Document - Tajikistan: Human rights problems 20 years after independence

Tadjikistan. Des problèmes subsistent sur le terrain des droits humains 20 ans après l’indépendance

AMNESTY INTERNATIONAL

ANNONCE À L'ATTENTION DES MÉDIAS

Embargo : 2 septembre 2011 (00 h 01 TU)

EUR 60/009/2011

AILRC-FR


Tadjikistan. Des problèmes subsistent sur le terrain des droits humains 20 ans après l'indépendance


Vingt ans après la déclaration de l'indépendance du Tadjikistan, le 9 septembre 1991, les citoyens de ce pays continuent à être victimes de graves violations des droits humains et le gouvernement n'a toujours pas rendu le droit national pleinement conforme à ses obligations en vertu du droit international relatif aux droits humains.


Dans son discours au Parlement en avril 2011, le président Emomali Rakhmon a souligné la volonté du gouvernement de protéger les droits humains et de respecter l'état de droit et l'ordre.


Amnesty International s'inquiète toutefois des restrictions à la liberté d'expression, de l'utilisation fréquente de la torture et d'autres formes de mauvais traitements par les forces de l'ordre, du degré élevé de violence contre les femmes et du recours à la peine de mort dans le pays.


Par exemple, les journalistes Mahmadiousouf Ismoïlov et Ourounboï Ousmonov passent actuellement en jugement pour avoir exercé leur droit à la liberté d'expression, et plus tôt cette année, un représentant du gouvernement a porté plainte au civil contre l'agence de presse Asia Plus pour un article faisant état de cas de torture présumés.


Abdoumouqit Vohidov, Rouhniddin Charopov et Ilhom Ismonov auraient été tortures en détention.


Dans la soumission intitulée Tajikistan: Torture and other ill-treatment, impunity, violations of freedom of expression, violence against women and retention of the death penalty, présentée en amont de l'Examen périodique universel du Tadjikistan par les Nations unies, qui aura lieu en octobre, Amnesty International adresse une liste de recommandations au gouvernement tadjik dans le but d'améliorer le bilan du pays sur le plan des droits humains.


Pour obtenir plus d'informations sur ce rapport ou organiser un entretien, veuillez prendre contact avec :

Lydia Aroyo – tél : +44 (0) 20 7413 5599, +44 (0) 7771 796 350 ; courriel : laroyo@amnesty.org


FIN

How you can help

AMNESTY INTERNATIONAL WORLDWIDE