Document - Kyrgyzstan: Violence at trial of prisoner of conscience: Azimzhan Askarov: Further Information


Action complémentaire sur l'AU 135/10, EUR 58/014/2010 – Kirghizistan 3 septembre 2010


ACTION URGENTE

VIOLENCE AU PROCÈS D'UN PRISONNIER D'OPINION

Azimjan Askarov, un prisonnier d'opinion, et sept autres personnes jugées à ses côtés au Kirghizistan ainsi que leurs avocats et leurs proches sont en danger. Le 2 septembre, premier jour du procès de ces huit personnes en lien avec l'homicide d'un policer, les avocats et les proches des accusés ont été victimes de manœuvres d'intimidation, menacés et agressés dans le tribunal et à l'extérieur.

Azimjan Askarov et sept autres personnes (six hommes et une femme, tous d'origine ouzbèke) sont jugés pour « incitation à la haine à l'égard d'une ethnie » et « organisation de troubles de masse » à la suite de l'homicide d'un policier à Bazar Korgan, un village du sud du Kirghizistan, lors des violences qui ont éclaté dans toute la région en juin. Leur procès a été déplacé de Bazar Korgan, où Azimjan Askarov était détenu jusque début août, à Massi, une petite ville située à 20 kilomètres. Cette décision n'a, semble-t-il, été prise que le 1er septembre en fin de journée. Les requêtes répétées des avocats d'Azimjan Askarov demandant que le procès se tienne ailleurs que dans le sud du Kirghizistan ont été ignorées par le tribunal. La prochaine audience est prévue pour le 6 septembre.


Les défenseursdes droits humains assistant au procès en tant qu'observateurs ont signalé que les proches des accusés n'avaient pas eu accès à la salle d'audience, prétendument à cause du manque de place. Cependant, les proches du policier tué ainsi que des dizaines de policiers en civil et en uniforme ont été autorisés à entrer. Amnesty International a été informée que des proches de la victime avaient menacé et agressé les avocats de la défense au tribunal : ils leur ont asséné des coups de bâtons et ont lancé un verre dans leur direction. Le verre s'est brisé contre les barreaux du box des accusés et des éclats ont atteint l'un des avocats. Les membres du tribunal, y compris le juge, ne sont intervenus que sporadiquement pour faire cesser ces violences et restaurer l'ordre. Les avocats de la défense n'ont pas eu la possibilité d'interroger les témoins ni de déposer des requêtes. Lorsqu'ils ont exprimé leur crainte de ne pas être en mesure de défendre leurs clients dans ces conditions, le juge aurait menacé de leur retirer leur licence professionnelle. Les proches de la victime ont aussi attaqué des membres des familles des accusés à l'extérieur du tribunal. Les policiers présents sur les lieux ne sont pas intervenus. Les proches des accusés ont demandé aux policiers de mettre fin aux violences mais ceux-ci leur auraient ordonné de partir.


DANS LES APPELS QUE VOUS FEREZ PARVENIR LE PLUS VITE POSSIBLE AUX DESTINATAIRES MENTIONNÉS CI-APRÈS (en russe, en kirghize, en anglais ou dans votre propre langue) :

  • priez instamment les autorités de déplacer immédiatement le procès d'Azimjan Askarov et des sept autres personnes vers une autre région du pays, de préférence à Bichkek, la capitale ;

  • exhortez-les à veiller à ce que le procès soit conforme aux normes internationales d'équité et à ce que des observateurs internationaux indépendants puissent y assister, tout comme les proches de tous les accusés ;

  • appelez-les à prendre toutes les mesures nécessaires pour assurer la sécurité des accusés, de leurs proches et de leurs avocats ;

  • répétez qu'Azimjan Askarov ne devrait pas se trouver en détention ou en instance de procès car il s'agit d'un prisonnier d'opinion et, à ce titre, il doit être libéré immédiatement et sans condition.


ENVOYEZ VOS APPELS AVANT LE 15 OCTOBRE 2010 À :

Ministre de l'Intérieur :

Kubatbek Baibolov

Frunze Street, 469

Bishkek 720040, Kirghizistan

Fax : +996 312 68 20 44

Courriel : pressa@mail.mvd.kg

Formule d'appel : Dear Minister, / Monsieur le Ministre,


Procureur général :

Baitemir Ibraev

72, Orozbekova Street

Bishkek 720040, Kirghizistan

Fax : +996 312 66 54 11

Formule d'appel : Dear General Prosecutor, / Monsieur le Procureur général,


Copies à :

Présidente du Kirghizistan :

Roza Otunbaeva

Dom Pravitelstva

Bishkek 720003 Kirghizistan

Fax : +996 312 62 50 12

Courriel : admin@kyrgyz-el.kg

Veuillez également adresser des copies aux représentants diplomatiques du Kirghizistan dans votre pays. Vérifiez auprès de votre section s'il faut encore intervenir après la date indiquée ci-dessus. Merci. Ceci est la quatrième mise à jour de l'AU 135/10 (EUR 58/003/2010). Pour en savoir plus : http://www.amnesty.org/fr/library/info/EUR58/003/2010/frhttp://www.amnesty.org/fr/library/info/EUR58/005/2010/fr, http://www.amnesty.org/fr/library/info/EUR58/011/2010/fr et http://www.amnesty.org/fr/library/info/EUR58/013/2010/fr

ACTION URGENTE

VIOLENCE AU PROCÈS D'UN PRISONNIER D'OPINION


INFORMATIONS GÉNÉRALES

L'un des avocats d'Azimjan Askarov, Nourbek Toktakounov, qui avait été harcelé et agressé parce qu'il s'occupait de l'affaire, n'a pas pu assister à l'audience du 2 septembre car il a été informé tardivement du nouveau lieu du procès. Des défenseurs des droits humains ont indiqué qu'Azimjan Askarov était représenté par un avocat de Massi.


Amnesty International pense qu'Azimjan Askarov a été visé en raison de ses activités légitimes de défenseur des droits fondamentaux. Cet homme est le directeur de l'organisation de défense des droits humains Vozdukh (Air) et il recueille depuis plusieurs années des informations concernant des mauvais traitements de détenus commis par la police dans le village de Bazar Korgan et dans d'autres parties de la région de Djalal-Abad. En juin 2010, lors de la période de violences dans le sud du Kirghizistan, Azimjan Askarov a filmé et photographié des homicides et des incendies volontaires visant principalement des foyers ouzbeks et d'autres bâtiments de Bazar Korgan. Ces faits seraient imputables à des groupes d'hommes armés qui se disent kirghizes et dont certains portaient des uniformes militaires.


Azimjan Askarov a été arrêté le 15 juin 2010 à Bazar Korgan. Il était soupçonné d'avoir « organisé des troubles de masse » et « incité à la haine à l'égard d'une ethnie », en lien avec la mort d'un policier en juin, au cours des violences. Le 13 août, il a été inculpé de « tentative de participation à une prise d'otages », « stockage de munitions », « stockage de littérature extrémiste », « incitation à la haine à l'égard d'une ethnie », « participation à des émeutes de grande ampleur », « complicité de meurtre avec préméditation » et « complicité d'homicide sur la personne d'un agent des forces de l'ordre ». Selon certains défenseurs des droits humains locaux, Azimjan Askarov aurait été longuement battu dans les locaux du poste de police de Bazar Korgan. Ces passages à tabac avaient pour but de le forcer à remettre la vidéo qu'il avait réalisée et à « avouer » le meurtre du policier.


Action complémentaire sur l'AU 135/10, EUR 58/014/2010, 3 septembre 2010

How you can help

AMNESTY INTERNATIONAL WORLDWIDE