Document - China: Further information: Chinese activist held incommunicado: Zhu Chengzhi

Chine. Un militant détenu au secret

Action complémentaire sur l'AU 191/12, ASA 17/028/2012 – Chine 10 août 2012

ACTION URGENTE

CHINE. UN MILITANT DÉTENU AU SECRET

Arrêté le 9 juin dernier, Zhu Chengzhi, un défenseur des droits humains âgé de 62 ans, a été inculpé d'« incitation à la subversion de l'État ». Le 18 juin, il a été conduit dans un centre de détention de la province du Hunan, dans le centre-sud de la Chine, où il est en détention au secret.

Le 9 août 2012, Zeng Jinlian, la femme de Zhu Chengzhi, a reçu un message du Parquet populaire de Shaoyang, lui annonçant que son époux était accusé d'« incitation à la subversion de l'État ». Zhu Chengzhi a été emmené le 9 juin dernier par des agents de sécurité à Shaoyang et condamné à 10 jours de détention administrative. Alors que sa famille s'attendait à ce qu'il soit libéré, il a été transféré le 18 juin vers un centre de détention dans le district de Shuangqing, toujours dans la même ville, dans la province du Hunan, où il est détenu au secret depuis. Personne n'a eu de ses nouvelles depuis le 9 juin et on ignore s'il est en bonne santé.

Selon Wang Lihong, un ami de Zhu Chengzhi et militant lui aussi, celui-ci a été inculpé d'« incitation à la subversion de l'État » parce qu'on l'a vu prendre des photos sur le lieu de la mort de Li Wangyang et qu'il a diffusé ces images sur Internet. Li Wangyang était un éminent dissident retrouvé mort le 6 juin dernier à l'hôpital du district de Daxiang, à Shaoyang, où il recevait des soins médicaux. Les autorités maintiennent que cet homme s'est suicidé, mais les circonstances entourant son décès restent troubles. Le 11 juin, des dizaines de milliers de personnes ont manifesté dans les rues de Hong Kong pour réclamer une enquête officielle sur la mort de Li Wangyang.

DANS LES APPELS QUE VOUS FEREZ PARVENIR LE PLUS VITE POSSIBLE AUX DESTINATAIRES MENTIONNÉS CI-APRÈS, en anglais, en chinois ou dans votre propre langue :

appelez les autorités à abandonner les charges pesant sur Zhu Chengzhi et à le libérer immédiatement et sans condition ;

exhortez-les à faire en sorte que cet homme ne soit pas victime de torture ou d'autres mauvais traitements en détention ;

engagez-les à veiller à ce qu'il puisse contacter ses proches et l'avocat de son choix, et bénéficier de tous les soins médicaux dont il pourrait avoir besoin.

VEUILLEZ ENVOYER VOS APPELS AVANT LE 21 SEPTEMBRE 2012 À :

Procureur principal

GONG Jiahe

Hunan Provincial People's Procuratorate

410001 Furong District

No.386 Ziweilu, Chine

Formule d'appel : Dear Chief Procurator, / Monsieur le Procureur,

Premier ministre

WEN Jiabao Guojia Zongli

The State Council General Office

2 Fuyoujie, Xichengqu

Beijingshi 100017, Chine

Fax : +86 10 6596 1109

Formule d'appel : Your Excellency, / Monsieur le Premier ministre,

Copies à :

Président du Comité permanent de l'Assemblée populaire nationale

WU Bangguo

Quanguo Renda Changwu Weiyuanhui

Bangongting, 23 Xijiaominxiang

Xichengqu, Beijingshi 100805, Chine

Veuillez également adresser des copies aux représentants diplomatiques de la Chine dans votre pays (adresse/s à compléter) :

nom(s), adresse(s), n° de fax, courriel, formule de politesse

Vérifiez auprès de votre section s'il faut encore intervenir après la date indiquée ci-dessus. Merci. Ceci est la première mise à jour de l'AU 191/12. Pour plus d'informations : http://www.amnesty.org/fr/library/info/ASA17/020/2012/fr.

