Document - Pakistan: Another Ahmadi deliberately killed by Islamists

AMNESTY INTERNATIONAL

BULLETIN D'INFORMATIONS 75/95

Index AI: NWS 11/75/95


PAKISTAN

Nouvel assassinat d'un ahmadi par des islamistes

Index AI : ASA 33/10/95


Une foule violente a attaqué deux membres de la communauté ahmadiyya à Shab Qadar, incitant une fois de plus Amnesty International à demander au gouvernement pakistanais de condamner de telles attaques et de prendre de toute urgence des mesures de prévention.

Le 9 avril 1995, Rashid Ahmad et son gendre, Riaz Khan, ont été agressés alors qu'ils se rendaient à une audience au tribunal de Shab Qadar, dans la province de la Frontière du Nord-Ouest. Riaz Khan a été lapidé à mort, et son corps nu a été traîné au bout d'une corde dans toute la ville. Gravement blessé, Rashid Ahmad a été transporté à l'hôpital à Peshawar. Un troisième ahmadi, l'avocat Bashir Ahmad, a pu s'enfuir sain et sauf.

Les trois hommes - membres haut placés de la communauté ahmadiyya à Peshawar - étaient venus de la capitale de la province pour aider un ahmadi, Daulat Khan, victime de harcèlement depuis son adhésion à la secte quelques mois auparavant. Le clergé musulman local aurait demandé la mise à mort du converti.

Daulat Khan a été arrêté le 5 avril. La police a déclaré à des membres de la communauté ahmadiyya qu'il avait été arrêté « pour sa propre sécurité ». Plus tard, il a fait l'objet d'une procédure intentée par la police en vertu des articles 107 (complicité) et 151 (troubles à l'ordre public par le fait de participer à une réunion illicite) du Code pénal pakistanais.

Les trois hommes qui ont été attaqués s'étaient rendus à Shab Qadar pour déposer une demande de mise en liberté sous caution au nom de Daulat Khan. C'est au moment où ils pénétraient dans les locaux du tribunal qu'une foule déchaînée les a attaqués à coups de bâton et en leur lançant des pierres. À la connaissance d'Amnesty International person-ne n'a été inculpé d'homicide et Daulat Khan est toujours en garde à vue.

Au cours de l'année dernière, pas moins de sept ahmadis ont été attaqués et tués impunément par des extrémistes religieux. Bien que la plupart de ces homicides arbitraires et délibérés aient eu lieu en plein jour et devant de nombreux témoins, dans aucun des cas portés à la connaissance de l'Organisation les responsables des homicides n'ont été arrêtés ni inculpés.

Amnesty International considère que le fait de ne pas poursuivre en justice ceux qui se rendent coupables d'attaques contre des membres de minorités religieuses semble indiquer que les autorités approuvent les auteurs de ces attaques ou sont de connivence avec eux.

« Nous exhortons de nouveau le gouvernement pakistanais à condamner publiquement et sans équivoque de telles attaques et à prendre toutes les mesures possibles pour protéger la vie et la sécurité des membres des minorités religieuses du Pakistan qui semblent être en danger », a déclaré Amnesty International l



La version originale a été publiée par Amnesty International, Secretariat international, 1 Easton Street, Londres WC1X 8DJ, Royaume-Uni. Seule la version anglaise fait foi. La version française a été traduite et diffusée par les Éditions francophones d'Amnesty International - ÉFAI -


--

How you can help

AMNESTY INTERNATIONAL WORLDWIDE