Document - Azerbaijan: Four youth activists face prison sentences

Azerbaïdjan. Quatre jeunes militants passibles de peines d'emprisonnement

AU 68/13, EUR 55/004/2013, Azerbaïdjan 20 mars 2013

ACTION URGENTE

QUATRE JEUNES MILITANTS PASSIBLES DE PEINES D’EMPRISONNEMENT

Quatre membres du mouvement de jeunes NIDA ont été arrêtés les 8 et 15 mars à Bakou, en Azerbaïdjan. Ils ont tous les quatre participé à l’organisation d’une manifestation pacifique, violemment dispersée par les autorités le 10 mars, et risquent de se voir infliger de lourdes peines d’emprisonnement.

Mahammad Azizov, Bakhtiyar Guliyev et Shahin Novruzlu ont été arrêtés le 8 mars dans le cadre d’une opération de police. Rashad Hasanov a été interpellé le 15 mars. D’après les informations reçues, les quatre jeunes militants ont été arrêtés parce qu’ils ont participé à l’organisation d’une manifestation pacifique, violemment dispersée par les autorités le 10 mars.

Turgut Gambar, responsable du NIDA – mouvement de jeunes qui militent en faveur de la démocratie sans recourir à la violence –, a affirmé que les quatre militants n’avaient pas été autorisés à être représentés par un avocat de leur choix lorsqu’ils ont été interrogés par la police. Leur interrogatoire se serait déroulé en présente d’avocats commis d’office. Peu de temps après, la télévision nationale azerbaïdjanaise a diffusé des images de Mahammad Azizov, Bakhtiyar Guliyev et Shahin Novruzlu en train de lire des aveux préalablement rédigés, ce qui laissait craindre qu’ils n’aient été torturés ou n’aient subi d’autres mauvais traitements.

La police soutient avoir trouvé des stupéfiants et des engins incendiaires au domicile des militants. Un tribunal de Bakou a ordonné leur placement en détention provisoire pendant trois mois pour détention illégale d’armes à feu. S’ils sont déclarés coupables, les militants risquent d’être condamnés à de lourdes peines d’emprisonnement. Les proches des quatre jeunes affirment que les stupéfiants et les engins incendiaires ont été placés par des policiers en civil qui ont perquisitionné à leur domicile pour servir à les incriminer. Lorsqu’elle s’est présentée chez Bakhtiyar Guliyev le 8 mars, la police n’a pas produit de papiers d’identité ni d’autorisation de perquisition. Une première fouille de la chambre de Mahammad Azizov n’ayant rien donné, la police en a effectué une seconde et a déclaré avoir trouvé un rouleau contenant des stupéfiants. Alors qu’elle poursuivait ses recherches, elle a soutenu avoir trouvé une boîte contenant plusieurs bouteilles d’essence dans la cour de la maison. La famille de Mahammad Azizov a indiqué que cette boîte ne se trouvait pas dans la cour avant l’arrivée des policiers.

DANS LES APPELS QUE VOUS FEREZ PARVENIR LE PLUS VITE POSSIBLE AUX DESTINATAIRES MENTIONNÉS CI-APRÈS, en turc azéri, en russe, en anglais ou dans votre propre langue :

faites remarquer qu’Amnesty International considère Mahammad Azizov, Bakhtiyar Guliyev, Shahin Novruzlu et Rashad Hasanov comme des prisonniers d’opinion, détenus uniquement pour avoir exercé de manière pacifique leur droit à la liberté d’expression et de réunion, et qu’elle demande leur libération immédiate et sans condition ;

engagez les autorités à veiller à ce que les quatre hommes (citez leur nom) ne soient pas torturés ni soumis à d’autres mauvais traitements, qu’ils reçoivent les soins médicaux dont ils pourraient avoir besoin, qu’ils soient représentés par un avocat de leur choix et qu’ils aient des contacts avec leur famille ;

demandez-leur de mener sans délai une enquête effective et indépendante sur les allégations de torture et d’autres mauvais traitements, concernant en particulier Mahammad Azizov, Bakhtiyar Guliyev et Shahin Novruzlu ;

insistez pour qu’elles respectent les droits à la liberté d’expression et de réunion et qu’elles fassent en sorte que nul n’encourt de sanctions pénales pour avoir exercé légitimement ses droits.

