Document - Maldives: Further information Fear for Safety/ Fear of Torture or ill-treatment

ACTION URGENTE

DOCUMENT PUBLIC ÉFAI – 020474 – ASA 29/004/02
Informations complémentaires sur l'AU 41/02 (ASA 29/002/02 du 11 février 2002) et suivante (ASA 29/003/02 du 5 juin 2002)

Avertissement : Amnesty International défend des individus sans prendre position ni sur leurs idées
ni sur les organisations auxquelles ils pourraient adhérer.


CRAINTES POUR LA SÉCURITÉ /
CRAINTES DE TORTURE OU DE MAUVAIS TRAITEMENTS


MALDIVES

Mohamed Zaki (h), homme d’affaires
Ibrahim Luthfee (h), homme d’affaires
Ahmad Didi (h), également connu sous le nom d'Ahammadhee
Fatimath Nisreen (f)
Naushad Waheed (h), artiste caricaturiste

________________________________________________________________________________________________________

Londres, le 19 juillet 2002


Amnesty International a appris que Mohamed Zaki, Ibrahim Luthfee et Ahmad Didi, également connu sous le nom d'Ahammadhee, avaient été déférés devant le tribunal de Jinnaee, à Malé, le 7 juillet, et condamnés à la détention à perpétuité.


Ils étaient notamment accusés d'avoir « tenté de renverser le gouvernement en appelant la population à se manifester et à lutter », et d'avoir « semé la haine dans les esprits à l'égard du gouvernement en créant un bulletin dénommé Sandhaanu ». Fatimath Nisreen, la secrétaire personnelle d'Ibrahim Luthfee, a été condamnée à une peine de dix ans d'emprisonnement après avoir été reconnue coupable de charges similaires.


D'après les informations recueillies, ces quatre personnes avaient comparu en justice à deux reprises précédemment, le 29 mai et le 26 juin, mais n'avaient été autorisées à aucun moment à bénéficier de l'assistance d'un avocat. Depuis le 27 juin, elles sont apparemment détenues sur une île prison dénommée Mafushi, à une trentaine de kilomètres de Malé.


Alors qu'on pensait que Naushad Waheed avait été relâché, il semble que cet homme soit toujours assigné à résidence à Malé, dans l'attente de l'ouverture de son procès. On ignore quelles sont les charges retenues contre lui.


Amnesty International va recourir à d'autres techniques de campagne en faveur de ces personnes jugées au mépris des normes internationales d'équité et privées de leur liberté, qui pourraient être des prisonniers d'opinion.



Aucune action complémentaire n'est requise de la part des membres du Réseau d'Actions urgentes pour le moment. Merci beaucoup à tous ceux qui ont envoyé des appels.


La version originale a été publiée par Amnesty International,
Secrétariat international, 1 Easton Street, Londres WC1X 0DW, Royaume-Uni.
La version française a été traduite et diffusée par Les Éditions Francophones d'Amnesty International - ÉFAI -
Vous trouverez les documents en français sur LotusNotes, rubrique ÉFAI - IS documents
Vous pouvez également consulter le site Internet des ÉFAI :
www.efai.org

How you can help

AMNESTY INTERNATIONAL WORLDWIDE