Document - Syria: Further information: Syrian rearrested and held incommunicado: Muhammad Yassin Al Hamwi

Syrie. Un Syrien ré-arrêté et détenu au secret

Action complémentaire sur l'AU 292/11, MDE 24/046/2012 - Syrie 18 mai 2012

ACTION URGENTE

UN SYRIEN RÉ-ARRÊTÉ ET DÉTENU AU SECRET

Muhammad Yassin Al Hamwi, qui faisait partie des quatre Syriens arrêtés une première fois en septembre 2011, et qui avait été libéré le 25 février, a été de nouveau arrêté le 4 mai. Deux autres hommes, Muhammad Muhammad Al Hamwi et Ahmad Kuraitem, ont été libérés le 28 mars. Abd al Akram al-Sakka, une de leurs connaissances, est toujours détenu.

Muhammad Yassin Al Hamwi, âgé d'environ 65 ans, avait été libéré le 25 février, mais a été de nouveau arrêté le 4 mai par des membres armés du service des renseignements de l'Armée de l'air. Après l'avoir arrêté, ils ont fouillé son domicile et confisqué un nouvel ordinateur portable, un appareil photo et du matériel, ainsi que certains documents, dont son passeport. L'épouse de Muhammad Yassin Al Hamwi, qui a interrogé à maintes reprises les autorités à son sujet, n'a reçu aucune information sur le lieu où il se trouve depuis son arrestation et son état de santé. Sa santé suscite les inquiétudes les plus vives du fait qu'il avait été torturé et soumis à d'autres mauvais traitements lors de sa précédente détention et qu'il doit prendre régulièrement des médicaments pour l'hypertension. On ignore les raisons de son arrestation. Selon ses proches, il n'a pris part à aucune manifestation ni autre activité en faveur d'une réforme depuis sa libération et il espérait pouvoir quitter le pays.

Selon un de leurs proches à l'étranger, Muhammad Muhammad Al Hamwi et Ahmad Kuraitem ont été présentés à un juge le 28 mars pour répondre d'accusations liées à leur participation à des manifestations pacifiques. Le juge a abandonné toutes les inculpations dont ils faisaient l'objet et ils ont été remis en liberté. La même source a indiqué à Amnesty International que Muhammad Muhammad Al Hamwi avait été torturé pendant la première semaine d'interrogatoire ayant fait suite à son arrestation le 23 septembre 2011. Il a eu une blessure à une côte qui l'a gêné pour dormir pendant trois mois environ.

On ne dispose d'aucune autre information sur Abd al Akram al Sakka, âgé d'environ 68 ans, qui est détenu dans des conditions relavant d'une disparition forcée depuis qu'il a été arrêté par le service des renseignements de l'Armée de l'air le 15 juillet 2011.

DANS LES APPELS QUE VOUS FEREZ PARVENIR LE PLUS RAPIDEMENT POSSIBLE AUX DESTINATAIRES MENTIONNÉS CI-APRÈS (en arabe, en anglais ou dans votre propre langue) :

dites-vous préoccupé(e) par le fait que Muhammad Yassin Al Hamwi et Abd al-Akram al Sakka sont détenus dans des conditions comparables à celles d'une disparition forcée, et demandez aux autorités syriennes d'indiquer immédiatement où se trouvent les deux hommes ;

appelez les autorités à protéger ces hommes de la torture et des autres formes de mauvais traitements, à leur permettre d'entrer en contact avec leurs familles et les avocats de leur choix, et à veiller à ce qu'ils bénéficient des soins médicaux dont ils pourraient avoir besoin ;

faites remarquer que, s'il s'avérait que ces hommes sont détenus uniquement pour avoir exercé pacifiquement leur droit à la liberté d'expression, Amnesty International les considérerait comme des prisonniers d'opinion et demanderait leur libération immédiate et inconditionnelle.

ENVOYEZ VOS APPELS AVANT LE 29 JUIN 2012 À :

Président

Bashar al-Assad

Presidential Palace, al-Rashid Street

Damascus, Syrie

Fax : +963 11 332 3410 (merci de faire preuve de persévérance)

Formule d'appel : Your Excellency, / Monsieur le Président,

Ministre de l'Intérieur

His Excellency Major General Mohamad Ibrahim al-Shaar, Ministry of Interior, ‘Abd al-Rahman Shahbandar Street

Damascus, Syrie

Fax : +963 11 211 9578 (merci de faire preuve de persévérance)

Formule d'appel : Your Excellency, / Monsieur le Ministre,

Ministre des Affaires étrangères

Walid al-Mu'allim

Ministry of Foreign Affairs

al-Rashid Street

Damascus, Syrie

Fax : +963 11 214 6253 (merci de faire preuve de persévérance)

Formule d'appel : Your Excellence, / Monsieur le Ministre�

Veuillez également envoyer des copies aux représentants diplomatiques de la Syrie dans votre pays.

