Document - Croatia: Fear for safety: Drago Hedl (m)

ACTION URGENTE


DOCUMENT PUBLIC Index AI : EUR 64/006/2008 – ÉFAI

28 novembre 2008


AU 329/08 Craintes pour la sécurité

Croatie Drago Hedl (h), journaliste



Le journaliste Drago Hedl a reçu une série de menaces de mort, dont la dernière date du 27 novembre. Ces menaces semblent liées aux articles d’investigation dans lesquels il a mis en cause un responsable politique croate de haut rang dans le meurtre de Serbes de Croatie à Osijek pendant la guerre qui a duré de 1991 à 1995. La vie de Drago Hedl est en danger.


Le 27 novembre, Drago Hedl a reçu sur son téléphone mobile un SMS qui contenait le message suivant: « Encore toi et tes articles. Toi et ce Fehir [pseudonyme utilisé par l’un des informateurs de Drago Hedl] feriez mieux de faire attention. Ça ne se terminera pas comme ça. On va vous massacrer. Vous serez tous deux réduits en miettes. »


Drago Hedl a signalé cette menace à la police et il est désormais protégé par des policiers vingt-quatre heures sur vingt-quatre. Cependant, il continue de craindre pour sa sécurité, car les manœuvres d’intimidation visant des journalistes sont de plus en plus fréquentes en Croatie et les autorités n’enquêtent pas afin de trouver leurs auteurs et de les déférer à la justice.


Drago Hedl est chroniqueur pour le quotidien croate Jutarnji List. Il a remporté plusieurs récompenses internationales pour son travail d’investigation. Celui-ci consiste principalement à enquêter sur les crimes de guerre commis pendant le conflit qu’a connu la Croatie entre 1991 et 1995, en particulier dans la région d’Osijek, où leur auteur présumé est toujours au pouvoir. Il a déjà été menacé de mort précédemment, au moins quatre fois – la dernière en avril 2008.



INFORMATIONS GÉNÉRALES

Personne n’a encore été déféré à la justice pour les attaques qui ont récemment visé des journalistes en 2008.


En octobre, Ivo Pukanić, propriétaire de l’hebdomadaire croate Nacional, a été tué par un attentat à la voiture piégée dans la capitale, Zagreb. Son assassinat semble lié au travail d’enquête mené par ce journal sur le crime organisé dans l’ex-Yougoslavie.


En juin, Dušan Miljuš, un journaliste de Jutarnji List, a été passé à tabac devant sa maison de Zagreb à la suite de ses articles sur les liens entre des responsables politiques et des activités illégales.


En novembre, une fausse bombe a été placée sous la voiture du journaliste Hrvoje Appelt. Cette manœuvre d’intimidation semble liée à son travail d’enquête sur la contrebande de pétrole, dans laquelle seraient impliquées des mafias d’autres pays d’Europe du Sud-Est.

ACTION RECOMMANDÉE : dans les appels que vous ferez parvenir le plus vite possible aux destinataires mentionnés ci-après (en anglais, en croate ou dans votre propre langue) :

- dites-vous inquiet pour la sécurité de Drago Hedl à la suite des multiples menaces de mort qu’il a reçues, dont la dernière date du 27 novembre ;

- priez instamment les autorités de diligenter sans délai une enquête impartiale et efficace afin que les responsables présumés de ces actes soient déférés à la justice ;

- exhortez-les à continuer de faire bénéficier Drago Hedl d’une protection policière ;

- faites-leur remarquer qu’un certain nombre d’attaques visant des journalistes ont eu lieu en 2008, notamment l’assassinat d’Ivo Pukanić ;

- demandez-leur de vous informer des mesures qu’elles prennent pour empêcher d’autres attaques, de mener des enquêtes impartiales et efficaces dans les meilleurs délais et de veiller à ce que les journalistes puissent exercer leur droit à la liberté d’expression sans crainte de représailles.


APPELS À :

Ministre de l’Intérieur :

Tomislav Karamarko

Ministarstvo unutarnjih poslova Republike Hrvatske

Ulica grada Vukovara 33

10000 Zagreb, Croatie

Fax : +385 1 6122 452

Courriers électroniques : ministar@mup.hr

Formule d’appel : Dear Minister, / Monsieur le Ministre,


Directeur général de la police :

Vladimir Faber

General Police Directorate

Ilica 335

10000 Zagreb, Croatie

Fax : +385 1 3788 545

Courriers électroniques : policija@mup.hr

Formule d’appel : Dear Director, / Monsieur,


Procureur général de la République de Croatie :

Mladen Bajic

Državno odvjetništvo Republike Hrvatske

Gajeva 30a

10000 Zagreb, Croatie

Fax : +385 1 4591854

Courriers électroniques : tajnistvo.dorh@dorh.hr

Formule d’appel : Dear State Attorney, / Monsieur le Procureur général,


COPIES aux représentants diplomatiques de la Croatie dans votre pays.


PRIÈRE D’INTERVENIR IMMÉDIATEMENT. APRÈS LE 9 JANVIER 2009, VÉRIFIEZ AUPRÈS DE VOTRE SECTION S’IL FAUT ENCORE INTERVENIR. MERCI.


How you can help

AMNESTY INTERNATIONAL WORLDWIDE