Document - Israel and the Occupied Palestinian Territories: Health fears for Palestinian hunger striker: Akram Rikhawi

Israël et territoires palestiniens occupés. Craintes pour la santé d'un gréviste de la faim palestinien

AU 212/12, MDE 15/040/2012 – Israël/territoires palestiniens occupés 16 juillet 2012

ACTION URGENTE

CRAINTES POUR LA SANTÉ D'UN GRÉVISTE DE LA FAIM PALESTINIEN

La vie du prisonnier palestinien Akram Rikhawi est en grand danger. Cet homme, qui observe une grève de la faim depuis le 12 avril, est détenu dans le centre médical d'une prison israélienne, où il ne peut pas recevoir les soins spécialisés dont il a besoin. Il souffre de plusieurs pathologies chroniques comme le diabète, l'asthme et l'ostéoporose et présente un taux de cholestérol élevé.

Akram Rikhawi, 38 ans, vit dans la bande de Gaza. Il est actuellement détenu à l'isolement au centre de santé des services pénitentiaires israéliens, à la prison de Ramleh (Israël), pour le punir, semble-t-il, de sa grève de la faim. Il est privé du suivi régulier d'un médecin indépendant alors qu'il a besoin d'être soigné dans un hôpital civil doté des équipements nécessaires pour traiter ses besoins médicaux urgents. Depuis le début de sa grève de la faim, il n'absorbe que de l'eau associée parfois à des vitamines.

Akram Rikhawi a entamé sa grève pour protester contre l'insuffisance du traitement médical qu'il reçoit en prison. À deux reprises, il a d'ailleurs demandé une libération anticipée, qui lui a été refusée à chaque fois. Le 4 juillet, un praticien de l'organisation non gouvernementale locale Médecins pour les droits de l'homme-Israël (PHR-I) a enfin pu rendre visite à Akram Rikhawi. Cette ONG avait demandé à plusieurs reprises aux services pénitentiaires israéliens d'autoriser cet homme à consulter un médecin indépendant et a saisi le tribunal de district, qui a statué le 27 juin en fixant un droit de visite au 3 juillet. Akram Rikhawi n'a reçu qu'une seule autre visite d'un médecin de PHR-I, le 6 juin.

Le 4 juillet, l'ONG a déclaré que l'asthme d'Akram Rikhawi s'était considérablement aggravé et que le « médecin pens[ait] qu'on lui avait administré de très fortes doses de stéroïdes comme traitement [de l'asthme], ce qui peut provoquer des dommages graves et irréversibles sur le long terme ». Le médecin a par ailleurs réitéré une recommandation faite à la suite de la visite de juin, suggérant de faire examiner Akram Rikhawi par un pneumologue. Il a aussi indiqué que son œil droit devait être testé pour déterminer si une opération de la cataracte était nécessaire, comme cela a déjà été le cas pour l'œil gauche. Akram Rikhawi s'est plaint de forts vertiges et d'engourdissements de la cuisse gauche qui, selon le rapport de PHR-I, pourraient être le signe d'un dysfonctionnement du système nerveux périphérique. Il a des difficultés à marcher et à se tenir debout mais n'est, semble-t-il, pas assisté dans ses déplacements.

Le 24 juin, Akram Rikhawi a été emmené à l'hôpital public Assaf Harofeh, en Israël, où il a passé deux jours enchaîné à son lit – ce qui constitue une forme de mauvais traitement – jusqu'à son retour en prison.

DANS LES APPELS QUE VOUS FEREZ PARVENIR LE PLUS VITE POSSIBLE AUX DESTINATAIRES MENTIONNÉS CI-APRÈS, en hébreu ou dans votre propre langue :

dites-vous extrêmement inquiet pour la santé d'Akram Rikhawi, exhortez les autorités à prendre des mesures immédiates pour lui permettre de bénéficier de soins médicaux adaptés, notamment des examens supplémentaires dont il a besoin, dans des hôpitaux civils disposant d'équipements spécialisés et de consulter le médecin indépendant de son choix ;

priez-les instamment de veiller à ce que cet homme soit traité avec humanité à tout moment et ne soit pas puni d'une quelconque manière pour sa grève de la faim, notamment en étant placé à l'isolement ou entravé.

