Document - Italy: Homophobic attacks on the rise in Italy

AMNESTY INTERNATIONAL

DÉCLARATION PUBLIQUE

Index AI :EUR 30/010/2009

ÉFAI

3 septembre 2009


Recrudescence des agressions homophobes en Italie


Alors quetrois graves agressions homophobes ont été commises à Rome ces dix derniers jours, Amnesty International est préoccupée par la multiplication des événements tendant à révéler une montée de l'intolérance à l'égard des lesbiennes, des gays et des personnes bisexuelles et transgenres (LGBT) en Italie. L'organisation demande que des investigations efficaces soient menées et que des mesures de prévention soient adoptées.


Le 22 août 2009, selon les informations recueillies, un couple homosexuel qui s'embrassait en public à la sortie d'une boîte de nuit à Rome a été agressé par un militant d'extrême-droite surnommé Svastichella (« petite croix gammée »). L'une des victimes aurait été frappée à coups de couteau et n'a survécu que grâce à une opération. L'agresseur présumé a été libéré sous caution dans un premier temps, puis a de nouveau été placé en garde à vue, dans l'attente de son procès.


Le 29 août 2009, une autre boîte de nuit de la capitale italienne, réputée pour ses soirées gays hebdomadaires, a été la cible d'une tentative d'incendie criminel : une fenêtre a été brisée et un liquide inflammable allumé. Personne n'a été blessé, le bâtiment étant alors fermé pour rénovation, et le feu a rapidement été maîtrisé par les pompiers.


Le 2 septembre 2009, toujours à Rome, deux skinheads ont lancé deux gros engins explosifs au milieu d'une foule de passants dans la rue San Giovanni in Laterano, un des hauts lieux de la vie sociale des LGBT. Fort heureusement, l'agression n'a fait qu'un blessé léger. Les deux assaillants ont réussi à prendre la fuite et la police a ouvert une enquête.


Plusieurs autres agressions homophobes ont été signalées ces dernières semaines à Rome et dans d'autres villes italiennes.Il n'existe pas de statistiques officielles sur les crimes inspirés par la haine des lesbiennes, gays et personnes bisexuelles et transgenres. Toutefois, Arcigay, la principale organisation italienne de défense des droits des homosexuels, qui collecte des informations sur les actes homophobes, a recensé autant de signalements de cas au cours des huit premiers mois de l'année 2009 que sur l'ensemble de l'année 2008.


Compte tenu de la situation, Amnesty International exhorte les autorités italiennes à faire le nécessaire pour que des enquêtes efficaces soient menées sur les crimes qui visent des personnes en raison de leur orientation sexuelle ou de leur identité de genre et pour que toute personne raisonnablement soupçonnée de tels agissements soit traduite en justice. Les autorités italiennes devraient également accorder davantage d'importance à la lutte contre les attitudes homophobes et aux mesures destinées à assurer la sécurité des LGBT.



/FIN


How you can help

AMNESTY INTERNATIONAL WORLDWIDE