Annual Report 2013
The state of the world's human rights

Press releases

29 March 2009

Corée du Sud. Le projet de réduction d’effectif visant la Commission nationale des droits humains doit être rejeté

La proposition du gouvernement sud-coréen de réorganiser de manière significative la Commission nationale des droits humains en réduisant considérablement son personnel menace l'efficacité et l’indépendance de cette instance, a déclaré Amnesty International ce dimanche 29 mars.

Lundi 30 mars, le cabinet du président Lee Myung-bak doit débattre et prendre une décision au sujet de la proposition du ministère de l’Administration publique et de la Sécurité de faire passer de 208 à 164 l’effectif de la Commission nationale des droits humains.

« Les institutions nationales spécialisées dans les droits humains jouent un rôle très important de promotion et de protection des droits fondamentaux en enquêtant sur un large éventail de violations, a déclaré Roseann Rife, directrice adjointe du programme Asie-Pacifique d'Amnesty International. Les coupures proposées réduiraient considérablement la capacité de la Commission à remplir son mandat de manière efficace et indépendante. »

Si la réduction d’effectif envisagée était appliquée, la Commission ne pourrait plus offrir les mêmes services ni mener à bien le même programme d’éducation aux droits humains.

Le ministère a laissé entendre que sa proposition se fondait sur une évaluation de la Commission, sans toutefois rendre publique l'analyse l'ayant conduit à une telle conclusion.

À ce jour, la Commission des droits humains de la Corée du Sud est considérée comme une institution exemplaire dans la région Asie-Pacifique. En 2004, la Commission a été classée au premier rang par le Comité international de coordination des institutions nationales pour la promotion et la protection des droits de l’homme. Ceci signifie qu’elle répond à tous les critères établis par les Principes concernant le statut des institutions nationales pour la promotion et la protection des droits de l’homme (Principes de Paris).

En janvier 2008, Amnesty International s’était dite préoccupée par le projet de celui qui était à l’époque le président élu Lee Myung-bak de modifier le statut de la Commission et de transformer cet organisme indépendant en une instance placée sous l’autorité du Bureau présidentiel. Ce projet, qui aurait mis fin à l’indépendance de la Commission, n’avait pas été mis en œuvre.

« La Commission devrait être renforcée plutôt que restreinte pour être en mesure de résoudre les violations des droits humains auxquelles la Corée du Sud est confrontée à l’heure actuelle, a déclaré Roseann Rife. Nous exhortons le gouvernement à revoir ses plans. »

FIN

Region Asia And The Pacific
Country South Korea
For further information, contact International Press Office »

International Press Office

Phone : +44 (0) 20 7413 5566
9:30 - 17:00 GMT Monday-Friday
Phone : +44 (0) 777 847 2126
Line open 24 hours a day
Fax : +44 (0) 20 7413 5835
International Press Office
Peter Benenson House
1 Easton Street
London
WC1X 0DW
UK
Follow International Press Office on Twitter
@amnestypress