ENVOYEZ VOS APPELS AVANT LE 1er MAI 2013 AU :

Procureur général

Zakir Qaralov

Prosecutor General of the Republic of Azerbaijan

7 Rafibeyli Street

Baku 370001, AZERBAÏDJAN

Fax : +994 12 492 32 30 (merci de vous montrer persévérant)

Formule d’appel : Dear Prosecutor General, / Monsieur le Procureur général,

Président de la République

Ilham Aliyev

Office of the President of the Republic of

Azerbaijan

18 Istiqlaliyyat Street

Baku AZ1066, AZERBAÏDJAN

Fax : +994 12 492 0625 (merci de vous montrer persévérant)

Courriel : office@pa.gov.az

Formule d’appel : Dear President Aliyev, / Monsieur le Président,

Veuillez également adresser des copies aux représentants diplomatiques d’Azerbaïdjan dans votre pays (adresse(s) à compléter) :

nom(s), adresse(s), n° de fax ; courriel ; formule d’appel.

Vérifiez auprès de votre section s’il faut encore intervenir après la date indiquée ci-dessus. Merci.

ACTION URGENTE

QUATRE JEUNES MILITANTS PASSIBLES DE PEINES D’EMPRISONNEMENT

COMPLÉMENT D’INFORMATION

Amnesty International est préoccupée de longue date par le fait que les autorités azerbaïdjanaises ne protègent pas le droit à la liberté de réunion et à la liberté d’expression, bafouant ainsi leurs obligations au regard du droit international. Les personnes qui, dans le pays, expriment des opinions dissidentes sont fréquemment la cible d’accusations forgées de toutes pièces, d’agressions, de harcèlement ou de chantage. L’organisation a recueilli de nombreux éléments sur ce type de violations (voir, à titre de référence, le chapitre sur l’Azerbaïdjan du Rapport annuel 2012, http://www.amnesty.org/fr/region/azerbaijan/report-2012).

Selon des groupes azerbaïdjanais de défense des droits humains, la manifestation organisée le 10 mars à Bakou a rassemblé un millier de personnes, dont 90 environ ont été arrêtées. Les participants demandaient que cessent les décès hors du combat dans l’armée nationale, plusieurs jeunes conscrits étant semble-t-il morts après avoir subi un « bizutage », cérémonie d’initiation agressive et souvent violente. La police a utilisé des balles en caoutchouc, des canons à eau et des matraques pour disperser la manifestation pourtant pacifique. Plusieurs personnes ont été blessées après avoir été frappées lors de leur interpellation ou en détention. L’une d’entre elles a eu la mâchoire disloquée après avoir reçu un coup de casque de police au visage.

Le gouvernement azerbaïdjanais a régulièrement recours à des poursuites pénales pour détention d’armes ou de stupéfiants afin de réduire au silence les contestataires dans le pays, et ne tolère surtout pas les critiques à l’égard de la famille du président.

Mahammad Azizov et Bakhtiyar Guliyev sont également les auteurs de la page Facebook rendant un hommage feint à l’ancien président Heydar Aliyev aujourd’hui décédé, père du président en exercice Ilham Aliyev. Des messages et dessins satiriques du président et de sa famille étaient régulièrement publiés sur cette page.

Nom : Mahammad Azizov, Bakhtiyar Guliyev, Shahin Novruzlu et Rashad Hasanov

Genre : hommes

AU 68/13, EUR 55/004/2013, 20 mars 2013

image1.png

How you can help

AMNESTY INTERNATIONAL WORLDWIDE