Amnesty International

BULLETIN D'INFORMATION 045/2006





MALDIVES

La libération d’un artiste et d’un cyberdissident met en lumière les failles du système judiciaire

Index AI : ASA 29/001/2006

ÉFAI

Mercredi 22 février 2006


FLASH


Amnesty International se réjouit de la libération ce mercredi 22 février 2006 des prisonniers d’opinion Ahmad Ibrahim Didi et Naushad Waheed. L’organisation exhorte cependant le gouvernement à prendre les mesures qui s’imposent afin de réformer le système de justice pénale, dans le but d’empêcher les arrestations à caractère politique à l’avenir.

« Ahmad Ibrahim Didi et Naushad Waheed ont fait l’objet de procès, contraires aux règles d’équité les plus élémentaires, au seul motif qu’ils avaient exprimé leur opinion, de façon pourtant pacifique, a déclaré Abbas Faiz, responsable des recherches sur l’Asie du Sud à Amnesty International. Leur libération est une bonne nouvelle, mais elle survient beaucoup trop tard. Nous demandons instamment au gouvernement de remettre en liberté tous les autres prisonniers d'opinion incarcérés aux Maldives. 

« Ce cas met en lumière l’urgence qu’il y a à réformer le système de justice pénale afin d’en finir avec les arrestations arbitraires et les procès inéquitables, fréquents aux Maldives », a ajouté Abbas Faiz.

Ahmad Ibrahim Didi avait été condamné à la réclusion à perpétuité en 2002 pour avoir participé à la production de Sandhaanu, magazine en ligne diffusé par courrier électronique. Sandhaanu contenait des articles critiques à l’égard du gouvernement et circulait largement au sein de la société maldivienne. Naushad Waheed, artiste et caricaturiste, avait été arrêté en 2002 après avoir contacté Amnesty International et pris part à des débats réprouvant l’action du gouvernement.

Parmi les autres personnes détenues aux Maldives pour avoir exprimé pacifiquement leur opposition à la politique du gouvernement, figurent Mohamed Nasheed, membre d’un parti d’opposition, et Jennifer Latheef, prisonnière d'opinion condamnée au terme d’un procès inique en octobre 2005 pour avoir participé à des manifestations à Malé, la capitale. 


Pour obtenir de plus amples informations, veuillez contacter le Service de presse d’Amnesty International à Londres, au +44 20 7413 5566, ou consulter le site http://www.amnesty.org



La version originale a été publiée par Amnesty International,
Secrétariat international, 1 Easton Street, Londres WC1X 0DW, Royaume-Uni.
La version française a été traduite et diffusée par Les Éditions Francophones d'Amnesty International – Éfai –
Vous pouvez consulter le site Internet des ÉFAI à l’adresse suivante :
http://www.efai.org