Document - Syria: Activist detained, risks torture

Syrie. Un militant détenu risque la torture


AU 224/11, MDE 24/036/2011 – Syrie 20 juillet 2011


ACTION URGENTE

SYRIE. UN MILITANT DÉTENU RISQUE LA TORTURE

Le militant politique syrien George Sabra est détenu au secret dans un lieu inconnu depuis le 20 juillet. Il a été interpellé dans le cadre des arrestations de masse auxquelles ont procédé l'armée et les forces de sécurité syriennes à Qatana, une ville située au sud-ouest de Damas, la capitale du pays. Cet homme risque fortement d’être torturé ou soumis à d’autres formes de mauvais traitements.

Des chars d’assaut et des hommes armés sont entrés le 16 juillet dans Qatana, au sud-ouest de la capitale. Ils ont ouvert le feu sur des habitants sans armes et ont procédé à des descentes, arrêtant au hasard des dizaines d’hommes âgés de 18 à 40 ans. Le militant politique George Sabra, 64 ans, fait partie des personnes placées en détention au secret dans des lieux inconnus. Amnesty International est particulièrement inquiète pour sa sécurité au vu des informations faisant état d’un recours généralisé à la torture en Syrie.

Le fils de George Sabra, Chadi Sabra, qui vit en exile en France, a déclaré à Amnesty International que plusieurs hommes armés en civil avaient arrêté son père dans l’appartement familial à 1 heure du matin le 20 juillet. Il n'a pas été autorisé à se changer alors qu'il était en pyjama et n’a pas pu prendre sa carte d’identité. Dix minutes plus tard, un autre groupe d’hommes armés, qui se sont présentés comme des agents des forces de sécurité, est arrivé à l’appartement et a confisqué son ordinateur personnel et son téléphone mobile. Ces hommes ont également pris certains de ses vêtements ainsi que sa carte d’identité.

Les autorités syriennes n’ont pas indiqué les motifs de son arrestation. Chadi Sabra pense toutefois que l’arrestation de son père est probablement liée à la position importante qu'il occupe au sein du Parti démocratique du peuple, un parti politique interdit en Syrie, et au fait qu’il a exprimé publiquement à la fois son soutien en faveur des manifestations pacifiques et son refus d'un dialogue avec les autorités tant que les forces de sécurité continueraient à recourir à la violence contre des manifestants pacifiques.

Amnesty International pense que George Sabra est probablement un prisonnier d’opinion, détenu uniquement pour l’exercice légitime de son droit à la liberté d’expression et d’association.

DANS LES APPELS QUE VOUS FEREZ PARVENIR LE PLUS RAPIDEMENT POSSIBLE AUX DESTINATAIRES CI-APRÈS (en arabe, en anglais, en français ou dans votre propre langue) :

  • faites part de votre préoccupation face à la détention au secret de George Sabra dans un lieu inconnu depuis le 20 juillet et appelez les autorités à faire en sorte qu'il soit pleinement protégé contre la torture ou tout autre mauvais traitement ;

  • dites-vous également préoccupé-e à l’idée que George Sabra puisse être détenu simplement pour avoir soutenu les manifestations à Qatana et faites remarquer que, si tel était le cas, Amnesty International le considérerait comme un prisonnier d’opinion incarcéré pour avoir exercé son droit à la liberté d’expression et d’association et demanderait sa libération immédiate et inconditionnelle ;

  • priez instamment les autorités syriennes de révéler immédiatement l'identité de toutes les personnes arrêtées en relation avec les mouvements de protestation actuels ainsi que le lieu où elles se trouvent, de leur permettre d’entrer en contact avec leur famille et les avocats de leur choix et de bénéficier de tous les soins médicaux dont elles pourraient avoir besoin, et de les protéger contre la torture et les autres mauvais traitements.


VEUILLEZ ENVOYER VOS APPELS AVANT LE 24 AOÛT 2011 À :

Président de la République

Bashar al-Assad

Presidential Palace

al-Rashid Street

Damas, Syrie

Fax : +963 11 332 3410

Formule d’appel : Your Excellency,/ Monsieur le Président,

Ministre des Affaires étrangères

Walid al-Mu’allim

Ministry of Foreign Affairs

al-Rashid Street

Damas, Syrie

Fax : +963 11 214 6251

Formule d’appel : Your Excellency, / Monsieur le Ministre,

Veuillez également adresser des copies aux représentants diplomatiques de la Syrie dans votre pays (adresse/s à compléter).

Nom(s), adresse(s), n° de fax, courriel, formule d’appel

Vérifiez auprès de votre section s’il faut encore intervenir après la date indiquée ci-dessus. Merci.

ACTION URGENTE

SYRIE. UN MILITANT DÉTENU RISQUE LA TORTURE

INFORMATIONS GÉNÉRALES

Des manifestations en faveur de la réforme ont eu lieu quotidiennement à Qatana du 9 au 15 juillet, à la suite de quatre mois de troubles à travers la Syrie. À plusieurs reprises, des affrontements ont opposé les manifestants et les partisans du président Bachar el Assad, au cours desquels les deux camps se sont lancé des pierres.


Selon les habitants de Qatana, la situation aurait dégénéré quand l’armée et les forces de sécurité syriennes sont entrées dans la ville avec des chars tôt dans la journée le 16 juillet et ont ouvert le feu dans des zones résidentielles, blessant de nombreuses personnes dont certaines sortaient de la mosquée de Mariam Ben Omran après la prière du samedi matin. Un couvre-feu a été imposé vers 11 heures, l’accès à Internet, l’électricité et l’eau ont été coupés dans au moins certaines parties de la ville, et l’armée et les forces de sécurité ont commencé à effectuer des descentes systématiques et à arrêter des hommes.

Les habitants de Qatana ont en outre affirmé qu’un enfant de sept mois, Mohammed Ahmed Sabboura, avait été abattu et sa mère blessée alors qu’elle tentait de quitter la ville.


George Sabra a déjà été emprisonné à deux reprises en raison de ses activités en tant que membre important du Parti démocratique du peuple (anciennement Parti communiste-bureau politique syrien). Sa détention la plus récente a duré un mois, du 10 avril au 10 mai 2011. Il a été libéré sous caution. Il avait auparavant été détenu pendant huit ans, de 1987 à 1995. À l’époque, il avait été condamné par la Cour suprême de sûreté de l’État à l’issue d’un procès manifestement inique. Il a passé les trois premières années de cette période de détention dans les locaux de la branche de Damas de la Sûreté de l’État, où il n’était pas autorisé à recevoir de visites de sa famille ou de son avocat. Il a par la suite été transféré à la prison militaire de Saydanya, près de Damas, où il a passé les cinq années restantes et où sa famille a pu lui rendre visite.


En tant que figure importante du Parti démocratique du peuple, George Sabra est le représentant de ce parti au sein de la Déclaration de Damas pour le changement national démocratique, une organisation interdite qui rassemble plusieurs mouvements d’opposition réclamant des réformes démocratiques et un plus grand respect des droits humains en Syrie.



Nom : George Sabra

Genre : homme




AU 224/11, MDE 24/036/2011, 20 juillet 2011


How you can help

AMNESTY INTERNATIONAL WORLDWIDE