Document - India: Human rights defender at risk of torture: Aparna Marandi

Inde. Une défenseure des droits humains risque la torture

AU 359/12, ASA 20/043/2012 - Inde 17 décembre 2012 17 décembre 2012

ACTION URGENTE

INDE. UNE DÉFENSEURE DES DROITS HUMAINS RISQUE LA TORTURE

Aparna Marandi, défenseure des droits humains de longue date qui a plusieurs fois été visée par le gouvernement en raison de ses activités, a été arrêtée le 8 décembre dernier. Elle est actuellement détenue dans l’État de Jharkhand, en Inde, et risque à tout moment d’être victime de torture ou d’autres mauvais traitements.

Aparna Marandi a été approchée le 8 décembre 2012 alors qu’elle se trouvait avec son fils Alok Marandi, âgé de quatre ans, et trois autres personnes à bord d’un train entre l’État de Jharkhand et Hyderabad. Depuis près de quatre ans, cette femme se bat pour la libération de son mari, lui aussi militant. Elle a été interpellée pour son implication supposée dans deux manifestations, l’une organisée il y a six ans, l’autre le 30 novembre dernier. Les cinq personnes ont été amenées au poste de police pour femmes de Ranchi, où elles sont restées jusqu’au 10 décembre. Elles n’ont pas été déférées devant un magistrat sous 24 heures, ce qui est contraire au droit indien, et elles auraient subi des mauvais traitements en détention.

Les trois femmes qui accompagnaient Aparna Marandi, dont une âgée de 16 ans, ont été libérées le 10 décembre après avoir dû signer des déclarations indiquant qu’elles avaient été appréhendées le 9 décembre, et non le 8.

Aparna Marandi et son fils auraient été amenés devant un magistrat de Ranchi le 10 décembre avant d’être renvoyés au poste de police puis conduits à la prison de Dumka. On craint que cette femme soit en détention au secret. Ses amis et ses collègues militants ont essayé plusieurs fois de joindre le poste de police de Dumka pour savoir où elle se trouvait et dans quel état elle était, mais à la date du 14 décembre, la police refusait toujours de divulguer toute information à ce sujet. Une demande a été formulée concernant les charges retenues contre Aparna Marandi, mais les autorités n’y ont toujours pas fait écho.

DANS LES APPELS QUE VOUS FEREZ PARVENIR LE PLUS VITE POSSIBLE AUX DESTINATAIRES MENTIONNÉS CI-APRÈS, en anglais, en hindi ou dans votre propre langue :

exhortez les autorités à autoriser Aparna Marandi à contacter immédiatement l’avocat de son choix ;

appelez-les à la protéger, ainsi que son fils, de tout acte de torture et de tout mauvais traitement ;

priez-les de diligenter une enquête indépendante et impartiale sur le comportement des policiers et sur les mauvais traitements qui auraient été infligés à Aparna Marandi et à ses compagnes de voyage quand elles étaient en détention au poste de police pour femmes de Ranchi, du 8 au 10 décembre, et d’amener les responsables présumés à rendre des comptes ;

engagez-les à mettre fin aux arrestations et placements en détention arbitraires dans l’État de Jharkhand ;

demandez-leur d’enquêter sur le placement en détention de deux mineurs – Satish, 16 ans, et Alok, quatre ans – ce qui bafoue la Loi indienne de 2000 relative à la justice appliquée aux mineurs (aide et protection de l’enfant) ainsi que la Convention internationale des droits de l’enfant, que l’Inde, en tant qu’État partie, est tenue de respecter.

ENVOYEZ VOS APPELS AVANT LE 28 JANVIER 2013 À :

Chef du gouvernement de l’État de Jharkhand

Secretariat

3, Kanke Road, Ranchi

Jharkhand – 834008, Inde

Fax : 91 651 2280717

Formule d’appel : Dear Chief Minister, / Monsieur le Chef du gouvernement,

Directeur général de la police de l’État de Jharkhand

G.S. Rath

Police Headquarters, DPRD Building

HEC Dhurwa, Ranchi

Jharkhand – 834004, Inde

Fax : 91 651 2400738

Courriel : dgp@jhpolice.gov.in

Formule d’appel : Dear Mr Rath, / Monsieur,

Veuillez également adresser des copies aux représentants diplomatiques de l’Inde dans votre pays (adresse/s à compléter) :

nom(s), adresse(s), n° de fax, courriel, formule de politesse

Vérifiez auprès de votre section s’il faut encore intervenir après la date indiquée ci-dessus. Merci.

ACTION URGENTE

INDE. UNE DÉFENSEURE DES DROITS HUMAINS RISQUE LA TORTURE

COMPLÉMENT D’INFORMATION

L’arrestation d’Aparna Marandi n’est pas un événement isolé : les autorités de l’État de Jharkhand ont fréquemment recours à des manœuvres d’intimidation pour réduire au silence un grand nombre de militants issus de groupes marginalisés, telles que les adivasis (aborigènes) et les dalits, qui luttent en faveur des droits de ces populations. Dans cet État, les militants risquent constamment d’être placés en détention arbitraire et de subir des actes de torture et d’autres mauvais traitements aux mains des responsables du maintien de l’ordre, en raison des manifestations qu’ils organisent pour protester contre les spoliations de terres et la discrimination à l’encontre des adivasis et des dalits. Beaucoup sont accusés d’avoir des liens avec des groupes de l’opposition armés, notamment les maoïstes.

Noms : Aparna Marandi (f) et Alok Marandi (h)

AU 359/12, ASA 20/043/2012, 17 décembre 2012

image1.png image2.png

How you can help

AMNESTY INTERNATIONAL WORLDWIDE