Document - Bahrain: Around 250 individuals at risk of torture: Further information



Action complémentaire sur l’AU 195/10, MDE 11/007/2010 – Bahreïn 8 octobre 2010


ACTION URGENTE

BAHREÏN. ENVIRON 250 PERSONNES RISQUENT LA TORTURE

À Bahreïn, environ 250 personnes auraient été arrêtées dans le cadre d’un mouvement de répression visant l’opposition politique et le militantisme chiites à l’approche des élections législatives, qui se dérouleront le 23 octobre prochain.

Selon les estimations des militants bahreïnites, depuis l’arrestation en août de 23 militants politiques et défenseurs des droits humains chiites, les autorités auraient interpellé 230 autres personnes, toutes chiites, à la suite des manifestations et des émeutes contre le gouvernement qui se sont déroulées dans des villes et villages chiites.Les chiffres officiels n’ont pas été rendus publics.Lors de ces événements, certains manifestants ont mis le feu à des pneus et jeté des cocktails Molotov sur les forces de sécurité.

Pendant lespremières semaines, toutes les personnes interpellées étaient détenues au secret ; néanmoins, certaines d’entre elles peuvent désormais recevoir la visite de leur famille. Plusieurs des 23 premiers détenus n’ont vu leurs avocats qu’une seule fois, lorsqu’ils ont été déférés devant le parquet il y a plusieurs semaines, mais ils n’ont pas été autorisés à leur parler.Les autres détenus n’ont pas du tout pu contacter d’avocat.La privation de tout contact avec l’extérieur augmente le risque que ces personnes soient victimes de torture ou d’autres mauvais traitements éventuels ; la famille et les avocats de certains des 23 hommes arrêtés en août affirment que ces derniers ont été torturés.Le gouvernement bahreïnite a réfuté ces affirmations et interdit la publication de toute information sur les quelque 250 détenus.Tout contrevenant à cette interdiction s’expose à une sanction pouvant aller jusqu’à un an d’emprisonnement.Human Rights Watch a demandé à rendre visite aux détenus mais les autorités ont rejeté cette requête il y a quelques jours.

Depuis les premières interpellations, les autorités bahreïnites ont restreint de façon arbitraire les activités de plusieurs militants et organisations en faveur des droits humains.En septembre, elles ont suspendu le comité directeur de l’Association bahreïnite des droits humains, dûment enregistrée, en l’accusant d’« irrégularités juridiques et administratives » et de coopération avec des « organisations illégales », après que l’association eut publiquement critiqué le gouvernement en lui reprochant d’avoir bafoué les droits humains des 23 personnes arrêtées en août. Un représentant du ministère du Développement social a été nommé administrateur provisoire. Au cours des dernières semaines, les autorités ont temporairement empêché trois militants en faveur des droits humains de se rendre à l’étranger pour assister à des réunions et des ateliers portant sur les droits humains, entre autres, avant de leur signifier qu’ils pouvaient voyager sans restriction.

DANS LES APPELS QUE VOUS FEREZ PARVENIR LE PLUS VITE POSSIBLE AUX DESTINATAIRES MENTIONNÉS CI-APRÈS (en arabe, en anglais ou dans votre propre langue) :

  • exhortez les autorités bahreïnites à permettre aux détenus de régulièrement consulter leur avocat en privé et recevoir la visite de leur famille ;

  • appelez-les à mener sans délai une enquête minutieuse et indépendante sur les allégations de torture et autres mauvais traitements émises par les familles et les avocats au nom de certains détenus ;

  • demandez instamment que toute personne présumée responsable d’actes de torture ou d’autres mauvais traitements sur les détenus soit traduite en justice, conformément au droit international relatif aux droits humains ;

  • priez le gouvernement bahreïnite de lever toutes les restrictions arbitraires imposées aux organisations et militants en faveur des droits humains à Bahreïn.


ENVOYEZ VOS APPELS AVANT LE 19 NOVEMBRE 2010 À :

Premier Ministre :

Shaikh Khalifa bin Salman Al Khalifa

Office of the Prime Minister

P.O. Box 1000, al-Manama, Bahreïn

Fax : +973 17533033

Formule d’appel : Your Highness, / Monsieur le Premier ministre,



Ministre des Affaires étrangères :

Shaikh Khalid Bin Ahmed Bin Mohamed Al Khalifa

Ministry of Foreign Affairs

P.O. Box 547, al-Manama, Bahreïn

Fax : +973 17212603

Formule d’appel : Your Excellency, / Monsieur le Ministre,

Ministre de la Justice et des Affaires islamiques :

Shaikh Khaled bin Ali al-Khalifa

Ministry of Justice and Islamic Affairs

P. O. Box 450, Manama, Bahrain
Fax: +973 17536343

Formule d’appel : Your Excellency, / Monsieur le Ministre,

Veuillez également adresser des copies de votre courrier aux représentants diplomatiques de Bahreïn dans votre pays. Vérifiez auprès de votre section s’il faut encore intervenir après la date indiquée ci-dessus. Merci. Ceci est la première mise à jour de l’AU 195/10 (MDE 11/005/2010). Pour plus d’informations : http://www.amnesty.org/fr/library/info/MDE11/005/2010/fr

ACTION URGENTE

BAHREÏN. ENVIRON 250 PERSONNES RISQUENT LA TORTURE

INFORMATIONS GÉNÉRALES

Bahreïn est une monarchie constitutionnelle dont le roi est Cheikh Hamad bin Issa al Khalifa. Le chef du gouvernement est le Premier ministre, Cheikh Khalifa bin Salman al Khalifa. Son cabinet ministériel compte 20 membres, dont 80 % font partie de la famille royale, sunnite.


Bahreïn dispose de deux organes législatifs : une chambre des députés élus par le peuple, et un conseil consultatif dont les membres sont désignés par le roi. Des élections législatives visant à élire les députés ont eu lieu en 2006 ; le groupe d’opposition chiite islamiste Al-Wifaq a remporté 17 sièges sur 40 dans une nouvelle chambre majoritairement composée de groupes chiites et sunnites islamistes. Les élections de 2006 se sont déroulées dans un climat marqué par des violations des droits humains.


Depuis 2006, des émeutes contre le gouvernement ont eu lieu dans des villages dont la population est majoritairement chiite. La police aurait parfois fait usage d’une force excessive au cours de ces émeutes et d’autres troubles.


Les prochaines élections législatives sont prévues pour le 23 octobre 2010.


Action complémentaire sur l’AU 195/10, MDE 11/005/2010 8 octobre 2010

How you can help

AMNESTY INTERNATIONAL WORLDWIDE