Document - StKiits and Nevis: First hanging in 13 years - a backward step for the Caribbean

AMNESTY INTERNATIONAL

BULLETIN D’INFORMATIONS 139/98



ST-KITTS-ET-NEVIS.

Première pendaison en treize ans : un pas en arrière pour les Caraïbes

Index AI : AMR 59/01/98




Amnesty International a appris avec consternation que la première pendaison depuis 1985 a eu lieu à St-Kitts-et-Nevis aujourd’hui, lundi 20 juil let 1998.

L’organisation de défense des droits humains a souligné que d’autres États anglophones des Caraïbes risquaient de suivre cet exemple, ce qui apparaît d’autant plus clairement que certains pays de la région ont pris récemment des mesures permettant de procéder aux exécutions plus facilement et dans des délais plus brefs, en se retirant des organisations et traités internationaux.

David Wilson a été reconnu coupable de meurtre en février 1996, ainsi qu’un autre homme, Clement Thomas. Ils auraient battu à mort un garde chargé de la sécurité, en 1994.

« Ce qui est alarmant, c’est que l’exécution de David Wilson a eu lieu alors qu’il n’avait pas encore interjeté appel devant le Judicial Committee of the Privy Council (JCPC, Comité judiciaire du Conseil privé), qui constitue la plus haute juridiction d’appel pour St-Kitts et d’autres États des Caraïbes appartenant au Commonwealth, a déclaré Amnesty International.

« Si nous manifestons la plus vive sympathie pour les victimes de crimes de sang, nous n’en estimons pas moins que le recours à la peine de mort a pour seul effet de déshumaniser la société qui l’utilise. »

Amnesty International craint que de nouveaux ordres d’exécution ne soient donnés et appelle le gouvernement de St-Kitts à commuer immédiatement toutes les peines capitales.

Amnesty International s’oppose à la peine de mort dans tous les cas, car elle considère qu’il s’agit d’une violation du droit à la vie et du droit à ne pas être soumis à des traitements ou châtiments cruels, inhumains et dégradants l



La version originale a été publiée par Amnesty International, Secrétariat international, 1 Easton Street, Londres WC1X 8DJ, Royaume-Uni. Seule la version anglaise fait foi. La version française a été traduite et diffusée par les Éditions francophones d’Amnesty International - ÉFAI -


1

How you can help

AMNESTY INTERNATIONAL WORLDWIDE