Document - Romania: Roma housing in spotlight as NGOs meet new government in Romania

Roumanie. La question des Roms réactualisée lors d'une réunion entre les ONG et le nouveau gouvernement roumain

image1.png image2.png

image3.jpg

DÉCLARATION PUBLIQUE

Index AI : EUR 39/002/2013

AILRC-FR

15 février 2013

La question des Roms réactualisée lors d'une réunion entre les ONG et le nouveau gouvernement roumain

Cette semaine, le ministre du Développement régional en Roumanie a reconnu que la situation des Roms vivant à proximité des décharges publiques dans Pata Rat était « inacceptable », lors d'une réunion avec des organisations non gouvernementales (ONG).

Liviu Dragnea, ledit ministre (récemment nommé), a rencontré des délégués d'Amnesty International (AI), du Centre européen pour les droits des Roms (ERRC) et de Fundatia Desire (membre fondateur du Groupe de travail des organisations de la société civile, GLOC) le mercredi 13 février. Pour lui, cette réunion indique que le ministère souhaite résoudre le problème de l'accès des communautés roms au logement.

Quelque 1500 Roms vivent dans de mauvaises conditions dans Pata Rat, une zone isolée située à la périphérie de Cluj-Napoca. Certains Roms vivant dans cette zone ont été expulsés de leurs foyers il y a deux ans, ce qui a eu un impact négatif sur leur santé, leur éducation et leur emploi. Pata Rat est un exemple d'une plus large politique d'expulsions forcées et de logements inadéquats pour les Roms en Roumanie.

Les organisations ont signalé que cette situation bafouait la législation nationale de la Roumanie, ainsi que les législations et les politiques de l'Union européenne. Cette situation constitue également une violation du droit à un logement convenable applicable en Roumanie. Le ministre s'est engagé à créer des partenariats sur des aspects techniques, financiers et conceptuels avec les autorités locales pour régler ces problèmes. Le ministère a également indiqué qu'il était ouvert à la coopération avec les ONG, ce qui est une avancée positive. Amnesty International, le Centre européen pour les droits des Roms et le GLOC se félicitent des engagements du ministère. Les ONG demandent au nouveau gouvernement de régler le problème des expulsions forcées et de l'accès à un logement convenable en renforçant le cadre juridique du logement, en vue de s'assurer que les normes internationales des droits humains soient reflétées dans la législation sur le logement et soient également appliquées. Les ONG ont rencontré un certain nombre d'instances en Roumanie cette semaine, afin d'améliorer la situation des Roms dans le pays. Ces organisations ont préparé un rapport exhaustif sur le logement des Roms en Roumanie, qui est disponible ici.

Fin/

How you can help

AMNESTY INTERNATIONAL WORLDWIDE