Document - Human rights education in non-formal settings: Lessons learned from the Rights Education Action Programme

L'ÉDUCATION AUX DROITS HUMAINS DANS DES STRUCTURES NON FORMELLES

ENSEIGNEMENTS TIRÉS DU PROGRAMME ACTION ET ÉDUCATION EN MATIÈRE DE DROITS HUMAINS



AMNESTY INTERNATIONAL

Document interne

POL 32/001/2010

ÉFAI


Janvier 2010



En quoi consiste le Programme Action et éducation en matière de droits humains ?


CeProgramme est une initiative internationale d'éducation aux droits humains (EDH) lancée il y a dix ans par la section norvégienne d'Amnesty International. Il est mis en œuvre par l'organisation en Afrique du Sud, en Israël, en Malaisie, au Maroc, en Moldavie, en Pologne, en Russie, en Slovénie, en Thaïlande et en Turquie. Les partenaires des projets réalisés dans le cadre de ce Programme évaluent dans un premier temps les besoins locaux, puis choisissent des sujets liés aux droits humains qui soient adaptés aux groupes cibles et à la situation de ces droits dans le pays concerné.

Le Programme repose sur la formation de « multiplicateurs » d'EDH, des personnes en mesure d'influencer un public plus large ou des groupes grâce aux rôles ou aux fonctions qu'elles occupent au sein de la société. Il permet aux partenaires d'induire un impact positif sur les droits humains et de contribuer à la réalisation de l'objectif d'Amnesty International, l'émergence d'une culture des droits humains partout dans le monde.



Rassemblement de militants des droits humains à l'occasion des Seize jours d'action d'Amnesty International, au Cap (Afrique du Sud), pour promouvoir la campagne Halte à la violence contre les femmes.

© Amnesty International



L'éducation aux droits humains dans des structures non formelles


Les initiatives d'EDH d'Amnesty International visent à rendre plus autonomes les individus et les populations par la transmission de connaissances et de compétences qui respectent les principes universellement reconnus en matière de droits humains. L'EDH en marge des établissements scolaires aide souvent à la réalisation de cet objectif. Dans des structures non formelles, par exemple les associations, les groupes de jeunes et les espaces de rencontre locaux, le Programme permet aux gens de connaître leurs droits et les droits d'autrui, et leur offre les moyens de défendre ces droits. Ces graines porteuses du changement social ne pourraient être semées sans l'aide de partenariats précieux avec les organisations locales et nationales ni sans la valorisation du militantisme et notamment de la mobilisation de la jeunesse. Grâce à l'EDH, les participants au Programme acquièrent les outils dont ils ont besoin pour défendre à leur tour leurs droits comme ceux de leur entourage.



En Thaïlande, des militants – notamment des jeunes – participent à un rassemblement silencieux à la bougie.

© Amnesty International



Renforcerl'impact du Programme par la collaboration


Les partenaires locaux jouent un rôle décisif dans la réussite du Programme. Dans le cadre des initiatives lancées au niveau national, Amnesty International a noué des partenariats solides avec des organisations non gouvernementales (ONG) et des associations locales, partenariats qui renforcent la capacité de tous les intervenants à éduquer sur les droits humains et à défendre ces droits. Aux yeux de nos partenaires locaux, le Programme a une influence positive sur les activités d'éducation et de sensibilisation qu'ils organisent. Ces partenariats ont par ailleurs accru l'impact d'Amnesty International en matière de droits humains sur le terrain.


Le Programme Action et éducation en matière de droits humains combiné aux partenariats avec les ONG et les associations locales renforce la capacité des personnes à défendre leurs droits et à œuvrer en faveur de la protection des droits d'autrui.La section sud-africaine d'Amnesty International a obtenu un succès considérable en collaborant avec des associations locales (organisation d'ateliers de formation, d'actions liées à l'EDH, de débats sur la santé dans les centres de santé ruraux). Les « multiplicateurs » du Programme cherchent à protéger les droits des femmes et à éduquer sur les questions relatives au VIH/sida en allant vers les victimes de violences domestiques, les femmes enceintes et les adolescents.Par exemple, le Programme d'autonomisation des victimes de Thohoyandou (TVEP) basé dans la province du Limpopo s'efforce de promouvoir une attitude de tolérance zéro envers les violences et la discrimination liée au genre.



