Document - Czech Republic: Four convicted of racially-motivated attacks in Vítkov

AMNESTY INTERNATIONAL

DÉCLARATION PUBLIQUE

Index AI :EUR 71/007/2010

ÉFAI

25 octobre 2010


République tchèque.Quatre personnes ont été reconnues coupables d'agressions à caractère raciste à Vítkov


Le procès qui vient d'avoir lieu pour l'incendie criminel dont a été victime une famille rom dans le village de Vítkov constitue une étape importante pour le respect en Tchéquie du droit à réparation des victimes de crimes à caractère haineux.


En avril 2009, des cocktails Molotov avaient été jetés à l'intérieur du domicile d'une famille rom. Le feu avait complètement détruit l'habitation ; le père avait été brûlé sur 11 % du corps et la mère sur 27 %. Brûlée à 80 %, Natálka, leur fillette de deux ans, avait dû être maintenue dans un coma artificiel pendant trois mois. Cinq autres membres de la famille présents au moment de l'attaque avaient pu fuir sans être blessés.


Dans le jugement, tel qu'il a été diffusé par les médias, le tribunal régional d'Ostrava déclare les quatre accusés coupables de tentative de meurtre et de dégradation de biens « commis avec une cruauté exceptionnelle contre les membres d'un groupe ethnique ».


Le tribunal a conclu que le crime avait été préméditéet qu'il visait délibérément une habitation dans laquelle vivait une grande famille rom. Ces personnes voulaient mettre le feu à ce logement et en tuer les habitants en raison de leur origine ethnique. Trois des accusés ont été condamnés à 22 ans d'emprisonnement et le quatrième à 20 ans. Tous les condamnés ont annoncé qu'ils allaient faire appel.


Amnesty International demande aux gouvernements de protéger les personnes contre la discrimination et de fournir aux victimes d'agressions fondées sur la discrimination la possibilité d'intenter des actions en justice. Aux termes de leurs obligations internationales, les autorités doivent prendre des mesures pour mettre au jour les motifs fondés sur la discrimination qui peuvent être à l'origine d'un crime.


Dans l'affaire Natchova et autres c. Bulgarie,la Cour européenne des droits de l'homme a statué que « la violence raciale constitue une atteinte particulière à la dignité humaine et, compte tenu de ses conséquences dangereuses, elle exige une vigilance spéciale et une réaction vigoureuse de la part des autorités ».


Document public

****************************************

Pour obtenir de plus amples informations, veuillez prendre contact avec le Service de presse d'Amnesty International à Londres, au Royaume-Uni ; tél. : +44 20 7413 5566 ; courriel :press@amnesty.org.

Amnesty International, International Secretariat, 1 Easton St., Londres WC1X 0DW, Royaume-Uni

www.amnesty.org


How you can help

AMNESTY INTERNATIONAL WORLDWIDE