Document - Maldives: Medical Concern/ Prisoners of Conscience

ACTION URGENTE

DOCUMENT PUBLIC ASA 29/002/2004 – ÉFAI
AU 54/04

Avertissement : Amnesty International défend des individus sans prendre position ni sur leurs idées
ni sur les organisations auxquelles ils pourraient adhérer.

PRÉOCCUPATIONS POUR LA SANTÉ / PRISONNIERS D’OPINION


MALDIVES 

Ahmed Ibrahim Didi (h)
Mohamed Zaki (h)

________________________________________________________________________________________________________

Londres, le 11 février 2004


Amnesty International est vivement préoccupée par la santé d’Ahmed Ibrahim Didi et de Mohamed Zaki, deux prisonniers d’opinion. Selon les informations reçues, leur état de santé se dégrade et ils ont besoin de soins médicaux d’urgence dans un établissement doté d’équipements adaptés.


Le 10 février, Ahmed Ibrahim Didi aurait été hospitalisé en cardiologie, en raison de problèmes cardiaques non spécifiés. Un comité de médecins nommés par les autorités aurait recommandé son transfert dans un hôpital à l’étranger afin qu’il y soit soumis à des examens plus approfondis et qu’il y suive un traitement, car les établissements des Maldives ne sont pas suffisamment équipés pour son cas. Les autorités n’ont cependant pas permis ce transfert.


Mohamed Zaki souffrirait quant à lui de troubles de la vessie qui se sont aggravés au cours des dernières semaines. À la suite d’une dégradation soudaine de son état de santé, les autorités lui ont permis, il y a environ une semaine, d’être transféré à ses frais de la prison de l’île de Mafushi à l’hôpital de la capitale, Malé. L’état de Mohamed Zaki ne s’est pas amélioré et il a besoin d’urgence de soins spécifiques qui ne peuvent pas être dispensés à l’hôpital de Malé, faute d’équipements adéquats.


Accusés d’avoir participé à la production de Sandhaanu, un magazine clandestin diffusé sur Internet par messagerie électronique, Mohamed Zaki et Ahmed Ibrahim Didi sont privés de liberté depuis la fin du mois de janvier 2002. Sandhaanu comportait des articles critiques à l’égard du gouvernement et était distribué à un grand nombre de maldiviens. Les deux hommes ont été condamnés à la détention à perpétuité en juillet 2002 à l’issue d’un procès d’une flagrante iniquité. Il est arrivé, en outre, que leurs conditions de détention s’apparentent à un traitement cruel, inhumain et dégradant.


En 2003, les peines de Mohamed Zaki et Ahmed Ibrahim Didi ont été réduites à quinze ans d’emprisonnement. À la suite de l’évasion, en mai 2003, d’un autre prisonnier d’opinion, les deux hommes ont été transférés de la prison de Mafushi au centre de détention de Dhoonidhoo, à Malé, pour y être interrogés. Ils y sont restés environ six mois, au cours desquels ils ont été détenus à l’isolement cellulaire, interrogés de manière fréquente et soumis à des mauvais traitements. Pendant cette période, Mohamed Zaki et Ahmed Ibrahim Didi ont fait part de leurs problèmes de santé aux autorités, mais celles-ci n’y auraient pas prêté attention. Il est à craindre que leur état de santé ne se dégrade davantage si les pouvoirs publics ne prennent pas immédiatement des mesures pour qu’ils bénéficient de soins médicaux adaptés.


ACTION RECOMMANDÉE : dans les appels que vous ferez parvenir le plus vite possible aux destinataires mentionnés
ci-après (en anglais ou dans votre propre langue) :

– dites-vous gravement préoccupé par les informations selon lesquelles l’état de santé d’Ahmed Ibrahim Didi et de Mohamed Zaki se dégrade et par le fait que ces deux hommes ne bénéficient pas de soins médicaux adaptés ;


– exhortez les autorités à prendre immédiatement des mesures pour qu’Ahmed Ibrahim Didi et Mohamed Zaki reçoivent les soins dont ils ont besoin dans un établissement équipé du matériel nécessaire et disposant d’un personnel suffisamment qualifié, compte tenu, notamment, des recommandations faites par un comité de médecins nommés par les pouvoirs publics au sujet d’Ahmed Ibrahim Didi ;


– appelez-les à diligenter une enquête indépendante, impartiale et approfondie sur les informations selon lesquelles les autorités n’ont pas tenu compte des plaintes de ces deux hommes quant à leurs problèmes de santé jusqu’à ce que leur état commence à se dégrader, il y a quelques semaines, et demandez instamment que les responsables présumés de ces négligences soient déférés à la justice ;


– rappelez-leur qu’Ahmed Ibrahim Didi et Mohamed Zaki sont emprisonnés pour des raisons d’opinion et qu’ils doivent donc être libérés immédiatement et sans condition.

APPELS À :

Président de la République :

President Maumoon Abdul Gayoom

The President's Palace

Maafannu Theemuge

Malé 2002

République des Maldives

Télégrammes : President Gayoom, Malé, Maldives

Fax : +960 32 55 00

Formule d'appel : Dear President Gayoom, / Monsieur le Président de la République,


COPIES aux représentants diplomatiques des Maldives dans votre pays.


PRIÈRE D'INTERVENIR IMMÉDIATEMENT
APRÈS LE 23 MARS 2004, VÉRIFIEZ AUPRÈS DE VOTRE SECTION S'IL FAUT ENCORE INTERVENIR. MERCI.

La version originale a été publiée par Amnesty International,
Secrétariat international, 1 Easton Street, Londres WC1X 0DW, Royaume-Uni.
La version française a été traduite et diffusée par Les Éditions Francophones d'Amnesty International - ÉFAI -
Vous pouvez consulter le site Internet des ÉFAI à l'adresse suivante :
http://www.efai.org

How you can help

AMNESTY INTERNATIONAL WORLDWIDE