Document - Pakistan: Further information: Abducted students found in detention

Pakistan. Des étudiants enlevés retrouvés en détention

Informations complémentaires sur l'AU 162/11, ASA 33/007/2011 - Pakistan 2 août 2011 ACTION URGENTE PAKISTAN. DES ÉTUDIANTS ENLEVÉS RETROUVÉS EN DÉTENTION Deux frères pakistanais, Ibrahim et Abdullah Mohamed El Sharkawi ont été retrouvés en détention, après avoir été supposément enlevés au Pakistan par les services pakistanais du renseignement, les 25 et 29 mai respectivement. Le premier a été libéré sous caution le 27 juin ; le second a été localisé le 23 juillet. Ibrahim Mohamed El Sharkawi, 17 ans, a été transféré le 3 juin vers la prison d'Adyala, à Rawalpindi, avant d'être libéré sous caution le 27 juin. Il a informé sa famille qu'après son enlèvement, il a été détenu secrètement par le Service fédéral du renseignement (FIA) pendant quelques jours ; il a ensuite été emmené dans un lieu inconnu pendant encore quelques jours, où il a été battu, suspendu par les poignets et privé de sommeil. Après environ six jours de détention secrète, il a été transféré vers la prison d'Adyala où il a été détenu avec plus de 50 prisonniers mineurs ; la cellule était tellement surpeuplée qu'il devait dormir presque debout. Il n'était pas autorisé à sortir pour faire des activités d'extérieur. Abdullah Mohamed El Sharkawi a appelé sa famille le 23 juillet pour lui dire qu'il avait été transféré vers la prison d'Adyala. Selon ses proches, il avait été détenu secrètement par les services du renseignement depuis son enlèvement le 25 mai, suspendu par les poignets et battu. Celui-ci leur a affirmé que deux ou trois jours avant son transfert, on l'a mis dans un minibus à Rawalpindi pour l'emmener à Attock, la ville où il habite, mais quelques minutes plus tard, la police est arrivée et l'a arrêté car il n'avait pas ses papiers. Les charges retenues contre Ibrahim et Abdullah Mohamed El Sharkawi sont maintenues. Le FIA a utilisé l'article 14 de la Loi relative aux étrangers pour accuser Ibrahim Mohamed El Sharkawi et ses trois frères de résider illégalement au Pakistan. Ces charges semblent infondées car les quatre frères sont considérés par la loi comme des citoyens pakistanais, bien que leur père soit Pakistanais d'origine égyptienne, ce qu'a confirmé la Haute cour de Peshawar en janvier 2010. L'avocat d'Ibrahim et d'Abdullah Mohamed El Sharkawi a contesté les accusations pesant sur ses clients devant un tribunal. Après qu'Abdullah Mohamed El Sharkawi a été victime de disparition forcée, sa famille a saisi la Commission d'enquête sur les disparitions forcées, organe créé par les autorités pour enquêter sur de telles affaires. Depuis qu'il a été localisé, la Commission considère que cette affaire est close et qu'il revient aux tribunaux d'enquêter sur cette disparition forcée et de trouver les responsables. Aucune action complémentaire n'est requise de la part du réseau Actions urgentes. Amnesty International continuera de suivre l'évolution de la situation des deux frères et interviendra de nouveau si nécessaire. Ceci est la seconde mise à jour de l'AU 162/11. Pour en savoir plus : http://www.amnesty.org/fr/library/info/ASA33/002/2011/fr. Informations complémentaires sur l'AU 162/11, ASA 33/007/2011, 2 août 2011

How you can help

AMNESTY INTERNATIONAL WORLDWIDE