« Dans la majorité des villes et des villages, les habitants connaissent désormais leurs droits et leurs responsabilités. Ils signalent les violations et brisent le silence. »

Partenaire du Programme Action et éducation en matière de droits humains, Afrique du Sud



La collaboration avec les ONG et les associations locales, concrétisée par l'élaboration de formations et de méthodes sur l'EDH, a également été couronnée de succès pour la section malaisienne d'Amnesty International. Tous les partenaires concernés se réunissent une fois par an pour passer en revue les initiatives d'EDH lancées dans le pays ; chacun tire ainsi parti des meilleures pratiques des autres. Certains organisent des séances de formation sur des thèmes spécifiques relatifs aux droits humains. Citons par exemple l'atelier consacré à la liberté d'information du Centre du journalisme indépendant ou la formation « Connais tes droits en cas d'arrestation » organisée par La Voix du peuple malaisien (Suaram). La présence du Programme en Malaisie s'est traduite par des partenariats durables qui permettent aux « multiplicateurs » de diffuser leur action avec efficacité et précision.



« J'ai constaté que certains participants avaient mobilisé les gens autour d'eux pour qu'ils agissent de manière collective[...] Ils ont ainsi pu exprimer leurs préoccupations. »

Partenaire du Programme Action et éducation en matière de droits humains, Malaisie



En Malaisie, des femmes manifestent en faveur du droit à un procès équitable et demandent la libération des personnes détenues au titre de la Loi relative à la sécurité intérieure.

© Amnesty International


Mobiliser la jeunesse par le biais de l'éducation aux droits humains


En apportant son soutien aux groupes de jeunes et en collaborant avec eux, Amnesty International prépare une nouvelle génération partisane des droits humains. Les partenaires du Programme planifient des événements et des formations avec des clubs de jeunes dans le cadre d'initiatives d'EDH. La section thaïlandaise d'Amnesty International organise des sorties pour permettre aux jeunes de découvrir les droits humains, des camps de formation militante où sont enseignés les principes fondamentaux des droits humains, ainsi que des séances de présentation d'histoires personnelles de victimes de violations. Elle anime également des cours destinés aux jeunes militants et axés sur la réflexion créative et les techniques de collecte de fonds. L'action menée dans le cadre du Programme a permis de renforcer les aptitudes des jeunes à diriger au sein du mouvement et constitue un grand pas en avant vers l'autonomisation de la jeunesse thaïlandaise, afin qu'elle soit capable de revendiquer ses droits et cherche à faire évoluer les mentalités autour d'elle.



« Lorsque quelque chose ne va pas autour de moi, je sais le reconnaître, mais les ateliers d'Amnesty International m'offrent les connaissances dont j'ai besoin pour passer à l'action. »

Partenaire du Programme Action et éducation en matière de droits humains, Thaïlande



L'éducation aux droits humains et l'autonomisation, catalyseurs du changement social


L'EDH est un élément décisif dans la réalisation du changement social. Le Programme Action et éducation en matière de droits humainsaméliore la situation des droits humains en donnant aux personnes les moyens de se battre pour leurs droits. En Afrique du Sud, il a permis aux gens de prendre conscience des droits qui étaient les leurs et de participer activement à la concrétisation de ces droits, notamment les droits des femmes, les droits de l'enfant et les droits des personnes vivant avec le VIH/sida. Ainsi, les cas de violences qui font l'objet d'un signalement sont plus nombreux.



