Document - Syria: Enforced disappearance of Palestinian man: ‘Ali Sayed al-Shihabi

Syrie. Disparition forcée d’un Palestinien. Ali Sayed al Shihabi

AU 223/13, MDE 24/039/2013 – Syrie 19 août 2013 19 août 2013

ACTION URGENTE

DISPARITION FORCÉE D’UN PALESTINIEN

Le militant politique Ali Sayed al Shihabi, réfugié palestinien vivant en Syrie, a été arrêté par les autorités syriennes le 19 ou le 20 décembre 2012 et soumis à une disparition forcée. On sait qu'il a été détenu dans les locaux du Service de renseignement militaire à Damas, la capitale, mais on ignore où il se trouve actuellement.

Selon un proche qui se trouvait avec lui ce jour-là, vers 17 h 00, Ali Sayed al Shihabi se rendait chez un ami dans le quartier al Zahira al Jadida de Damas. Les deux hommes se sont séparés et, peu après, ce proche un reçu un texto lui indiquant qu'Ali Sayed al Shihabi lui demandait de « le contacter de toute urgence ». Sa famille n’a reçu aucune nouvelle de lui depuis lors.

Craignant qu'il n'ait été arrêté par des militaires, sa famille a pris contact avec un responsable des forces de sécurité de sa connaissance pour qu'il vérifie. En janvier 2013, celui-ci leur a dit qu'Ali Sayed al Shihabi avait été incarcéré au centre 235 du Service de renseignement militaire (aussi connu sous le nom de « centre palestinien ») mais qu'il avait été libéré début janvier. Cependant, le militant n'est pas rentré chez lui et sa famille n'a reçu aucun document confirmant sa libération. De source militaire non officielle, il a par la suite été confirmé qu'Ali Sayed al Shihabi était toujours détenu dans les locaux du Service de renseignement militaire mais qu'aucune information à son sujet ne serait fournie à sa famille.

On ignore les raisons exactes de la détention d'Ali Sayed al Shihabi. Il avait déjà été arrêté en mai 1982 et incarcéré pendant près de 10 ans jusqu'à sa libération en 1991 pour son appartenance au Parti d'action communiste (PAC), puis d'août 2006 à janvier 2007, semble-t-il parce qu'il était accusé d'« avoir sciemment diffusé à l'étranger des informations fausses ou déformées, susceptibles de porter atteinte à la réputation de l'État ou à sa santé financière » et d'« appartenir à une organisation politique ou sociale internationale sans autorisation des pouvoirs publics ».

DANS LES APPELS QUE VOUS FEREZ PARVENIR LE PLUS RAPIDEMENT POSSIBLE AUX DESTINATAIRES CI-APRÈS (en arabe, en anglais, en français ou dans votre propre langue) :

appelez les autorités syriennes à révéler immédiatement ce qu'il est advenu d'Ali Sayed al Shihabi et où il se trouve, et à lui permettre sans délai de contacter son avocat et sa famille et de bénéficier de tous les soins médicaux dont il pourrait avoir besoin ;

exhortez-les à prendre les mesures nécessaires pour qu’il soit protégé contre toute forme de torture et d’autres mauvais traitements ;

demandez-leur d’expliquer quelle est la situation juridique de cet homme et appelez-les à le libérer immédiatement, à moins qu’il ne soit inculpé d’une infraction reconnue par le droit international.

ENVOYEZ VOS APPELS AVANT LE 30 SEPTEMBRE 2013 À :�

Président syrien

Bashar al-Assad

Fax : +963 11 332 3410 (merci de vous montrer persévérant-e)

(dites « fax » si quelqu'un décroche ; le fax est le seul moyen de communication fiable, n’envoyez pas de lettres SVP)

Formule d’appel : Your Excellency, / Monsieur le Président,

Ministre de la Défense

‘Imad al-Fraij

Fax : +963 11 223 7842 (merci de vous montrer persévérant-e)

+963 11 666 2460 (merci de vous montrer persévérant-e)

(dites « fax » si quelqu’un décroche)

Formule d’appel : Your Excellency, / Monsieur le Ministre, �Ministre des Affaires étrangères

