling prey to labor gangs.

Read more »
22 August 2014

A shocking video showing an execution-style killing by an armed group at a football stadium in eastern Libya highlights the authorities’ failure to prevent parts of the country... Read more »