« Je travaille désormais avec des enfants du village, je leur fais prendre conscience du VIH/sida par le biais d'activités éducatives et de visites à leur domicile. »

Partenaire du Programme Action et éducation en matière de droits humains, Afrique du Sud



En Malaisie, l'action menée dans le cadre du Programme a porté en priorité sur la question des droits des femmes. Depuis qu'elles participent à ce Programme, les femmes s'élèvent contre les violences que leur inflige leur époux ou compagnon et les parents choisissent d'envoyer leurs filles à l'école. Les habitants des villes et des villages sont également désormais à même d'exprimer collectivement leurs préoccupations. Les Malaisiens savent maintenant qu'ils ont le droit de déposer une plainte auprès des conseils municipaux lorsqu'ils ne disposent pas des équipements et infrastructures élémentaires ou qu'ils rencontrent des problèmes en matière de logement. Grâce au Programme, nous sommes passés du silence à l'action.



« Amnesty International a bouleversé ma vie.J'ai découvert qu'il existait des compétences que je pouvais acquérir, du matériel que je pouvais utiliser et avant tout, j'ai appris comment je pouvais aider les groupes vulnérables de manière plus efficace. Je me suis rendu compte que je pouvais faire bien plus pour les autres et que j'avais beaucoup à partager. »

Partenaire du Programme Action et éducation en matière de droits humains, Malaisie




Rassemblement de participants au Programme Action et éducation en matière de droits humains devant l'ambassade zimbabwéenne à Pretoria (Afrique du Sud), pour soutenir les défenseurs des droits humains au Zimbabwe.

© Amnesty International



Recommandations


Les principales recommandations du Programme Action et éducation en matière de droits humains


1. Souvenez-vous que l'éducation aux droits humains repose sur une approche à long terme.

Le but recherché par l'EDH est de favoriser un changement d'attitude ainsi qu'une évolution des compétences et des connaissances. Ne vous attendez pas à voir le fruit de vos efforts du jour au lendemain ; c'est un processus qui s'inscrit dans la durée mais permet d'obtenir des résultats durables.


2.Recherchez les organisations locales qui partagent les mêmes buts et objectifs que vous, et collaborez afin d'atteindre un plus grand nombre de personnes.

La coopération en matière d'EDH entre différentes organisations de la société civile permet de sensibiliser davantage de personnes aux droits humains et d'accroître le nombre de celles qui promeuvent et protègent ces droits. Ensemble, Amnesty International et ses partenaires locaux peuvent enrichir la teneur de leur travail pour toucher un public plus large.


3. Encouragez la participation significative des jeunes. Cette tranche de la population peut mettre son enthousiasme et ses efforts au service de nos campagnes et militer efficacement pour faire évoluer la situation des droits humains.

Les jeunes ont un rôle important à jouer en matière de changement social. Ils constituent un groupe à cibler en priorité dans le cadre des efforts de développement des aptitudes à donner des impulsions, de l'accroissement du militantisme et de la création d'une culture des droits humains.


4. Adaptez les stratégies mondiales d'Amnesty International aux besoins et contextes locaux pour veiller à leur pertinence et obtenir des résultats qui s'inscrivent dans la durée.

Dans les structures non formelles, il est possible d'adapter efficacement les méthodes d'éducation aux droits humains de telle sorte à répondre aux préoccupations relatives à ces droits au niveau local et à exprimer les priorités des personnes et de leur entourage.


Amnesty International est un mouvement mondial regroupant 2,2 millions de personnes dans plus de 150 pays et territoires qui luttent pour mettre fin aux atteintes graves aux droits humains.

La vision d'Amnesty International est celle d'un monde où chacun peut se prévaloir de tous les droits énoncés dans la Déclaration universelle des droits de l'homme et dans d'autres textes internationaux relatifs aux droits humains.

Essentiellement financée par ses membres et les dons de particuliers, Amnesty International est indépendante de tout gouvernement, de toute tendance politique, de toute puissance économique et de toute croyance religieuse.


How you can help

AMNESTY INTERNATIONAL WORLDWIDE