Document - Bahrain: Further information: Activists released following Bahrain protests

Bahreïn. Des militants libérés à la suite des manifestations


Informations complémentaires sur l'AU 195/10, MDE 11/007/2011 – Bahreïn 24 février 2011


ACTION URGENTE

DES MILITANTS LIBÉRÉS À LA SUITE DES MANIFESTATIONS À BAHREÏN

Vingt-trois militants de l'opposition détenus à Bahreïn depuis août 2010 ont été libérés la nuit dernière, à la suite des appels de la population bahreïnite.

Ces 23 militants, dont certains sont des membres éminents de la communauté chiite bahreïnite, étaient incarcérés depuis août 2010. Pendant leur détention provisoire, ils avaient été placés au secret et privés de tout contact avec leurs avocats et leurs proches pendant 15 jours. Tous étaient accusés de complot dans le but de renverser le gouvernement par des « actes terroristes » et d'autres moyens. Ils ont été libérés très tôt le 23 février, à la suite des manifestations de masse qui ont débuté à Bahreïn le 14 février et appelaient, entre autres, à la libération des prisonniers politiques et à la mise en œuvre de réformes politiques. Depuis le 14 février, sept manifestants ont été tués par la police antiémeute et des centaines de personnes ont été blessées.

Outre les 23 personnes en question, le roi de Bahreïn, Cheikh Hamad bin Issa al Khalifa, a ordonné la libération d'autres prisonniers – notamment politiques – lundi dernier.

La sœur de l'un des détenus a déclaré aujourd'hui à Amnesty International : « Je suis vraiment heureuse que mon frère ait été libéré. C'est comme si c'était mon anniversaire. C'est une nouvelle naissance. La nuit dernière, à une heure du matin, ils ont commencé à ouvrir les grilles et les 23 personnes sont sorties une par une. Nous étions tellement heureux de revoir mon frère ! »

Lors de la première audience du procès, le 28 octobre 2010, tous les accusés ont nié les charges retenues contre eux et la plupart ont déclaré avoir été victimes d'actes de torture ou d'autres mauvais traitements lors de leur détention préventive. Certains ont ajouté avoir été menacés la veille par des membres des forces de sécurité qui leur avaient interdit de parler devant la cour de la façon dont ils avaient été traités, sous peine d'être de nouveau torturés. Dans les semaines qui ont suivi, le procès a été ajourné après que les avocats représentant les militants se sont retirés de l'affaire pour protester contre l'absence d'enquête indépendante sur les allégations de torture et autres mauvais traitements. Le procès a été repoussé une fois de plus lorsque les détenus ont refusé d'être représentés par de nouveaux avocats désignés par le tribunal.


Merci à tous ceux qui ont envoyé des appels. Aucune action complémentaire n'est requise.


Ceci est la troisième mise à jour de l'AU 195/10. Pour en savoir plus : http://www.amnesty.org/fr/LIBRARY/INFO/MDE11/005/2010/fr, http://www.amnesty.org/fr/LIBRARY/INFO/MDE11/007/2010/fr et http://www.amnesty.org/fr/LIBRARY/INFO/MDE11/010/2010/fr.

ACTION URGENTE

DES MILITANTS LIBÉRÉS À LA SUITE DES MANIFESTATIONS À BAHREÏN

INFORMATIONS GÉNÉRALES

Des appels avaient été lancés sur plusieurs sites Internet, sur Facebook et sur Twitter afin d'inciter les gens à participer aux manifestations du « Jour de colère », organisées afin de coïncider avec le 10e anniversaire de l'adoption de la Charte d'action nationale de Bahreïn. Encouragés par les mouvements de protestation en Tunisie et en Égypte, les manifestants réclament une liberté accrue, la libération de tous les prisonniers politiques, une nouvelle Constitution et un gouvernement élu. Al Wefaq, la principale formation politique chiite du pays, aurait suspendu sa participation au Parlement le 15 février en signe de protestation contre la mort de deux manifestants et les méthodes utilisées par la police. Depuis le début du mouvement, le 14 février, sept manifestants ont été tués et des centaines de personnes ont été blessées.

La situation en matière de droits humains s'est nettement dégradée à Bahreïn au cours des douze derniers mois. Le 11 février, Amnesty International a publié un rapport, intitulé Crackdown in Bahrain: human rights at the crossroads (MDE 11/001/2011, http://www.amnesty.org/en/library/info/MDE11/001/2011/en, en anglais), qui décrit les violations des droits humains commises dans le pays.



Informations complémentaires sur l'AU 195/10, MDE 11/007/2011, 24 février 2011

How you can help

AMNESTY INTERNATIONAL WORLDWIDE