ACTION URGENTE

CHINE. UN MILITANT DÉTENU AU SECRET

COMPLÉMENT D'INFORMATION

Zhu Chengzhi fait partie des militants victimes de disparition forcée, détenus arbitrairement, intimidés ou harcelés pour avoir réclamé publiquement l'ouverture d'une enquête indépendante sur la mort de Li Wangyang, qui a longtemps défendu les droits humains. Le 6 juin 2012, le corps de ce dernier a été découvert dans sa chambre de l'hôpital populaire du district de Daxiang, à Shaoyang, où il était soigné pour plusieurs graves pathologies depuis sa libération de prison, en mai 2011. Les autorités locales maintiennent que cet homme s'est suicidé par pendaison, mais ses amis et sa famille mettent en doute cette version. Cette situation ayant provoqué un tollé à la fois en Chine et dans le monde, le 15 juin, la police de la province du Hunan a annoncé la création d'un groupe spécial, chargé d'enquêter sur la mort de Li Wangyang.

Tôt dans la matinée du 6 juin, Zhao Baozhu, le mari de la sœur de Li Wangyang, a reçu un appel téléphonique de l'hôpital l'informant que ce dernier avait mis fin à ses jours dans sa chambre. Son épouse et lui se sont rendus immédiatement sur place et ont trouvé le corps de Li Wangyang, qui n'avait pas été déplacé. La municipalité de Shaoyang soutient que cet homme s'est pendu, ce que plusieurs personnes contestent. Des photos prises le 6 juin à l'hôpital montrent qu'il se tenait droit, le visage vers la fenêtre, une bande de tissu le tenant par le cou au cadre de la fenêtre. Cependant, on voit aussi sur ces images qu'il avait les pieds sur le sol et qu'il n'y avait aucun signe d'asphyxie sur son visage. Sa famille pense qu'il est inconcevable qu'un homme presque aveugle et ne pouvant marcher sans assistance ait réussi à se pendre.

La police a emmené la dépouille de Li Wangyang le même jour, bien que les proches de cet homme aient protesté car les autorités ne leur ont pas indiqué si elles autoriseraient un examen post-mortem indépendant. Une autopsie a été pratiquée le 8 juin en l'absence de la famille ou de l'avocat de Li Wangyang. Les autorités ont incinéré le corps le lendemain. Le 22 juin, certaines sources ont affirmé que le rapport d'autopsie était terminé. Le 12 juillet, les autorités ont publié leurs conclusions, insistant sur la thèse du suicide, sans pour autant réussir à convaincre le grand public.

Li Wangyang, libéré de prison en mai 2011, était une figure importante du mouvement de défense des droits du travail, et était persécuté par les autorités chinoises depuis deux décennies. En 1989, il avait participé à la fondation de la Fédération autonome des travailleurs de Shaoyang, une organisation indépendante de travailleurs réclamant de meilleures conditions de travail, notamment pour les ouvriers des mines. Cette même année, il avait été condamné à une peine de 13 ans d'emprisonnement pour son rôle au sein du mouvement de 1989 en faveur de la démocratie. Selon des sources locales, il avait alors été sauvagement battu par des gardiens et placé à l'isolement. Cet homme avait été transféré dans un hôpital en juin 1996 pour y recevoir des soins, avant d'être renvoyé en prison huit mois plus tard.

Li Wangyang avait été libéré de manière anticipée en juin 2000 pour des raisons de santé. Il avait alors réclamé une indemnisation auprès des autorités pour couvrir ses frais médicaux, mais il avait été de nouveau arrêté en mai 2001 après avoir entamé une grève de la faim. Il avait écopé d'une peine de 10 ans de prison pour « incitation à la subversion », avant d'être finalement libéré en mai 2011.

Le 22 mai 2012, Li Wangyang a accordé à un journaliste de Hong Kong une interview dans laquelle il évoquait les actes de torture qui l'avaient rendu aveugle, presque sourd et incapable de se déplacer seul. Après cet entretien, les autorités locales ont renforcé leur contrôle en postant davantage de policiers à l'hôpital où se trouvait Li Wangyang.

Nom : Zhu Chengzhi

Genre : homme

Action complémentaire sur l'AU 191/12, ASA 17/028/2012, 10 août 2012

image1.png image2.png image3.png

How you can help

AMNESTY INTERNATIONAL WORLDWIDE