VEUILLEZ ENVOYER VOS APPELS AVANT LE 27 AOÛT 2012 :

Vice-Premier ministre et ministre de la Défense

Ehud Barak, Ministry of Defence

37 Kaplan Street, Hakirya

Tel Aviv 61909, Israël

Fax : +972 3 69 16940 / 62757

Formule d'appel : Dear Minister, / Monsieur le Ministre,

Commissaire des Services pénitentiaires israéliens

Lieutenant-General Aharon Franco

Israel Prison Service, PO Box 81

Ramleh 72100, Israël

Fax : +972 8 919 3800

Formule d'appel : Dear Lieutenant-General, / Monsieur,

Copies à :

Juge militaire et général de brigade

Brigadier General Danny Efroni

6 David Elazar Street

Hakirya, Tel Aviv, Israël

Fax : +972 3 569 4526

Courriel : avimn@idf.gov.il

Veuillez également adresser des copies aux représentants diplomatiques d'Israël dans votre pays (adresse(s) à compléter) :

Nom(s), adresse(s), n° de fax ; courriel ; formule d'appel.

Vérifiez auprès de votre section s'il faut encore intervenir après la date indiquée ci-dessus. Merci.

ACTION URGENTE

CRAINTES POUR LA SANTÉ D'UN GRÉVISTE DE LA FAIM PALESTINIEN

COMPLÉMENT D'INFORMATION

Akram Rikhawi a été arrêté en 2004 à un poste de contrôle par les forces de sécurité israéliennes alors qu'il rentrait chez lui à Rafah, dans la bande de Gaza. La même année, il a été condamné à neuf ans d'emprisonnement par un tribunal militaire. Amnesty International ignore les infractions dont il a été déclaré coupable.

Il figurait parmi les quelques 2 000 prisonniers et détenus palestiniens ayant récemment entamé une grève de la faim pour protester contre les mauvaises conditions carcérales, y compris les placements à l'isolement, la privation de visites familiales et les détentions sans inculpation. Ces personnes ont mis un terme à leur grève le 14 mai, à la suite d'un accord avec les autorités israéliennes négocié par l'Égypte. Aux termes de cet accord, les autorités israéliennes s'engageaient à mettre fin à la détention à l'isolement de 19 prisonniers et à lever l'interdiction des visites familiales aux prisonniers originaires de la bande de Gaza. Le 16 juillet 2012, 40 habitants de Gaza ont pu rendre visite à 24 de leurs proches détenus à la prison de Ramon (également appelée Nafkha), dans le sud d'Israël. C'est la première fois depuis 2007 que les autorités israéliennes autorisent des familles de Gaza à rendre visite à leurs membres détenus dans des prisons israéliennes. Akram Rikhawi n'a pas vu sa famille, qui vit à Gaza, depuis 2006. Selon le Comité international de la Croix-Rouge (CICR), 554 personnes dont la famille est installée dans la bande de Gaza sont détenues dans des prisons israéliennes (voir http://www.icrc.org/fre/resources/documents/news-release/2012/israel-palestine-news-2012-07-16.htm). Par ailleurs, les autorités israéliennes refusent souvent, pour des raisons de « sécurité » non précisées, de délivrer des autorisation de visite aux proches des prisonniers originaires de Cisjordanie.

Au moins trois autres hommes palestiniens détenus dans des prisons israéliennes sont toujours en grève de la faim pour protester contre leurs conditions d'incarcération et leur détention sans inculpation. Pour en savoir plus, consultez le document suivant : http://www.amnesty.org/fr/library/info/MDE15/038/2012/fr.

Nom : Akram Rikhawi

Genre : homme

AU 212/12, MDE 15/040/2012, 16 juillet 2012

image1.png

How you can help

AMNESTY INTERNATIONAL WORLDWIDE