Nom(s), adresse(s), n° de fax ; courriel ; formule d'appel.

Vérifiez auprès de votre section s'il faut encore intervenir après la date indiquée ci-dessus. Merci. Ceci est la deuxième mise à jour de l'AU 292/11. http://www.amnesty.org/fr/library/info/MDE24/030/2012/fr

ACTION URGENTE

UN SYRIEN RÉ-ARRÊTÉ ET DÉTENU AU SECRET

INFORMATIONS GÉNÉRALES

Le commerçant Muhammad Yassin Al Hamwi est le père de Haytham Al Hamwi, prisonnier d'opinion détenu pendant quatre ans après avoir été reconnu coupable à l'issue d'un procès inique d'avoir, notamment, participé à une manifestation non autorisé contre l'invasion de l'Irak en 2003. Muhammad Yassin Al Hamwi a passé environ deux semaines en prison en juillet et août 2005, pendant que son fils était incarcéré, pour avoir pris part à une conférence à l'occasion de laquelle avait été créé un comité de défense des prisonniers d'opinion en Syrie. Il a été de nouveau placé en détention entre le 1er et le 26 mai 2011, apparemment pour avoir participé à une manifestation en faveur de réformes. Il n'avait alors pas été autorisé à prendre les médicaments qu'il avait apportés mais le médecin de la prison était venu le voir et lui avait donné un autre traitement. Il avait été arrêté une nouvelle fois le 23 septembre 2011 et libéré le 25 février 2012.

Des manifestations en faveur de réformes ont eu lieu sporadiquement en février 2011, mais se sont amplifiées et multipliées après les premiers homicides de manifestants le mois suivant. Alors que ces rassemblements étaient le plus souvent pacifiques, les autorités syriennes ont réagi de la manière la plus brutale qui soit pour tenter d'y mettre un terme. Au cours de l'année qui s'est écoulée depuis les manifestations pacifiques ont continué, mais les troubles sont devenus de plus en plus violents, des groupes d'opposition armés – souvent associés de manière plus ou moins étroite à l'Armée syrienne libre – menant des attaques qui visaient le plus souvent les forces de sécurité syriennes. Amnesty International a obtenu les noms de plus de 9 200 personnes qui seraient mortes ou auraient été tuées dans le cadre de ces troubles depuis la mi-mars 2011. Un grand nombre de ces personnes ont été tuées lors de manifestations ou d'attaques menées par l'armée contre leur village ou leur ville, dans le cadre d'exécutions extrajudiciaires, de la politique du « tirer pour tuer » et de tirs ou pilonnages aveugles sur des zones résidentielles.

Des milliers d'opposants présumés au gouvernement syrien ont été arrêtés au cours des 15 derniers mois et nombre d'entre eux, voire la plupart, auraient été soumis à des actes de torture ou à d'autres mauvais traitements. Amnesty International dispose des noms de plus de 330 personnes qui seraient mortes en détention pendant cette période ; elle a aussi recensé de nombreux cas de torture et d'autres mauvais traitements infligés à d'anciens détenus. Pour en savoir plus sur les actes de torture et les autres mauvais traitements infligés à des détenus en Syrie, veuillez consulter le document « Je voulais mourir ». Témoignages de survivants de la torture en Syrie (http://www.amnesty.org/fr/library/info/MDE24/016/2012/fr). Amnesty International a également été informée de nombreux cas de personnes qui auraient fait l'objet d'une disparition forcée et pour lesquelles les agents de l'État n'auraient fourni aucune information aux familles. La plupart de ces personnes ont semble-t-il été arrêtées par les forces de sécurité.

Bien que le gouvernement syrien ait accepté le plan en six points proposé le 27 mars 2012 par Kofi Annan, envoyé spécial conjoint des Nations unies et de la Ligue arabe en Syrie, et l'accord de cessez-le-feu du 12 avril, Amnesty International continue de recevoir des informations faisant état d'arrestations et de détentions dans des conditions s'apparentant à des disparitions forcées.

Pour savoir où sont commises des atteintes aux droits humains sur le territoire syrien et en apprendre davantage sur les actions mondiales d'Amnesty International en faveur de la justice, consultez la carte interactive « Eyes on Syria » (www.eyesonsyria.org).

Noms : Muhammad Yassin Al Hamwi ; Abd al Akram al Sakka ; Muhammad Muhammad Al Hamwi et Ahmad Kuraitem

Genre : hommes

Informations complémentaires sur l'AU  292/11, MDE 24/046/2012, 18 mai 2012

image1.png

How you can help

AMNESTY INTERNATIONAL WORLDWIDE