Walid al-Mu’allim

Ministry of Foreign Affairs

al-Rashid Street

Damascus, Syrie

Fax : +963 11 214 6253 (merci de vous montrer persévérant-e)

Formule d’appel : Your Excellency, / Monsieur le Ministre,�

Le cas échéant, veuillez également adresser des copies aux représentants diplomatiques de la Syrie et de la Russie dans votre pays (adresse/s à compléter) :

nom(s), adresse(s), n° de fax, courriel, formule de politesse

Veuillez également adresser des copies au Représentant permanent de la Syrie aux Nations unies :

His Excellency Bashar Ja’afari, Ph.D., Ambassador Extraordinary and Plenipotentiary, 820 Second Avenue, 15th Floor, New York, NY 10017, États-Unis ; Fax : +1212 983 4439 ; Courriel : exesec.syria@gmail.com

ACTION URGENTE

DISPARITION FORCÉE D’UN PALESTINIEN

COMPLÉMENT D’INFORMATION

Ali Sayed al Shihabi est professeur d’anglais. Il a écrit des articles sur des sujets politiques et sociaux, ainsi que deux livres concernant des questions de société publiés en Syrie. Par le passé, il a été convoqué à maintes reprises à des fins d'interrogatoire. Il a été détenu pour délit d’opinion entre 1982 et 1991 en raison de son appartenance à un parti politique interdit, le Parti d'action communiste (PAC), mouvement qu’il a depuis quitté. Vous trouverez des informations complémentaires dans les documents suivants : Détention au secret / Craintes de torture ou de mauvais traitements. Ali Sayed al Shihabi, index : MDE 24/052/2006 (http://www.amnesty.org/fr/library/info/MDE24/052/2006/fr) et Détention au secret / Craintes de torture ou de mauvais traitements / Prisonnier d'opinion présumé. Ali Sayed al Shihabi, index : MDE 24/003/2007 (http://www.amnesty.org/fr/library/info/MDE24/003/2007/fr).

Pour en savoir plus sur les actes de torture et les autres mauvais traitements infligés à des détenus en Syrie, veuillez consulter le document « Je voulais mourir ». Témoignages de survivants de la torture en Syrie, index : MDE 24/016/2012, mars 2012 (http://www.amnesty.org/fr/library/info/MDE24/016/2012/fr).

Amnesty International a reçu les noms de plus d'un millier de personnes qui seraient mortes en détention aux mains des forces de sécurité syriennes depuis le début des troubles – dont près de 500 rien qu'en 2012. En août 2011, elle a consacré un rapport à ces pratiques : Morts en détention. Cas de mort en détention sur fond de protestations populaires en Syrie, index : MDE 24/035/2011 (http://www.amnesty.org/fr/library/info/MDE24/035/2011/fr).

Bien que la grande majorité des atteintes aux droits humains constatées par l'organisation soit imputable aux forces armées syriennes et aux milices chabiha, favorables au gouvernement, des groupes armés de l'opposition se sont eux aussi rendus coupables de tels agissements. Ils ont notamment torturé et tué des membres des forces de sécurité et des chabiha qu'ils avaient capturés, enlevé et tué des personnes qui soutenaient le gouvernement ou travaillaient avec ses agents, ou étaient soupçonnées de le faire, et pris des civils en otage pour essayer de négocier des échanges de prisonniers. Amnesty International condamne sans réserve ces pratiques et appelle les chefs de tous les groupes armés d’opposition en Syrie à annoncer publiquement que de tels actes sont interdits. L’organisation leur demande aussi de faire tout leur possible pour que les forces de l’opposition cessent d’en commettre. Pour en savoir plus, consultez le rapport Syria: Summary killings and other abuses by armed opposition groups (MDE 24/008/2013), 14 mars 2013 (http://www.amnesty.org/en/library/info/MDE24/008/2013/en).

Nom : Ali Sayed al Shihabi

Homme

AU 223/13 Index : MDE 24/039/2013, 19 août 2013

image1.png

How you can help

AMNESTY INTERNATIONAL WORLDWIDE